Samedi 12 décembre 2015 à 11:44

Notre cerveau : intelligence; langage

http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/Desmoutons.jpg

    Il y a quelques jours, j’avais montré que notre cerveau faisait la synthèse d’images à partir d’éléments mémorisés et qu’il rectifiait ensuite ces esquisses pour les rendre conforme à ce que la vue lui donnait comme informations du réel.
    Hier je disais que notre cerveau raisonne par analogie, en créant des concepts des objets, choses, notions concrets ou abstraits.
    Aujourd’hui je voudrais expliquer comment notre cerveau prend des décisions selon deux processus : le plus souvent l’un inconscient et intuitif, et dans certains cas, l’autre rationnel et réfléchi.

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau3/economie.jpg
    Notre cerveau consomme beaucoup d’énergie : 25 à 30 % de l’énergie consommée par notre corps. Il cherche donc à économiser quand il le peut.
    Traiter de façon inconsciente, rapide et par réflexe est peu consommateur de ressources. Au contraire réfléchir et étudier la situation rationnellement est long et consomme beaucoup. Le cerveau préfère donc le plus souvent utiliser dans ses décisions un processus intuitif. Dans notre cerveau un centre dans le cortex préfrontal latéral gauche veille à cette économie et limite certaines activités si le reste du cortex préfrontal ne l’inhibe pas.

    Nous possédons certaines connaissances, nous avons une certaine expérience de la vie, et nous pouvons accéder inconsciemment ou volontairement, à certaines données.
    Nous avons notre cerveau émotionnel qui réagit et nous mémorisons sentiments et émotions, qui sont en général associés à notre mémoire épisodique des événements de notre vie.
    Et nous avons tout un passé culturel et éducatif : des règles et idées inculqu ées durant notre enfance, des croyances morales et religieuses ou relatives à nos groupes sociaux, accord ou rejet de certains principes ou habitudes….
    Tout ceci constitue un ensemble auquel nous pouvons accéder de façon diverses.

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau3/automate.jpg    Le cerveau cherche à économiser et donc une réponse rapide et intuitive à nos problème. Il va alors accéder à un centre dans le sillon intrapariétal latéral (voir schéma ci contre) qui est en bordure du centre associatif qui regroupe des données mémorisées de nos sens .
    Le cerveau émotionnel s’active aussi, notamment les centres amygdaliens, qui évaluent le coté émotionnel et risque de la situation.
    A partir de ces données, le cerveau élabore un avis ou une décision et soit la fait exécuter (et nous en avons à peine conscience), soit il l’envoie au cortex préfrontal, qui la fait appliquer, sauf réflexe de méfiance.
    Dans d’autres cas où il s’agit de processus, c’est le cervelet qui gère l’automatisme : c’est ainsi que vous conduisez machinalement sur un parcours habituel vers votre travail. Les commandes de l’automobile, la surveillance du trafic, la route à suivre, tout est automatique et à peine conscient et sans efforts.
    A tel point que un jour de congé, si vous ne faites pas attention, vous vous retrouvez sur le chemin du bureau !
    Mais si une anomalie de circulation ou d’itinéraire intervient, la votre cortex préfrontal reprend les commandes et réfléchit à la solution.
    Prendre certaines décisions peu importantes intuitivement n’est pas gênant, mais nous pouvons introduire des biais qui seront nocifs pour des décisions importantes.
    - des biais d’isolement, car certaines informations ne nous parviennent pas du fait que nous sommes localisés dans un pays dans une société, dans un groupe, dans un environnement.
    - des biais culturels car nous avons emmagasiné des stéréotypes, des règles, des habitudes dépendant de paramètres socioéconomiques, culturels etr familiaux. Nous interprétons les informations au travers de ces filtres.
    - ces biais sont rendus peu perceptibles par la réaction quasi automatique du cerveau, et donc nous risquons d’autant plus l’erreur que la décision est subjective et concerne des jugements et non des faits.
            
http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau3/raison.jpg    Si nous jugeons qu’il serait dangereux de se tromper sur une décisions, nous pouvons interrompre le processus automatique, pour nous obliger à réfléchir plus sérieusement.
    Pour cela il faut d’abord bloquer l’action du cortex préfrontal latéral gauche, chargé des économies d’énergie : c'est la deuxième étape.
    Il faut ensuite interrompre le processus intuitif du centre du sillon intrapariétal latéral c’est le cortex préfrontal qui décide et effectue ce blocage.
    Il faut alors mettre en route le processus cognitif de réflexion et le cortex préfrontal va activer un centre voisin du précédent (voir schéma ci-contre), dans le sillon intrapariétal ventral. Parallèlement le cortex préfrontal active l’hippocampe pour tirer le maximum des informations mémorisées.
    Mais il demandera quand même au cerveau émotionnel et notamment aux centres amygdaliens un avis sur toutes les hypothèses de décision, avis intuitif et émotionnel.
    Puis en fonction des données recueillies, il va réfléchir, et élaborer des solutions puis choisir entre elles une décision, qui cette fois ci sera rationnelle, mais aura demandé du temps et de l’énergie.
    Certes les risques de biais exsitent toujours, mais ils sont plus conscients et le cortex préfrontal pourra volontairement les inhiber en partie.
   

    Il s’agit donc de ne pas prendre les décisions importantes à la légère, de ne pas croire n’importe quoi, de ne pas nous comporter en moutons.
    Mais nous n’avons pas les moyens d’un scepticisme tous azimuts, ni au plan de l’énergie, ni du temps, car la réflexion est une grande consommatrice.
    Le doute est salutaire, mais la réflexion ne peut s’appliquer qu’aux problèmes importants.
    C’est l’éducation et l’instruction qui doit nous apprendre à douter et à raisonner.
 Et pour cela il faut inhiber comme on l’a vu les mécanismes naturels intuitifs. Ce n’est pas évident et en général un enfant ne commence à savoir le faire qu’entre 5 et 7 ans.
Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3275477

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast