Jeudi 4 mars 2010 à 8:01

Préférences cérébrales

http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs1/1000022-copie-1.jpg

    Deux commentaires et plusieurs mails m’ont posé des questions intéressantes et qui peuvent se résumer ainsi :
“Quels sont les rapports entre les préférences extraverti/introverti (E/I) d’une part, et optimiste/pessimiste d’autre part.?”
“Est ce que l’extraverti est optimiste de nature et l’introverti pessimiste?”

    A la deuxième question je répondrai non.


    Les préférences E/I et Opt/Pess sont relativement indépendantes.
    Je ne sais pas quelles sont les statistiques sur ces préférences car je ne crois pas que cela ait été étudié et je n’ai jamais trouvé aucun chiffre à ce sujet.
    Je peux effectivement me référer aux quelques centaines de personnes que j’ai connues assez pour savoir leurs tendances, mais ce n’est pas une référence scientifiquement valable, le nombre étant petit et surtout la population trop particulière et pas forcément représentative (je n’en sais rien).
    Mais j’ai connu de nombreux extravertis pessimistes et des introvertis (comme moi) très optimistes.

    Souvent les extravertis sont un peu insouciants, car leur moteur dans la vie étant le contact avec les autres, ils ont une vie très active au plan relationnel, et ont moins le temps de réfléchir et de se pencher sur les problèmes.
    Mais ils ne sont pas idiots pour autant, même s’ils parlent d’abord et réfléchissent après, et cela leur arrive aussi de penser aux difficultés qu’ils rencontrent, même si cela leur arrive moins souvent qu’aux introvertis.
    Et là ils peuvent avoir alors les réactions caractéristiques d’un optimiste ou d’un pessimiste et j’ai connu de nombreux extravertis pessimistes.
    Je dirai même qu’alors ils souffrent presque davantage que les introvertis, car il y a une certaine contradiction entre leur ouverture vers les autres qui est un élan, et leur pessimisme qui leur fait parfois voir cette ouverture sous un jour néfaste.
    C’est vrai que à priori, un extraverti aurait tendance à être davantage serein et gai et à avoir plus confiance en lui qu’un introverti. On pourrait aussi le croire plus rapide et spontané.
    Mais c’est la “face visible” des choses, c’est l’image qu’il donne en société, devant les autres.  Mais quand il n’est pas en relation avec les autres, il pense à ses problèmes comme tout un chacun, et là il peut tout autant voir systématiquement le verre à moitié vide, ne pas savoir tourner la page, avoir de nombreux remords et regrets.
    En fait l’extraverti est même souvent moins rationnel que l’introverti et le retour au rationnel est souvent plus difficile après une crise sentimentale ou émotionnelle, et cela d’autant plus que la crise est d’ordre relationnelle, puisque pour lui, autrui est son moteur psychologique, sa motivation, sa source d’énergie;

    L’introverti est moins expansif, moins porté sur le relationnel et donc paraîtra plus renfermé, moins gai, et aura plus tendance à se replier sur lui même ou à s’isoler.
    Mais il n’est pas pour autant forcément pessimiste. Il peut parfaitement voir plutöt le verre à moitié plein, il peut être serein devant ses problèmes, et comme il a tendance à plus réfléchir, à davantage s’introspecter, il verra peut être ses problèmes avec plus de détachement et d’objectivité, tirant les leçons de ses erreurs, tournant la page et évitant remords et regrets.
    Sa motivation étant dans sa vie intérieure, il sait mieux qui il est, ce dont il est capable, et donc peut parfaitement avoir confiance en lui.
    En cas de problème émotionnel, il se montrera plus facilement objectif et son retour au rationnel en est facilité.

    Donc à priori, il n’y a pas plus de raison qu’on extraverti soit optimiste, qu’il n’y en a d’être pessimiste pour un introverti.
J’ai d’ailleurs connu à peu près autant d’extraverti pessimistes que d’introvertis optimistes.
    En fait je pense au total avoir connu un peu plus de pessimistes aussi bien extravertis, qu’introvertis, mais c’est normal car un certain nombre de jeunes s’adressent à moi parce qu’ils ont des problèmes et ce sont souvent des pessimistes qui voient davantage les difficultés que le bon coté des choses. (mes correspondant(e)s ne sont pas un échantillon représentatif de la population).
    De plus on n’est pas forcément ultraoptimiste (et aveugle aux problèmes) ni ultrapessimiste (et catastrophique). et beaucoup d’entre nous sont tantôt optimistes, tantôt pessimistes, selon l’environnement, les situations et les problèmes.
    Face à un même événement chacun se comporte différemment selon sa personnalité.
    Il est certain qu’un extraverti pessimiste sera plus affecté par ses échecs relationnels, alors que l’introverti le serait plus par des échecs concernant ses réflexions, sa vie intérieure et ses activités propres.
    A l’inverse l’extraverti optimiste verra avec bonheur toutes ses entreprises relationnelles et altruistes, alors que l’introverti, se félicitera de ses succès personnels sur lui même et dans ses réflexions.
   
   Quand je cherche à déterminer avec mes correspondant(e)s leur personnalité et notamment cet aspect optimisme/pessimisme, j’essaie de rechercher un critère dont je n’ai pas parlé, pour ne pas compliquer les explications : ce sont les renforcements qui existent entre les diverses  préférences cérébrales et que je ne pourrai aborder vraiment que lorsque nous les aurons toutes passées en revue.
    Il est certain qu’un pessimiste qui est en plus méticiuleux, sensitif et tourné vers le passé (au plan des perceptions), qui décide selon ses valeurs et ses goûts, aura en général un pessimisme plus marqué, qu’il soit introverti ou extraverti. Et un pessimiste extraverti intolérant souffre en général davantage car son intolérance contrarie sa soif relationnelle.
    A l’inverse quelqu’un de préférence de perception globale, et qui décide selon des critères logiques, sera tourné davantage vers l’avenir et plus rationnel et objectif, ce qui diminuera son pessimisme, et rendra son optimisme moins béat et plus raisonné.

   
Après un intermède demain, je poursuivrai sur les “fonctions cérébrales, c’est à dire les préférences de perception et de décision.   
Par MaxenceM le Vendredi 5 mars 2010 à 16:17
Merci beaucoup d'avoir répondu à ma question de façon aussi complète.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2973076

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast