Dimanche 23 mars 2008 à 19:47

Notre cerveau : mémoire; inconscient; Freud



    C'est évidemment plus difficile d'observer le cerveau d'un homme que celui d'un singe, même si l'homme a un grand avantage sur le singe : il parle et dit ce qu'il ressent.

    Mais depuis quelques années on peut grâce à la RMN (résonnance magnétique nucléaire, ces grands cylindres dans lesquels on vous met en entier), ou à d'autres techniques, mesurer la consommation d'oxygène dans le cerveau, qui s'effectue lorsque des neurones sont en activité. On peut donc repérer les centres en activité lorsque l'on fait faire une certaine tâche au sujet en expérimentation.

    Les neurobiologistes ont ainsi repéré les zones dans lesquelles il y avait des “neurones miroirs”.
    Puis ils ont montré que ces neurones s'activaient quand on essayait de comprendre les actions d'autrui.
    Ils ont montré aux volontaires de leurs essais, une vidéo d'une personne saisissant  une tasse à thé pour boire son contenu, et une autre vidéo de la personne saisissant la tasse pour la mettre à la machine à laver.
    Les neurones miroir ont fonctionné modérément, car deviner l'action n'était pas évident.
    On a alors montré un table avec le goûter servi, prêt à être mangé et la tasse qu'on portait aux lèvres; puis la table avec les restes du goûter et la tasse qu'on emmenait à la machine à laver. Là encore les neurones miroirs ont fonctionné.
    Quand on repassait ensuite les vidéos initiales de la tasse seule, l'activité des neurones miroirs était très importante et les “hommes cobayes” reconnaissaient la destination du geste accompli.
    Par diverses expériences de ce type, les chercheurs ont montré que l'activité des neurones miroirs était importante chaque fois que l'on cherchait à comprendre les intentions d'autrui et cela d'autant plus que ces intentions étaient claires et nettes.

    Ils ont montré également une autre fonction des neurones miroirs : celle de l'apprentissage par imitation.

    Quel est le rôle des neurones miroirs quand nous devons apprendre par imitation des actes moteurs complexes entièrement nouveaux?
    Les chercheurs ont observé par IRM l'activité du cerveau de personnes imitant des accords de guitare après les avoir vu jouer par un guitariste ou imitant les gestes d'un joueur de tennis après l'avoir vu jouer.
    . Quand les personnes observent l'expert, les neurones miroirs de leur cortex pariéto-frontaI s'activent. Et la même région est encore plus activée quand elles reproduisent les mouvements. De surcroît, dans l'intervalle de temps qui sépare l'observation de l'imitation, quand les personnes "préparent" leur imitation des accords de guitare, une zone cérébrale supplémentaire s'active. Cette partie du cerveau, dans l'aire préfrontale, est en général associée à la planification et la commande des mouvements et c'est également une mémoire de travail, et elle jouerait de ce fait un rôle central dans l'assemblage correct des actes moteurs élémentaires de l'action que la personne s'apprête à imiter.

    Les chercheurs essaient actuellement de savoir si le système des neurones miroirs est impliqué dans une compréhension des actions, des intentions et des émotions d'autrui, et il serait une composante importante de la capacité des hommes à apprendre des tâches cognitives complexes, juste par observation.

    Quel est le rôle de ce système dans le langage, l'une des capacités cognitives humaines les plus élaborées?
En effet, le système des neurones miroirs contient l'aire de Broca, un centre fondamental pour le traitement de la parole. Et si, comme le pensent certains linguistes, la communication humaine a commencé par une gestuelle faciale et manuelle, alors les neurones miroirs auraient pu jouer un rôle important dans l'évolution du langage.
    Le mécanisme des neurones miroirs permet que le sens du message soit le même pour l'expéditeur et pour le destinataire et qu'un accord préalable entre les individus n'e soit pas indispensable pour qu'ils se comprennent. L'accord est inhérent à l'organisation neuronale des deux personnes. Les miroirs internes  permettent donc de se parler sans mots. . .
    Les chercheurs étudient actuellement le rôle des neurones miroirs dans la communication entre personnes qui utilisent le langage des sourds-muets.

    Ils pensent aussi qu'un dérèglement du fonctionnement des neurones miroirs pourrait être à l'origine de l'autisme de certains enfants.


Par touchthesky le Mardi 25 mars 2008 à 17:59
J'ai lu l'article et j'ai à peu près compris se qu ça disait et je pense que l'exemple des accords de guitare est bien choisi mais je me dit que c'est surment possible d'améliorer ces neurones. Etant donné que certain joueurs arrive à mémoriser un très long enchainement d'accord en une fois alors que moi je galère après l'avoir vu une dizaine de fois. En tant que musicienne je pose une question, Comment on fait pour dévlopper ses neurones miroirs?
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2498329

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast