Dimanche 21 novembre 2010 à 9:32

Notre cerveau : intelligence; langage

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/concentration.png


  
  Certaines de mes correspondantes se plaignent de ne pas arriver à bien se concentrer et d’être dérangée par l’environnement, voire de sursauter au moindre bruit.
    Pourtant, physiologiquement chacun a la faculté de faire abstraction des bruits environnants, et de rester concentré sur ce qu'iI fait.

    J’ai lu récemment une explication possible dans un article de  Sonia Bishop, au Centre de recherches sur le cerveau de Cambridge, qui  montré que les personnes anxieuses sont plus facilement distraites par des stimulus extérieurs. Cette facilité a se laisser distraire résulterait du dysfonctionnement d'une partie de leur cerveau, laquelle permet habituellement de se couper du monde extérieur.

     La faculté de concentration est I'enjeu d'un conflit entre deux circuits cérébraux
    Supposez le cas d’un pilote d’avion qui a une grave avarie sur son appareil et doit malgré cela regagner le terrain le plus proche. La concentration sur Ie pilotage délicat de son appareil dans une situation difficile, fait fonctionner la partie « abstraite » de son cerveau : le cortex préfrontal.
    Simultanément, iI doit se soustraire au caractère dramatique de la situation,,à un cerain affolement,à la tension croissante, lesquels tendent à activer ses centres de la peur les centres amygdaliens.
    Ainsi, la voie de la concentration et celle de la peur se livrent, chez le pilote, un conflit neuronal, dont I'issue détermine la survie de l’avion et des personnes qu’il transporte.
    Ce conflit a été mesuré chez des personnes jouant au « jeu des différences », où iI faut repérer, sur un écran d'ordinateur, des détails permettant de faire la différence entre deux scènes similaires.
    L:observation minutieuse des scènes fait fonctionner le cortex préfrontal.        
Simultanément, les expérimentateurs projettent,sur I'écran des visages effrayants qui troublent la concentradon et activent les circuits de la peur.        
    Normalement, le cortex frontal reste actif à la vue de ces visages, car les personnes testées les occultent. Toutefois, chez les personnes anxieuses, l'activité du cortex préfrontal diminue de même que la concentration et les personnes testées ne parviennent plus à trouver les différences recherchées car Ia réaction de peur les paralyse.
    Normalement, une zone de sécurité, Ie cortex cingulaire antérieur, empêche la peur de bloquer la voie de la concentration, mais elle est beaucoup moins active chez les anxieux.
    Pour retrouver ses possibilités de concentration, il faut donc diminuer son anxiété et pour cela en rechercher les causes, puis lutter contre elles afin de les supprimer.

    Cela dit je constate que beaucoup de jeunes (dont certains de mes petits enfants ) ont beaucoup de mal à se concentrer, sans être anxieux pour cela.

     Rester attentif au prof, à la lecture d’un texte, à l’apprentissage d’une leçon, vous demande énormément d’efforts.

    Je crois surtout que c’est parce que le travail sur lequel ils devraient le faire ne les intéresse pas vraiment, ou parce qu’ils préfèrent penser à d’autres occupations plus ludiques, ou même parfois ne penser à rien du tout, comme me le disait une de mes correspondantes.
    Une heure de cours, c’est long... très long, surtout quand la matière vous plaît peu. Et le soir, bosser ses cours et préparer l’interro du lendemain, alors qu’une foule d’idées et d’images défilent dans la tête, ce n'est guère tentant !..
   
    Que ce soit en cours ou à la maison, à votre distraction naturelle, se rajoutent des facteurs plus ou moins maîtrisables : la faim, la fatigue, le stress, l’anxiété, les bouleversements liés à la puberté, le manque de motivation pour la matière étudiée, les prises de tête d’ordre familial, sentimental...
    Cela fait beaucoup, et il est normal que vous ayez du mal à réagir, surtout à un âge où, justement, on n’a pas forcément envie de changer, mais plutôt que ce soit le monde qui change...Illusions de jeunesse !
Par maud96 le Dimanche 21 novembre 2010 à 14:55
Ma (jeune !) expérience, c'est qu'il faut faire quelque chose avec la main, les doigts ou le corps pour rester "concentré, quand on est bombardé de messages qui n'arrivent que par les yeux ou les oreilles. Je crois que d'écrire en cours est ce qui me permet le mieux de me concentrer, sauf si j'interviens ou dois répliquer lors d'échanges.
Par Brinds-herbes le Dimanche 21 novembre 2010 à 18:41
Merci pour ton comm.
Je pense que tu n'a pas tord .
Mais je continue de méditer =D
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3061517

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast