Dimanche 22 juin 2014 à 8:09

Notre personnalité

http://lancien.cowblog.fr/images/Images2-1/Fotolia44332945XS.jpg

     « Connais toi, toi même »   était inscrit sur le fronton du temple de Delphes et Socrate en avait fait sa devise et disait à ses étudiants : « connais toi toi même et tu connaitras l’univers et les dieux » (C’est ce qu’on dit, est ce vrai ?).
    On pourrait aussi rappeler la phrase bien connue de Descartes « Je pense, donc je suis », qui renvoi tà l’être qui existe, au moi, à sa pensée indépendante.
    Mais en fait on peut donner deux sens un peu différents à cette phrase :
        - connais ta personnalité, ton « moi », tes comportements. C’est de la psycho.
        - s’interroger sur soi, sur ce que l’on veut vraiment : ses désirs, son avenir, mais aussi la vérité, la morale (le surmoi de Freud), le bien et le mal, la conduite à tenir : c’est de la philosophie.

    Connaître sa personnalité :

    Vous pouvez lire les articles que j’ai faits sous la rubrique « préférences cérébrales », qui partent de théories psychologiques connues : types psychologiques de Jung, MBTI de mesdames Myers et Briggs, tests de Gordon, perception immédiate de Plutchik, et le Big five, très utilisé aux USA.
    On peut assez facilement, sans être spécialiste, connaître ses préférences cérébrales et avoir une idée assez précise de sa personnalité. Cela permet de mieux comprendre certaines de ses réactions, mais aussi ses forces et ses faiblesses, et essayer de s’améliorer.
    Mais cela permet aussi d’avoir une idée de la personnalité des personnes que l’on connaît et donc de mieux communiquer et comprendre leurs comportements.
   
    De façon plus générale, connaître les préférences cérébrales d’un groupe, permet de lui expliquer de façon plus pertinente, de mieux négocier, de connaître les forces et faiblesses d’une équipe et de mieux la composer, de mieux orienter les activités notamment professionnelles et les choix de métiers, de comprendre et de régler les conflits entre personnes, ou ceux d’un couple ou entre parents et enfants.

    S’interroger sur soi et son devenir :

    Se connaître soi-même est une démarche positive et critique qui implique une réflexion sur ce qui donne du sens à notre vie.  
    Nous avons tous une personnalité, des connaissances, des sentiments, des désirs, des qualités et des défauts, mais aussi des opinions et des préjugés. Chacun a ses potentiels, mais aussi ses limites.

    C’est donc essentiel pour soi même de connaître ces données, mais ce n’est pas aussi simple, car on ne peut « sortir de soi « , se voir de l’extérieur. On n’est conscient de soi que par sa propre pensée et son langage; on est donc juge et partie,  et la connaissance que nous pouvons avoir de nous par l'introspection passe à travers le filtre de l'opinion que nous nous faisons de nous même.
    Alors nous pouvons faire appel au jugement d’autrui. C’est un aspect indispensable, mais pas toujours facile, car nous admettons mal d’être jugé. Et la vision de l'autre, si elle a le mérite d'être différente de la nôtre, n'est pas non plus objective : son jugement peut être déformé par l'amitié ou l'antipathie qu'il éprouve pour nous. Surtout sa critique est incomplète, puisqu'elle ne peut s'appliquer que sur les traits de notre caractère que nous laissons transparaître, consciemment ou non, notre « persona » selon Jung.

    Et heureusement nous évoluons; la connaissance de soi ne peut donc être à la fois totale et définitive : notre manière d'être, notre rapport aux choses, nos convictions, peuvent varier en permanence dans notre vie à, et notre expérience personnelle joue un grand rôle sur ce que nous sommes, en influençant l'évolution de nos pensées conscientes et inconscientes.

    On peut tirer les enseignements du passé, mais celui ci est irrémédiable et ne se reproduira pas. Le présent est plutôt réservé à l’action, et l’avenir suscite crainte, désirs et espoirs. Certains sont rationnels, d’autres conscients et émotionnel, mais beaucoup sont inconscient et n’en ont pas moins une grande influence sur nos pensées.

    Une partie de moi même est en relation avec les autres et une partie de la connaissance de moi est aussi la connaissance des autres et des relations que j’entretiens avec eux.. La difficulté est plus grande encore.

    Même si toute connaissance définitive de soi est à jamais hors de portée de nos investigations, il est nécessaire de parvenir à une approche aussi complète que possible. Cette connaissance permettrait de faire en nous-mêmes la distinction entre ce qui procède de l'habitude, de l'éducation, des réflexes, du conditionnement social et ce qui procède de notre volonté et de nos pensées conscientes et indépendantes.
    Je crois que c’est encore plus important aujourd’hui, où les jeunes n’ont plus pour modèle les parents et les adultes, mais leurs camarades, et ont trop souvent adopté comme opinions et pensées personnelles, celles du groupe ou de la société, et finissent par avoir un comportement essentiellement moutonnier, tant dans leurs idées, que dans leurs jugements, leurs désirs, leurs décisions et leurs actions

    Un point qui me paraît également important, à la lumière de tous les problèmes de mes correspondant(e)s, c’est que, pour vivre tant soit peu heureux, il faut d’abord s’accepter soi même. Il faut donc commencer par se connaître, mais ensuite il ne faut pas se lamenter de ne pas être un autre. Il faut essayer de s’améliorer, mais en étant conscient que c’est difficile et que l’évolution a des limites : ce ne sera jamais une révolution. La confiance en soi passe par cette acceptation et donc cette connaissance de soi.
    Mais la connaissance des autres et l’acceptation de ce qu’ils sont est tout aussi fondamentales dans nos relations avec autrui. J’ai vu beaucoup de couples se séparer car chacun ne voulait pas accepter l’autre tel qu’il était, mais aurait voulu le transformer en ce qu’il aurait souhaité qu’il soit. C’est déjà difficile de se transformer soi même, cela est presque impossible de transformer autrui, et en général cela ne peut se faire qu’en le persuadant de l’intérêt de cette évolution, et en lui donnant soi-même l’exemple.
Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3266654

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast