Vendredi 6 mars 2015 à 7:59

Ecologie, Changement climatique

Les courants des océans et les courants atmosphériques sont liés.

    On a vu dans le précédent article que les vents à la surface de la terre engendraient les courants de surface océaniques.
    Un  tel entrainement nous paraît normal.
    Ce qui est plus bizarre c’est que les courants marins ont une influence sur les jets-streams, ou plus exactement

    Je parlerai d’abord d’un phénomène particulier dont vous avez du certainement entendre parler : El Niño
    C’est à l’origine un courant circulant après Noël au large des côtes du Pérou et de l’Equateur (d’où son nom de courant de l’enfant Jésus).
    En été et en automne, le courant froid de Humbolt circule le long des côtes  du Chili du Pérou et de l’Equateur tandis que soufflent les alizés du sud-est vers le nord-ouest et chassent les chaudes superficielles du rivage et provoquent un vide qui est comblé par  une remontée d’eau froide des profondeurs, ramenant de l’eau des courants profonds.
    Ce phénomène s’appelle « la Nina ».
    Tous les ans, peu après Noël et ce jusqu’au mois d’avril, un faible courant côtier inverse s’écoule vers le Sud. Certaines années, ce courant d’El Niño est plus important et descend davantage vers le Sud. Les eaux froides sont remplacées par des eaux plus chaudes, et dans la même période, les régions littorales habituellement peu pluvieuses du Nord du Pérou et de l’Équateur connaissent des précipitations abondantes.
    Ces années sont bénéfiques pour l’agriculture (à cause des pluies) mais nuisibles pour la pêche (les poissons fuyant les eaux chaudes).
    El Niño dure environ 18 mois
    Mais l’influence de El Niño dépasse largement l’Amérique du sud.

http://lancien.cowblog.fr/images/ClimatEnergie2/Elninonorthamericanweatherfr.png
    En tant normal, dans l'océan Pacifique, autour de l'équateur, les alizés soufflent d'est (Amérique) en ouest (Australie et Asie). Ceci a pour effet de pousser les eaux chaudes de surfaces vers l'ouest, où il se produit conséquemment de fortes précipitations (à cause de la chaleur et l'humidité) et une remontée des eaux froides le long des côtes américaines.
    Les années El Niño, les alizés ont tendance à s'inverser. Ainsi les eaux près de l'Australie et de l'Asie sont plus froides, provoquant des sécheresses. Des ouragans se forment au milieu du Pacifique et frappent la Polynésie.
    Si on connait bien les conséquences de ce phénomène, on n’en connait mal les causes
    Il serait dû à l’affaiblissement de l’anticyclone normalement centré sur le Pacifique sud et qui, en temps normal, favorise la circulation rapide des alizés.
    Le schéma montre bien qu’en temps ‘’normal’’, la présence d’un anticyclone puissant sur le sud du Pacifique et d’un autre au large de la Californie permet la circulation des alizés du Sud-est Pacifique jusqu’en Australie et en Indonésie où les pressions sont relativement basses.

http://lancien.cowblog.fr/images/ClimatEnergie2/situationnormale2ki2.pnghttp://lancien.cowblog.fr/images/ClimatEnergie2/elnino2bo0.png












    L’affaiblissement de l’anticyclone au sud du Pacifique diminuerait ainsi l’intensité des alizés, comme le montre le schéma ci dessous.
    Mais on ne connaît pas la cause de ce changement et ses variations dans le temps
    El Niño avait partiquement disparu depuis 5 ans et il est réapparu en 2014

http://lancien.cowblog.fr/images/ClimatEnergie2/jetstreamterre.jpg

    Les scientifiques climatologues appellent la succession la Nina - El Niño, l’ENSO (El Niño Southern Oscillation).
    Il y a une influence de l’ENSO sur le jet-stream polaire : El Niño déplace vers l’est l’eau plus chaude de l’océan Pacifique et décale le jet-stream vers le sud, tandis que la Nina apporte de l’eau froide et  décale le jet-stream vers le nord.
    Quand les oscillations du jet-stream polaire s’amplifient d’énormes masses d’air chaud parviennent bien plus au nord que d’habitude tandis que des masses d’air froid envahissent le sud sous d’autres longitudes. (voir schéma ci dessous).
    Ces oscillations se déplacent vite et changent la situation météorologique en quelques jours.
    On constate des périodes de sécheresse anormale là où les hautes pressions oscillent vers le nord, tandis que l’on constate tempêtes, pluies inondations ou froidure et neige, là où l’air froid oscille avec les basses pressions vers le sud.
Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3272202

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast