Jeudi 23 août 2012 à 8:33

Zoologie, botanique, évolution

http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/p17s5.jpg    Au mois d’août , des processions de chenilles tentent parfois de monter aux tronc de mes pins. C’est une calamité car elles dévorent toutes les aiguilles et des branches entières meurent si on les laisse faire.
    Alors, muni de gros gants car leurs soies sont très allergisantes, je racle mes troncs avec une petite raclette et quelques kilos de chenilles sont ensuite brûlées avec du petit bois, dans le bac en inox qui me sert pour brûler des déchets de jardin.
    Je les ferais bien en brochette sur le barbecue, mais je n’ai pas eu de volontaire pour les déguster.
    Et, parfois des mésanges ou des merles viennent près de moi s’en régaler. Je pense que le rouge gorge les aime aussi.    

    J’ai pensé qu’un petit article sur ces chenilles vous intéresserait peut être.


 
http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/papillonprocessionnairechene.jpg

   C’est un papillon de nuit, le « bombix du pin », (ou plus savamment « Thaumetopoea pityocampa processionea »), qui pond ses œufs par paquets de 150 à 200, sur les aiguilles des pins. Dans mon jardin cela se passe durant l’été et les larves naissent à l’automne quand je ne suis pas là, et je ne les vois donc pas.
    Ses ailes ont 35 à 40 mm d'envergure ; celles antérieures sont grises, avec deux bandes foncées parallèles chez le mâle, celles postérieures blanches marquées d'une tache sombre à leur extrémité.
Vous le voyez sur la photo ci contre.
   
 

http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/p17s3.jpg





   Les chenilles qui sortent de ces œufs ont quelques millimètres et elles se tissent aussitôt un cocon de soie pour en abriter plus d’une centaine contre les intempéries et le froid de l’hiver, en général au bout des branches.
    Je vois souvent quelques cocons au moins de novembre quand je vais fermer ma maison et je m’empresse  de couper ces bouts de branches et de les brûler avec le cocon dans la cheminée.
    Les jeunes chenilles sont oranges et portent de longs poils non urticants.
    Ces chenilles vont muer cinq fois durant l’hiver et atteindront quelques centimètres de long..  Elles sortent la nuit pour s'alimenter, se déplaçant en « procession ». La cohésion de la file en déplacement est assurée par le contact tactile de soie à soie. Vous voyez sur la photo ci contre cette étrange file.
    Après la 3ème mue, vers le mois de mai apparaissent les premiers poils urticants. Ces propriétés urticantes persistent même après la disparition de la chenille, notamment si on garde des pooils plantés dans la peau.

http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/defoliationprocessionnaireschene.jpg
    Au printemps, la colonie, conduite généralement par une femelle, quitte le nid, toujours en procession pour gagner au sol un endroit bien ensoleillé et s'enfouir dans un trou où chacune des chenilles va tisser son cocon pour démarrer son processus de transformation en chrysalide.

    Au bout de plusieurs mois, voire plusieurs années, les chrysalides sont transformées en papillon qui sortent de terre. Le cycle peut alors reprendre par accouplement de la femelle et du mâle qui meurt un ou deux jours après, alors que la femelle s'envole vers une branche pour pondre jusqu'à 220 œufs avant de mourir aussi. Les petites chenilles émergent 30 à 45 jours après la ponte.





http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/urticaireprocessionnairechene.jpg
    Le contact des chenilles est assez dangereux pour les animaux et au minimum très désagréable pour l’homme.
    Les poils urticants se terminent en pointe et portent à leur extrémité de petits crochets. Ils se détachent facilement de la chenille lors d'un contact ou sous l'effet du vent. Par leur structure particulière, ces poils s'accrochent facilement aux tissus (la peau et les muqueuses) y provoquant une réaction allergique d’urticaire par libération d'histamine.

    Sur la peau les poils urticants se dispersent par la sueur, le grattage et le frottement ou par l'intermédiaire des vêtements et il apparait une éruption douloureuse avec de fortes démangeaisons.
Quand un poil urticant s'enfonce profondément dans les tissus oculaires, apparaissent des réactions inflammatoires sévères avec, dans un délai de quelques heures, développement d'une conjonctivite .
    Les poils urticants irritent les voies respiratoires, entraînant des éternuements, des maux de gorge, des difficutés à déglutir et éventuellement des difficultés respiratoires dues à un bronchospasme, qui peut être aigu chez les asthmatiques.
    Plus rarement par ingestion buccale, se produit une inflammation des muqueuses de la bouche et des intestins qui s'accompagne de symptômes tels que de l'hypersalivation, des vomissements et des douleurs abdominales.
Une personne qui a des contacts répétés avec la chenille processionnaire, présente des réactions qui s'aggravent à chaque nouveau contact.

http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux3/16656179.jpg


    Quand on combat ces chenilles, il faut mettre lunettes et gants, et un pantaloon et une veste avec capuche, genre K-way, que l’on lavera ensuite, pour éliminer tous les poils urticants.
Il faut se laver la peau à l’eau et au savon, se laver les cheveux; les yeux peuvent être laves au serum physiologique s’ils sont irrités.
Contre les démangeaisons, les antiallergiques et antihistaminiques sont efficace.
Mais, dans les cas sévères, il faut consulter le médecin (ou l’ophtalmologiste), le plus tôt possible.

Bref ces chenilles sont des êtres curieux et superbes, mais dangereux.

Par Mue le Jeudi 23 août 2012 à 9:27
Il y a quelques années, j'avais vu une longue file de ces chenilles sur un parking et je m'étais demandée ce qu'elles faisaient là. J'ai ma réponse maintenant ! Il y avait des pins au bord du parking. (heureusement je savais qu'il ne faut pas toucher les chenilles "poilues", plus jeune j'avais eu une réaction urticante après avoir touché une chenille poilue dont la belle couleur verte m'avait attirée)
Par maud96 le Jeudi 23 août 2012 à 18:50
La terreur de "bon-Papa" sur notre île ! On en a eu il y a 2 ans (on a plusieurs pins sur le terrain). On a surtout peur pour les jeunes enfants qui viennent ! Article intéressant sur leur processus compliqué de développement !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3202092

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast