Dimanche 15 octobre 2006 à 19:07

Amour et peines de coeur



    Deux de mes correspondants me disent, l'une dans un commentaire, et l'autre dans un mail : “tu ne crois pas au coup de foudre ?”
    Une autre correspondante me fait un autre reproche “ tu ne crois pas à un amour sincère et durable entre deux jeunes ados?”
  
     Je voudrais donc traiter ces deux problèmes, le premier dans les lignes qui suivent, le second dans le prochain article "Elle et Lui".


    Je n'ai jamais dit que le coup de foudre n'existait pas. J'y crois, mais je ne crois pas qu'il puisse, sauf exception, engendrer un amour durable.
    Je pense que le coup de foudre est avant tout une “attirance”, d'abord physique, ensuite sentimentale et ceci dans des conditions préalables particulières.

    Je pense que d'abord, il faut que les deux “protagonistes” soient en manque de tendresse, en manque d'amour.
    C'est le cas de bien des ados actuel(le)s, conditionné(e)s par les médias, qui rêvent de connaître l'amour et le (ou la) petit ami(e), comme, quand j'étais jeune, on rêvait de fumer sa première cigarette, de conduire une automobile ou de rencontrer Brigitte Bardot (c'étaient les” images” de la société de l'époque, véhiculées par les journaux, les romans et le cinéma, car les autres médias n'existaient pas).
    C'est encore plus vrai losqu'une jeune ado vient de se faire larguer par son petit ami, parce qu'elle a tout à coup un grand vide sentimental et de tendresse.
Le cerveau a horreur du vide. Il pousse donc à remplacer le fautif rapidement, en l'occurrence le petit ami.

    Ensuite, il suffit d'être “réceptif” .  
    Ma “guenon” rencontre un beau petit “babouin” qui a une belle gueule, qui baratine bien, qui est drôle, qui est tendre et lui prend gentiment la main.
    Lui se dit qu'après tout, elle est mignonne, et qu'il aimerait bien avoir une petite amie.
    Alors elle se croit amoureuse de lui, leurs baisers sont doux et nous voilà partis pour l'amour (croit on, moi je dirai plutôt l'amourette ou l'aventure).

    Qu'est ce qui garantit que le garçon (ou la fille après tout, les “mantes religieuses”, cela existe), est sérieux et n'est pas un coureur de jupon (ou une “mangeuse de babouins”)? Rien, on ne se connait pas.

    Mais supposons qu'ils soient tous les deux sérieux, ils ne savent rien de leurs goûts, de leurs “valeurs” et il découvrirons peut être que ceux ou celles ci divergent.
    Beaucoup de mes correspondantes me disent qu'elles se sont aperçues trop tard, que le garçon n'avait pas du tout la “conception de l'amour” qu'elle espérait.
    Enfin même si les goûts et une partie des valeurs ne s'opposent pas (coup de chance !), les personnalités s'accorderont elles.?
    Je vous ai dit dans des articles précédents que l'entente est difficile entre un extraverti, qui veut toujours être en groupe, et une introvertie, qui voudrait être seule avec lui, (ou vice-versa).
    Encore plus difficile l'entente entre celui qui privilégie la “prise d'information”, ne se décide jamais et ne veut pas faire de projet , est toujours en retard et assez pagailleux et l'autre qui privilégie la décision et le jugement, et qui, méticuleux et ordonné, plutôt en avance qu'en retard, veut maîtriser l'avenir et les événements, en réfléchissant d'avance aux solutions possibles.
    A un moindre titre l'esprit logique et l'esprit sentimental, le global tourné vers l'avenir et le sensitif qui ne vit qu'au présent, ont souvent des aspirations différentes.
    Et celle à la sensibilité affective immédiate exacerbée aura du mal à comprendre celui qui, peu sensible, est avant tout objectif et regarde les faits.

    Bref vous l'avez compris, on a plus de chances de bien s'entendre si on a des préférences cérébrales voisines.

    Pour moi, c'est là le fond du problème, l'amour peut naître brutalement, par coup de foudre, mais il ne s'entretiendra que si l'on s'entend, si on a des points communs, des pensées communes, des activités communes et des sentiments communs.
    Sinon c'est la divergence et la rupture.

    
    Et pour bien connaître l'autre, il faut au moins quelques mois (et encore!!!).

    Alors qu'en pensez vous ?
Par laika le Samedi 21 octobre 2006 à 21:51
"Rien, on ne se connait pas."
C'est très pertinent; et très réaliste. C'est souvent ce qui se passe. Le principe du coup de foutre, c'est de tomber amoureux de quelqu'un qui nous séduit tout de suite, donc physiquement. Et de le désirer aussi. On ne se connait pas, et c'est pour cela que ca foire.
Un peu comme la passion. Deux êtres qui se désirent trop c'est destructeur, on ne construit rien la dessus.
Je dirai peut être une bétise, mais je pense que les amours qui durent seraient ceux qui débutent par une pseudo amitié, pas une amitié réelle, mais par une connaissance de l'autre. Mais ce n'est pas ce que recherchent les jeunes.
Nous cherchons une présence physique le sentiment d'être aimé, apprécié, écouté, ou une présence à écouté et aidé. Pas de stabilité. On s'en moque de cela, sinon il n'y aurait pas autant de jeunes en boites par ex.

Par contre je ne suis pas tout à fait d'accord avec la suite...
Tu peux très bien aimé quelqu'un à l'opposé de toi, parce que tu peux admirer sa personnalité que justement toi tu n'as pas la capacité d'atteindre.
On apprend plus au coté de gens qui diffèrent de nous. Qui nous aident là où nous sommes perdus.
Et en regardant autour de moi, les gens qui se ressemblent trop ne vont pas ensembles, ils se séparent parce que c'est trop prise de tête.

J'aime bien l'idée, pour se connaitre il faut quelques mois, mais comme bagoo pourrait le dire " le jeune est préssé" il n'aime pas attendre.
Par Le-Chat-De-Chester le Vendredi 27 octobre 2006 à 22:36
Je suis d'accord,quoi ajouter de plus?hum,j'ai lu le commentaire de laika...par rapport au fait d'admirer une personne...ça n'a pas que du bon,et j'en parle en conaissance de cause,il n'y pas si longtemps que ça (1an...dejà?!)j'étais tombée amoureuse d'un "babouin" comme vous le dites,mais je l'admirais beaucoup trop je pense...j'arrivais à peine à lui parler "corectement" ,c'est è dire sans trembler, rougir, melanger mes mots...c'était très dûr...donc je pense que quand on aime quelqu'un, la meilleure chose, c'est de continuer à rire et à parler comme avec des amis,même s'il y'a quand même quelque chose de plus qu'avec ses camarades
:-)
Par globz38 le Jeudi 4 janvier 2007 à 14:20
Je ne sais trop qu'en penser... Le "coup de foudre", l'attirance que j'ai éprouvé pour celle que j'aime n'a pas été réciproque, du moins tout de suite... Je le lui ai caché pendant quelques semaines jusqu'au moment où je n'y arrivais plus et lui ai tout avoué... à vrai dire j'avais peur de gâcher notre amitié naissante en lui avouant qu'elle m'attirait... Et contre toute attente ce fut réciproque... Et ce qui au début n'était pas de l'amour mais une simple attirance réciproque l'est devenue au fil du temps, cela fait bientôt 3 mois que nous nous sommes avoués nos sentiments réciproques, nous savions très bien au départ que nous ne nous ressemblions que peu, bien qu'ayant un fond commun, la volonté d'aider les autres pour oublier nos propres soucis... Et malgré nos accrochages cela marche plutôt bien car nous avons envie d'aller plus loin et de continuer à nous apporter mutuellement... Evidemment je ne sais pas de quoi demain sera fait, mais dans notre cas les différences sont plutôt enrichissantes, à mon goût... Nos 6 ans de différence font évidemment que nous n'avons pas les mêmes centres d'intérêt, néanmoins je pense que nos niveaux de maturité ne s'accordent pas trop mal et qu'il vaut mieux pour elle, sans vanité aucune, qu'elle soit avec moi qu'avec un jeune de son âge...
Par cloud-of-dreams le Jeudi 21 février 2008 à 16:17
Je suis tout à fait d'accord avec ton article!
Par croque-framboise le Mardi 12 août 2008 à 10:57
" Qui se ressemble s'assemble " d'après ce que vous dites.
C'est sûr que ça facilite grandement la relation mais que dire d'une relation entre edux grands introvertis ? C'est dur de communiquer.
Par 22h47 le Lundi 25 janvier 2010 à 14:22
Il y a 18mois, je t'aurais dis : Entièrement d'accord.
Et là : Pas du tout d'accord ;) (enfin, moins d'accord). tu t'en doutes, Sieur Max n'y est pas pour rien.
Je suis entrée en prépa le 2 septembre, ayant juste quitté mon ancien copain (j'avais passé trois mois à Dresden, et je m'étais dis qu'il me manquait pas alors pourquoi continuer ?), je ne voulais surtout pas rencontrer quelqu'un. Dans ma tête, c'était mes études.
Le 4, j'ai croisé Max à l'internat, je l'ai à peine vu en fait. Mais comme a on diné ensemble (on était peu d'hypokhagneux à etre internes), je lui ait parlé. Et très vite, je me suis trouvée complétement bloquée, omnibulée.
Après 5 mn de discussions je ne pensais plus qu'à lui. Rationnelle que je suis, j'ai eu très très peur.
Les choses étant réciproques, on a pas pu tenir bien longtemps... 4jours en fait :) (c'est long 4jours quand on est ensembles 24h/24).
Et depuis ces 18mois, tout va pour le mieux.... Je te parlerai une autre fois de notre histoire, mais pour dire : parfois, ça marche.

Je suis consciente qu'il s'agit d'un étonnant coup de chance, qu'on se convienne autant ... :)

Ps : désolée, je ne peux pas relire mes fautes, le truc ne veut pas remonter !!
Par Beltane le Lundi 25 juillet 2011 à 16:57
Pour ma part, je pense qu'on ne connaîtra jamais réellement l'autre et ça prend du temps, beaucoup de temps pour essayer d'en trouver une esquisse.
Mais le problème dans tout ça, ado comme adulte, c'est que bien souvent lors de la rencontre, chacun (garçon /fille) a tendance à calquer la personnalité désirée sur le physique aimé. Et l'autre en face cherche les premiers temps à y correspondre, le temps qu'on s'attache.
C'est après que ça se complique, quand l'illusion tombe.
Par Heart-In-Throat le Samedi 1er juin 2013 à 13:01
Je suis d'accord avec vous, à propos du coup de foudre.

Et même si tout diverge, je pense qu'il peut y avoir de l'amour quand même, jusqu'à un certain temps. Jusqu'à l'essoufflement et l'abandon. Ou jusqu'à ce qu'à force de se fréquenter, ils se changent mutuellement.
Par Chess le Lundi 30 juin 2014 à 17:18
Je tombe sur ce blog par hasard, et je l'avoue, bien après la date de publication de cet article et je vois que le coup de foudre n'est pas durable. J'ai pourtant un exemple qui ne correspond pas à tout ces dires... Mon père, deux ans après le divorce d'avec ma mère , a eu le coup de foudre pour une femme. Elle également, et pourtant, pas au même moment. Ils ne se connaissaient pas, et maintenant, ça fais 10 ans qu'ils sont ensemble et ont un enfant. Et moi même, qui vais avoir 17 ans, ça fais trois ans que je suis avec quelqu'un qui a eu le coup de foudre pour moi... Peut être que je me trompe, et que mes exemples sont seulement des coïncidence, mais je pense que le coup de foudre existe réellement, peut être durable, mais est très très rare. Et est encore plus rare si il doit être réciproque...
Par lancien le Lundi 30 juin 2014 à 17:31
N'ayant pas d'adresse de blog, je vous réponds ici. Je suis tout à fait d'accord avec vous. Il y a beaucoup de coup de foudres, mais peu aboutissent à un amour durable. La plupart du temps la raison est simple : on ne connaît pas bien l'autre, et les deux personnalités n'ont pas assez de points communs. En général le couple dure si, par chance ou par intuition, les deux personnalité et les goûts sont compatibles, et si, également, chacun fait des efforts vers l'autre et l'admet tel qu'il est.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/1234085

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast