Dimanche 21 septembre 2014 à 8:47

Psychologie, comportement

http://lancien.cowblog.fr/images/Images2-1/lesphenomenesparanormauxfascinent.jpg

      Je n’ai pas eu un grand nombre de lecteurs ou lectrices, avec lesquels j’ai correspondu un certain temps par mails, depuis neuf ans que j’écris sur des blogs, quelques centaines seulement, et cependant je suis étonné du nombre qui croient ou aimeraient croire, à des phénomènes paranormaux : rêves prémonitoires, communication avec l’au-delà, horoscopes, diseuses de bonne aventure et autres pouvoirs de mages divers, télépathie, visions curieuses,  et cela bien que ce soient des personnes tout à fait intelligentes, voire cultivées et quelques unes scientifiques.
    Le nombre de personnes qui croient aux porte-bonheur (par exemple un trèfle à 4 feuilles), ou un porte-malheur (voir un chat noir, une araignée du matin ou passer sous une échelle), est très étonnant.

    J’avais un collaborateur qui s’intéressait à ces phénomènes et suivait toutes les études de ce domaine dont il avait connaissance. Dans les années 1970, cela faisit fureur et de nombreux labos s’intéressaient à ces phénomènes. Ils ont presque tous fermé depuis. On trouvait de nombreux articles qui prétendaient avoir découvert et décrivaient des phénomènes paranormaux, du genre prédiction notamment des rêves, télépathie et horoscopes. C’était en apparence convaincant, mais, en réalité, des coïncidences, car si d’autres labos essayaient de reproduire les mêmes phénomènes, c’était toujours négatif.
    La science exige que pour qu’un phénomène ait une certaine réalité, il faut qu’il soit reproductible.
    Et je ne parle que des gens sérieux et non des charlatans qui avaient recours à des subterfuges (quelques fois très scientifiques comme les objets en alliage qui se déformait si on le chauffait très peu, avec la main).

    Depuis les scientifiques ne croient plus guère aux phénomènes paranormaux et ne font plus guère d’essais pour ptouver leur existence, mais ils se sont orientés vers l’étude suivante : pourquoi y a t’il des gens qui y croient et pas les autres?

    Il y a d’abord des erreurs et illusions de corrélation avec une mémoire orientée qui nous trompe, si on ne s’en méfie pas. Un cas très connu est celui des personnes souffrant d’arthrite, et persuadées - comme ma grand mère-, qu’elles souffrent plus aux changement de météorologie.
    Plusieurs études ont soumis quotidiennement des patients à un questionnaire d’évaluation de leurs douleurs. Puis ils ont interrogé ces mêmes patient au bout de quelques mois et ont comparé les résultats. Ceux qui étaient persuadé être sensibles aux changements de temps, ne se souvenaient que des douleurs ressenties ces jours là, alors qu’ils en avaient signalées bien d’autres aussi intenses au quotidien.
    Nptre mémoire est sélective en fonction de nos convictions.
    Nous sommes habitués, dans notre vie quotidienne, à établir des corrélation entre les phénomènes, en pensant à tort ou à raison qu’elles sont de cause à effet. Et la plupart de nos décisions sont basées sur ces observations. Nous savons que tourner le volant dirige notre voiture, que le thermostat de la cuisinière électrique donne une certaine température du four ou de la plaque, qu’un ciel très chergé amène souvent la pluie, et que certains bruits correspondent à certains phénomènes (ce n’est pas toujours aussi sûr que cela !!).
    Aussi comme nous voulons trouver une cause aux phénomènes perçus, nous voulons absolument en trouver à des stimuli parfois aléatoires et sans cause unique, ou plus incertain encore à des intentions d’autres êtres vivants.
    Une expérience très connue est celle d’un petit film d’animation faisant évoluer un carré, un rectangle et un rond, et dont les personnes donnent ensuite des interprétations très diverses faisant preuve d’une grande imagination.
    Notre capacité de trouver des causes aux phénomènes est très liée à notre capacité d’interpréter les intentions et les émotions d’autrui.
    Ceux qui font des interprétations à partir d’analyse, de logique, du langage, travaillent davantage avec les centres de l’hémisphère gauche, alors que l’hémisphère droit est plus performant dans l’imaginaire, la créativité et l’interprétation et la reconnaissance des visages.
    Ils semble que des personnes à prédominance de l’hémisphère droit ont tendance à plus facilement imaginer la possibilité de phénomènes paranormaux que celles dont l’hémisphère gauche a plus d’influence sur notre cortex frontal.
    Mais ces statistiques n’ont pas été suffisamment menées sur un grand nombre de personnes pour qu’elles soient probantes.
Par maral le Dimanche 21 septembre 2014 à 16:00
comment ça va ?
Par JACk-sCEPTikE le Lundi 22 septembre 2014 à 0:04
Je pense que ça dépend des phénomènes, qu'il existe des phénomènes dits "paranormaux" qui relèvent du charlatanisme, tandis que d'autres sont réels et que notre incompréhension tient d'un défaut de connaissances.

Deux exemples qui ne me semblent pas fous :
- l'horoscope : Ca paraît fou de penser que en fonction de la date de naissance des gens, leurs caractères différeront... Pourtant, il ne me semble pas stupide de penser que quelqu'un qui est né en plein hiver, et qui a connu les premiers stimulis de sa vie à l'intérieur, au chaud, sans vent etc., développe des caractéristiques différentes de quelqu'un né au beau milieu de l'été, souvent à l'extérieur, avec beaucoup de vert et de marron autour de lui.
- Deuxième exemple : les magnétiseurs et autres "gourous". Bien que je sois persuadé que nombre d'entre eux soient de vrais charlatans ou de très fins psychologues, il est établi que les oiseaux migrateurs et d'autres espèces ont un "sens des champs magnétiques". Pourquoi l'humain n'en aurait-il pas un, plutôt faible, qu'on ne connaîtrait pas ?

Des avis là-dessus ?
Par coldtroll le Lundi 22 septembre 2014 à 10:07
Pour rejoindre jack, il y a des choses qu'on ne connaît pas, qu'on n'explique pas, et pourtant qu'on utilise. Par exempl, mon zex est infirmière au service des brûlés. C'est arrivé plusieurs fois que le service fasse appel à un coupeur de feu, dont l'action était visible alors qu'il était au téléphone, à des centaines de kilomètres de là.

D'une façon général , je pense que les gens ont envie de croire à certains phénomènes, aux extraterrestres, aux fantômes, surtout à notre époque, comme une sorte de réaction justement à la rigueur explicative de la science, comme si la science, à force d'aller toujours plus loin, tentait de tuer la part de rêve, de merveilleux qui est en nous. Des fois, ça fait aussi du bien de se faire peur, et ça rappelle aussi que nous n'avons pas le contrôle sur tout, loin s'en faut.

D'ailleurs, je pense que les gens qui croient au surnaturel sont bien plus nombreux que les sceptiques. Il n'y a qu'à regarder le nombre de personnes sur terre qui adorent un dieu. Parmi eux, il y en a qui défendent leurs convictions de façon acharnée.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3268799

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast