Samedi 25 juillet 2015 à 9:48

Energie, nucléaire, économies

http://lancien.cowblog.fr/images/Images3/2000pxElectronshell086Radonnolabelsvg.png

     Une correspondante, qui est venue passer ses vacances en Bretagne, est inquiète, car on lui a dit que le granit , évidemment très courant parmi nos pierres, dégageait du radon radioactif.
    Alors elle me demande quel est le danger correspondant et j’ai pensé que cela pouvait intéresser d’autres visiteurs de nos côtes ou du centre de la Bretagne.

    Qu'est-ce que le radon ?
    C’est un des gaz « rares » (Hélium, Néon, Argon, Krypton, Xenon et Radon), le plus lourd, de numéro atomique 86, et qui n’est pas stable et donc radioactif.
    Il existe 35 isotopes radioactifs du radon, mais la plupart ne sont produits que temporairement (ils se désintègrent rapidement), ou dans des accélérateurs et seuls 4 d’entre eux  existent dans la nature.
    L'isotope le plus fréquent (et relativement le plus « stable ») est le radon 222 qui est le produit (isotope-fils) de la désintégration du radium 224, dans la chaîne de désintégration de l’uranium 238. Sa radioactivité diminue de moitié tous les 3,8 jours.
Il émet des particules alpha.
    Un isotope courant est le radon 220 qui est le produit de la désintégration du radium 226, dans la chaîne de désintégration du thorium 232. Il émet aussi des particules alpha et sa radioactivité diminue de moitié tous les 55 secondes. De ce fait sa radioactivité est divisée par mille au bout de 10 minutes et par un million au bout de 100 minutes. Son danger est donc très faible.
    Le radon 219 est le produit de la désintégration de l’actinium, dans la chaîne de désintégration de l’uranium 235.  Il émet aussi des particules alpha et sa radioactivité diminue de moitié tous les 4 secondes et elle est divisée par mille au bout de 40 secondes et par un million au bout de 80 secondes. Son danger est donc pratiquement nul.
    Les granites contienne de très faibles quantités d’uranium et de thorium et donc émettent du radon, le seul ayant de l’importance étant le radon 222.
    Le radon étant un gaz rare, saturé en électrons périphériques, il ne réagit pas chimiquement, restant inerte. Il peut simplement être dissous dans l’eau, notamment à la suite d’orages.

    Le radon est spontanément surtout présent dans les régions granitiques, volcaniques et uranifères. En France, les régions riches en radon sont la Bretagne, le Massif central, les Vosges et la Corse.
    Sa radioactivité diminue rapidement, mais le radon qui disparaît est remplacé par celui émis parles roches, et donc il y a un équilibre dans l’air. Mais les quantités présentes sont infimes, de telle sorte qu’on est incapable de les analyser chimiquement. Elle est au maximum de 10 puissance -13 grammes par mètre cube.
    On ne peut mesurer cette quantité qu’en mesurant les radiations alpha émises.

    Les particules alpha (des noyaux d’hélium), sont très peu pénétrantes. Elles sont arrêtées par quelques mètres d’air, par la peau ou une feuille de papier.
    Elles ne présentent un certain danger que, parce que le radon étant gazeux , peut être respiré, les particules alpha peuvent alors atteindre les cellules des poumons.
    En général les quantités de radon sont si faibles que le danger est presque inexistant. Toutefois à certains endroits très particulier l’émanation de radon est plus forte et on a préféré ne pas y laisser d’habitant. Une maison en Bretagne et une station service dans le Limousin ont été évacuées, il y a quelques années, l’'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) ayant estimé qu’un séjour permanent augmentait d’une faible quantité la probabilité de cancer du poumon.
    De plus, le radon est facilement dispersé dans l'air, mais il peut s'accumuler, par exemple dans les caves, ou dans une maison mal ventilée ou peu étanche par rapport au sol. La mesure la plus simple est donc… d'ouvrir la fenêtre.
    On considère que pour une exposition temporaire et les lieux habituels où le granite n’émet que peu de radon, le risque est nul (et c’est le cas des vacanciers), et pour des gens habitant en permanence dans les régions où l’émanation est plus élevée (les monts d’armées en particulier), le risque est négligeable, sauf peut être pour les fumeurs importants, ayant déjà un risque important de cancer, qui risque d’être augmenté.
    Donc pas de panique pour ma correspondante : elle ne risque rien.
    Par contre la fumée du tabac est bien plus dangereuse, même si on ne fume pas soi-même.

Par jazz le Samedi 25 juillet 2015 à 15:42
bonjour Jean-pierre
un musical et poètique coucou
A+ du troubadour Emmanuel
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3274163

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast