Jeudi 3 septembre 2020 à 11:21

Biologie, santé.

 http://lancien.cowblog.fr/images/Image4/4TrNdGfPnBHGfnSyEJjOrhc7oo500x280.jpg

         Une mode idiote et dangereuse chez les jeunes qui cherchent des sensations ailleurs que dans le cannabis : l'inhalation du protoxyde d'azote N2O, plus connu sous le nom de "gaz hilarant", utilisé (de moins en moins), comme anesthésiant, qui est un gaz incolore et inodore.

 Danger pour les jeunes : le protoxyde d'azote        On le trouve dans le commerce, dans des cartouches servant à émulsionner de la crème chantilly, coûtant quelques euros et pouvant débiter 8 litres de gaz, que les jeunes recueillent dans un sac en plastique qu'ils respirent ensuite. C'est actuellement la drogue la plus utilisée après le cannabis.

           En apparence, ce n'est pas dangereux, c'est relaxant, euphorisant et cela fait rire sans qu'on puisse s'en empêcher.
           Mais d'une part on risque des accidents si le gaz sort trop brutalement de la capsule (blessures pulmonaires dues à l'augmentation brutale de pression dans l'air; et surtout brûlures dues à l'abaissement du gaz à basse température, sous l'effet de la dépression brutale.
          Surtout on risque des suites physiques sur le cerveau. Pris avec de l'alcool ou du cannabis, on risque des étouffements, par privation d'oxygène, voire des crises d'épilepsie. Mais à dose élevée on constate des arythmiescardiaques, et même des décès par arrêt cardio-respiratoire.
         L'usage régulier de doses faibles peut entrainer des perturbations du métabolisme de la vitamine B12, qui entraînet une sclérose de la moelle épinière et une paralysie des membres. On constate également des diminutions de la population de globules rouges (anémie) et de globules blancs (défenses immunitaires). 

          Le protoxyde d'azotebloque les récepteurs NMDA des synapses, qui transmettent l'influx nerveux, ce qui entraîne une inhibition, une baisse d'activité du cerveau.
          A dose faiblesse blocage entraîne une diminution de la conscience, une diminution du contrôle des émotions, d'où un sentiment d'ébriété et d'euphorie, et un rire que l'on ne peut arrêter

          La vente de ce gaz devrait être interdit et fournir un autre gaz aux cuisiniers. Si l'on constate un usage par les jeunes, il faut être attentifs aux signes de fourmillement dans les membres, avant coureurs d'une paralysie.

Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3280446

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast