Dimanche 24 août 2014 à 8:14

Notre cerveau : intelligence; langage

http://lancien.cowblog.fr/images/Images2-1/dyslexie.jpg

    J’ai lu un compte rendu de recherche intéressant concernant la dyslexie.

    Savez vous ce qu’est ce trouble, qui rend l'enfant presque incapable malgré son adaptation à la classe, d'apprendre à lire, à écrire, à s'exprimer oralement.
    Il peut apparaître dans les premières années de vie, lorsque vers 3/4 ans, l’enfant fait de fréquente erreurs d’élocution des mots, mais le plus fréquent est l’apparition de difficultés au CP lorsque l’enfant apprend à lire.
    L'enfant confond alors à la lecture, certaines lettres de formes voisines ou proches phonétiquement; il inverse l'ordre des lettres, de certaines syllabes, de certains mots; il omet certains sons, ou en ajoute d’autres. Ces confusions ne sont pas systématiques et selon les moments, l'enfant peut lire correctement ou effectuer ces erreurs.
    Dans les cas sérieux, la lecture est hachée, hésitante, incompréhensible. L'enfant ne réussit pas à transformer les symboles écrits en phonèmes.

    Les raisons peuvent être diverses :
          - Ce peut être un manque d’attention, mais alors cellui-ci intervient aussi dans d’autres apprentissages.
          - Un environnement socioculturel et économique défavorable peut intervenir, mais agit également dans d’autre domaines.
          - Une lésion mineur du cerveau, essentiellement des centres de la parole.
          - Un déficit intellectuel, mais il a des répercussions autres.
          - Des méthodes d’apprentissages de la lecture inadaptée (méthode globale seule).
          - Des troubles psycho-affectifs, mais ils peuvent être décelés par ailleurs.
           - Des anomalies oculaires, notamment un trouble de la vision binoculaire ou des saccades oculaires.
          - Des troubles de l’audition, mais le langage est alors perturbé aussi au niveau oral.
          - Un trouble de l’élocution au niveau de l’émission des sons.
    Il est donc nécessaire d’effectuer notamment des examens oculaires et auditifs.

    En général on réserve le terme de dyslexie à des défauts chez un enfant intelligent qui a des résultats convenable dans d’autres matières, et qui ne souffre pas de  troubles psychologiques. Toutefois l’échec ressenti dans l’apprentissage de la lecture peut déclencher de tels troubles.

    Souvent la dyslexie est suivie de dysorthographie.
    Ce terme désigne les erreurs orthographiques qui font suite à la dyslexie. Elle se manifeste non par l'ignorance d'une règle grammaticale mais par la difficulté ou l'impossibilité de considérer la phrase comme un ensemble organisé.

    Pour beaucoup d’enfant le trouble de dyslexie n’est pas trop important et on arrive à le réduire et même l’éliminer grâce à des stimulations spécifiques des sons et de la vue des mots : stimuli de voix humaine ou de musique enregistrés sur bande magnétique, des stimulations de coordination des rôles respectifs de chaque hémisphère en donnant la même information aux deux oreilles avec des filtres différents, des stimulations grapho-auditives, dictées spéciales de mots voisins de ceux sur lesquels l’enfant fait des erreurs.…

    L’étude que j’ai lue, a été menée par des équipes de l’INSERM, du CNRS, de l’EHESS et de l’Ecole Normale Supérieure, sur des enfants atteints de fortes dyslexies, en analysant tout le système d’écoute et d’interprétation des sons.
    Les chercheurs ont observé les oscillations électriques produites par chaque hémisphère cérébral en réponse à des sons de différentes fréquences.
    Chez les sujets non dyslexiques, le cortex auditif gauche réagit en émettant des oscillations électriques à un rythme de 30 à 40 par seconde, ce qui correspond à la fréquence des phonèmes, et le cortex auditif droit à 4 à 5 hz, au rythme des syllabes.
    Chez les enfants dyslexiques, le cortex gauche oscille à 50 Hz, très au dessus du rythme des phonèmes, donc sans lien avec le langage, et le droit oscille à 30 Hz.
    De plus à 50 Hz, il semble que l’analyse des données sonores à cette fréquence de 50 Hz sature probablement la mémoire de travail des enfants.
    La lecture est alors perturbée, car elle suppose de savoir découper mentalement les sons de la parole. Ces anomalies pourraient être d’origine génétique,
    Ces études seront poursuivies pour connaître leur degré de généralité.
    De telles observations pourraient conduire à distinguer plusieurs types de dyslexie, certains sujets présentant un défaut très net de la répartition des tâches entre les hémisphères droit et gauche, et d’autres beaucoup moins.
Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3268120

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast