Mercredi 20 juillet 2011 à 8:57

Notre cerveau : mémoire; inconscient; Freud

http://lancien.cowblog.fr/images/images/souvenirs.png

   
J’ai été assez inquiet, après avoir lu un compte rendu d’une étude menée depuis des années par I'équipe de Joseph LeDoux, a I'Uníversité de New York, sur le fonctionnement d’une molécule, le “UO 126”, qui a la capacité d'effacer certains souvenirs.
    Schématiquement, cette molécule empêche la fabrication,dans le cerveau, de protéines qui créent des souvenirs en renfonçant les connexions entre neurones.

    Injecter le produit UO 126 à un patient rendrait impossible la mémorisation des événements désagréables. En ce qui concerne les souvenirs déja stockés, on pourrait les effacer d'une façon très simple: iI suffirait de les réactiver temporairement et d'injecter le produit juste au moment ou ils sont “réveillés”
    Valérie Doyere (CNRS, Uníversité París-Sud) a créé des souvenirs traumatiques chez des souris (par exemple, en leur envoyant une décharge électrique dans les pattes après leur avoir fait entendre une clochette, ce qui crée le souvenir d'une douleur associée a un son), puís elle a réactivé brievement le souvenir de la douleur en faisant tinter la clochette, et a injecté le composé UO 126. Quelques jours plus tard,  les souris ont perdu la trace de cette expérience. Elles ne présentent plus aucun signe d'angoisse en entendant la clochette.
     L' équipe a montré que le produit a effacé les connexions entre les neurones activés par la clochette et ceux qui déclenchent la peur. Cette dissociation du souvenir est observée dans une zone clé de la mémoire traumatique, les noyaux latéraux ds centres amygdaliens.
    En outre, les neurobiologistes ont constaté que d'autres souvenirs traumatiques ne sont pas effacés par cette manipulation, tant qu'ils ne sont pas réactivés.
    Au moment où un souvenir est réactivé, les neurones qui participent à ce souvenir s' échangent des influx nerveux intenses, et iI semble que les connexions soient alors dans un état instable, pretes a se défaire ou, au contraire, a se renforcer.
    C'est comme si le cerveau attendait un signal pour savoir s'iI doit renforcer ou non les connexions en jeu et le composé UO 126, en privant le cerveau de nouvelles protéines qui viendraient renforcer les connexions importantes pour tel ou tel souvenir, détruit ces connexions, qui sont les seules activées au moment de l’injection, et pas les autres

    Comme toutes les découvertes, celle-ci peut être utilisée à bon ou à mauvais escient.

    En thérapeutique, ce produit pourarit être utilisé pour supprimer des souvenirs traumatiques, liés a des événements désastreux, choquants ou effrayants., tels que víols,accidents ou attentats, voíre certaines phobies.
     Je pense que ceci serait bénéfique à deux condition : que ce soit sous surveillance médicale et avec l’accord du patient.
    L’utilisation serait ausi possible quand une personne est par exeple dans un état voisin de la dépressuion après un deuil douloureux.
    Mais je pense qu’alors le médecin ne devrait pas avoir le droit de pratiquer un tel effacement sans l’accord du patient et il faudrait alors en mesurer toutes les conséquences, ce qui suppose encore de nombreuses études.
    Dans ma jeunesse, j’ai été très touché par la mort accidentelle d’un être cher et le souvenir des jours qui l’ont suivie me sont certes très pénibles. Mais je me rappelle surtout maintenant les souvenirs des jours heureux passés avec cette personnes et je ne voudrais pas perdre ces souvenirs en effaçant ceux qui me sont pénibles.

    Par contre ce qui m’inquiète, ce serait une utilisation hors thérapeutique, si par exemple un patient disait “ce souvenir ne me plaît pas, celui-ci est bien, celui-Ià non, éliminez cet épisode qui m’est inutile...”, se livrant ainsi à une sorte de “lifting mnésique”, en faisant le ménage parmi ses souvenirs : une rupture amoureuse difficile, (cela arrangerait certaines de mes guenons lol), des amis que I'on ne souhaite plus fréquenter, ou oublier une femme que l' on a trop aimée.
    Un petit coup de balai neuronal, et l' on pourrait se créer une existence à la carte, grâce à la molécule UO 126.
    Et en allant plus loin des personnes indélicates pourraient supprimer les souvenirs d’autres personnes, par exemple des témoins gênants ! Voilà qui intéresserait les dictateurs et la raison d’Etat !
 
   Tout cela me paraît par contre assez dangereux.
Par coldtroll le Mercredi 20 juillet 2011 à 12:00
tu as un doublon en début d'article.
moi, ça me fait penser à ce magnifique film, eternal sunshine on the spotless mind, où les personnages se font effacer la mémoire pour oublier leurs peines de coeur
Par lalileloluly le Mercredi 20 juillet 2011 à 12:28
voir : eternal sunshine of the spotless mind qui ne pousse pas la réflexion loin .
Voir : Final cut, je l'ai pas vu, mais je sais que le thème est qu'à la fin de vie d'un individu, on propose à celui ci de " compiler " ses souvenirs pour les passer à ses enfants et petits enfants . Un journal à partir des souvenirs en quelques sortes .
Ne pas voir mais savoir : Un film dont j'ai oublié le nom où les ingénieurs qui travaille sur des projets importants, prennent une injection d'une drogue, qui deux ou trois ans plus tard ( la durée du projet ) efface tout les évènements qui ont eu lieu pendant ces années .
Par Demoiselle-Coquelicote le Mercredi 20 juillet 2011 à 12:35
Chacun interprète le film Eternal Sunshine à sa façon, moi j'avais trouvé que c'était un message d'espoir (l'amour si fort que l'on ne peut pas vraiment en effacer le souvenir), mais une amie avec qui je l'avais regardé avait trouvé ça affreux, une sorte de fatalité. Sur le sujet de ton article même, je suis d'accord avec toi : c'est dangereux. On sait très bien que les humains sont incapables d'utiliser correctement leurs découvertes. J'espère que ce ne sera jamais utilisé.
Par plop-maw le Mercredi 20 juillet 2011 à 13:01
oui ça me fait penser a eternal sunshine. Ce film est vraiment beau je trouve. C'est vrai qu'il se peut que cette découverte soit inquiétante.
Si ma phobie des insectes pouvait être éliminée ce serait bien hein ^^'. Le mieux c'est encore de vaincre sa peur, mais je doute d'y arriver un jour. Même si je venais a accepter leur présence je pense que certaines choses seraient impossible à mettre en place pour moi. Ceci dit, j'aurais trop peur de faire appel à un tel dispositif. Trop peur que ça efface un mauvais souvenir ou même tout...
En plus je me pose une question. Finalement nos connaissance sur le cerveau humain restent limitées non? Si cela se trouve, l'absence de cette protéine aura de graves conséquence dans le cerveau humain sur d'autres fonctions... Enfin j'y connais pas grand chose.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3124339

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast