Dimanche 24 octobre 2010 à 9:20

Politique, économie, religion.

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/retraites2.jpg

    Plusieurs correspondant(e)s me demandent de parler à nouveau des retraites.

    Mais l’un d’entre eux, choqué par mon propos un peu leste sur l’UMP, me traite de “gauchiste”, ce qui m’a beaucoup amusé.
    Je n’aime pas parler de moi parce que cela n’a guère d’intérêt dans ce blog, mais je vais faire une exception. En fait les 15 dernières années avant ma retraite, j’avais la responsabilité d’une quinzaine d’établissements industriels qui comportaient entre 500 et 2000 personnes chacun et faisaient études et fabrications de grosse industrie.
    Mais c’était l’époque où les entreprises étaient souvent dirigées par des ingénieurs, qui savaient ce qu’étaient les ateliers et le travail des techniciens et ouvriers. Ils savaient certes que l’entreprise devait être rentable, mais ils considéraient aussi qu’elle doit fournir des emplois aux hommes et que ce sont eux qui font la qualité du travail et ont droit aussi à un peu de satisfactions et de bonheur..
    Aujourd’hui ces mêmes entreprises ont bien changé, ce sont des financiers qui les dirigent, qui veulent faire le maximum de profit et pour lesquels les hommes ne sont que des pions sans âme.
    Alors on pourrait dire que je suis “un patron de gauche” et je ne renie pas cette appellation, bien que je ne pourrai jamais appartenir à un parti politique quel qu’il soit, car j’ai horreur qu’on me dise ce que je dois penser et faire, et si j’étais député, je serais prêt à voter des lois de droite comme de gauche si je les trouve justes et à voter contre, quelque soit leur origine, si elles ne me satisfont pas.
    C’est justement ce manque de liberté qui ne me plaît pas à l’UMP actuel et qui me faisait dire méchamment que ce parti ressemble à un mauvais cassoulet : une petite saucisse qui fait le dictateur, un peu de poulet à l’Intérieur car les sauces “manif et manouche” sont réputées mauvaises, et beaucoup de fayots autour, qui ne savent dire que oui et admirer.
    Laissons là cette polémique stérile et parlons des retraites.

    Comme la plupart des gens je pense qu’une réforme des régimes de retraite est indispensable. L’espérance de vie a considérablement augmenté en 50 ans et donc les durées pendant lesquelles on paie les retraites sont plus longues et il y a donc un déséquilibre évident.
    Le déséquilibre est accentué (comme pour le déficit de la sécu), par le fait que le chômage limite les cotisations versées aux seuls actifs.
    Que l’âge de la retraite soit reculé ne me choque pas, mais il faut alors examiner le cas de tous ceux qui ont un travail pénible.
    Je crois qu’il faudrait examiner la solution aussi de l’augmentation des cotisations, salariales mais aussi patronales, et sans doute augmenter le nombre d’annuités requises, mais en laissant partir
sans condition d’âge, ceux qui les ont obtenues  (ils ont versé leur dû).
    Et on devrait présenter un bilan précis des recettes et dépenses ce que je n’ai pas encore vu faire de façon claire.

    Mais ce n’est pas le contenu de la loi qui me choque le plus, mais c’est la façon de la mettre sur pied.
    Toute personne qui a dirigé une équipe sait que pour obtenir son adhésion à un projet, il faut l’expliquer, le discuter, le négocier et que chacun y trouve son compte tout en faisant des concessions : c’est ce qu’on appelle une négociation “gagnant-gagnant”. Toute négociation où il y a un perdant est vouée à l’échec et donc au passage en force et aux conflits.
    Le gouvernement actuel et notre président sont d’une ignorance “crasse” à ce sujet.
    Vouloir imposer arbitrairement une loi sans tenir compte une seconde de l’opinion des autres ne pouvait que conduire à la situation actuelle, et les syndicats ne pouvant se faire entendre n’avaient pas d’autre issue provisoire que l’épreuve de force.
    L’opinion publique ne s’y trompe pas quand on voit qu’elle soutient à 70 % les grévistes.

    Je ne comprends donc pas la position de  “surdité” de l’UMP et c’est pour cela que je la critiquais méchamment, mais je ne comprends pas plus la position de l’opposition.
    Je comprends qu’au départ elle soutienne le mouvement, mais à partir du moment où le gouvernement s’obstine comme un âne, on est dans l’impasse et rester ainsi aussi dans l’obstination inverse et déclarer que si l’on parvient au pouvoir, on ramènera la retraite à 60 ans est irresponsable; c’est de la démagogie à la petite semaine.
    J’aurais été le chef de l’opposition, j’inciterais maintenant à la fin du conflit et je rassemblerai au vu de tous, syndicats, patronat et députés de gauche, mais aussi ceux du centre et de l’UMP qui oseraient venir (en subissant les foudres de Sarkozy) et je les mettrais tous autour d’une table pour étudier pendant un an un projet de réforme des retraites, qui examine toutes les solutions possibles pour en sortir avec des bilans financiers précis, et, une fois un compromis obtenu, j’expliquerai cela ensuite de façon claire à la population en vue des élections de 2012, en disant que c'est ce que j'appliquerai si j'étais élu à la place de Sarkozy.
    Je crois que les français apprécieraient une politique constructive et responsable. qui essaie de résoudre les problèmes, de faire des réformes, mais en essayant de tenir compte de l’opinion de tous, qu’on ne peut bien sûr satisfaire totalement, mais au moins on peut alors expliquer pourquoi on doit faire des compromis.

    Quand j’avais la responsabilité de mes établissements j’ai toujours trouvé en face de moi des syndicalistes intelligents et responsables. Ils savaient qu’ils ne pouvaient tout obtenir et comprenaient les contraintes, mais dans une discussion honnête où on les écoutait et où l’on tenait compte de leur avis, ils savaient eux aussi faire les concessions indispensables et on a toujours ainsi évité les conflits.
    Nos dirigeants actuels sont de mauvais meneurs d’hommes, car on n’obtient jamais rien en méprisant son adversaire et en refusant la concertation.   

Par jazz le Dimanche 24 octobre 2010 à 10:30
bonjour Jean-pierre
un coucou en passant par ici en ce dimanche.
A+ d' Emmanuel
Par Idee.Rouges le Dimanche 24 octobre 2010 à 12:38
Très constructif, et on pourrait te qualifier effectivement de patron de gauche. (je conçois aussi qu'il existe des P.G.°).

Néanmoins tu ne remets pas en question le système dans lequel tu vis, oui il faut une réforme et la durée de vie n'est pas un argument étant donné que tout le monde n'a pas cette même durée de vie, femme et homme.
Nous pourrions rajouter, qu'il n'y a pas d'égalité sur les salaires homme/femme.
Et le fait de faire partir 1-2 ans plus tard ne fera qu'entraver l'arrivée sur le marché du travail des jeunes (et qu'on vienne pas me dire que les lycéens n'ont rien à faire dans les luttes car les jeunes précaires , les jeunes chomeurs il y en a, => cf pôle emploi).

Qu'on se le dise on a sortit des milliards pour sauver notre système capitaliste de la merde (Nous avons payé).
On commence à remettre en cause le bouclier fiscal.. et l'ISF.

Et si on augmentait les salaires ? Une hausse de 33% (comme lors du Front populaire non mais c'est possible avec tous les profits engendrés par les entreprises du CAC 40...

Moi, jeune et politique est prêt à entendre la majorité autour de la table... Comme tu l'as souligné ils font tout passé sans dialogue ni débat. Alors il n'y a pas 36 solutions.
(et cela va en faire frémir plus d'un) mais le blocage économique est plus que nécéssaire.
Et je rajouterai pour conclure l'article 35 des Droits de l'homme et du Citoyen
"Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs".
Par kaa le Dimanche 24 octobre 2010 à 13:47
J'apprécie beaucoup cet article et je dois dire que je suis assez proche de tes idées. Alors sans doute suis-je aussi un gauchiste moi aussi. dans ce cas, je suis fier de l'être .
Par maud96 le Lundi 25 octobre 2010 à 12:30
Bravo pour cet article, que je trouve très équilibré !
Le simple fait qu'"Idées Rouges" trouve intérêt à ton article est d'ailleurs un hommage.
Je trouvais moi aussi qu'il était ridicule, pour la gauche, de se crisper sur la limite des 62 ans. .. surtout en voyant le nombre de pays où les gens partent plus tard !
...jusqu'à ce que j'ai lu de près des documents sur la fameuse "espérance de vie" dont s'est servi le gouvernement Sarkozy pour faire avaler la pilule à tous et justifier partie de son projet.
Or cette espérance de vie est essentiellement variable selon le travail qu'on a fourni et la profession qu'on a exercée (lire ici : http://www.domainepublic.ch/articles/9799). 7 ans d'espérance de vie de plus pour les "travailleurs en bureau" que pour les "travailleurs manuels" (ouvriers). Rien que ce fait justifie qu'on ne puisse imposer les mêmes limites d'arrêt de travail à tous, sous peine de faire payer la retraite du travailleur de bureau par les économies qu'a fait l'ouvrier (qui sera mort alors que sa quote-part aux caisses de retraite alimente toujours la pension des "cols-blancs")
... et puis il y a le "coup" de ceux qui ont déjà travaillé 42 ans, à qui on impose de travailler 44 ans ! C'est pourquoi il faut tout renégocier, pour une loi plus juste...
Le problème étant que beaucoup de dirigeants politiques semblent, à l'occasion de leur période-mandat de pouvoir, utiliser la partie reptilienne de leur cerveau !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3051665

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast