Jeudi 20 décembre 2007 à 10:09

Amour et peines de coeur



    Je suis étonné du nombre de “guenons” qui, depuis 15 jours, appellent le vieux singe pour qu'il essaie de les consoler pour des “peines de coeur” .
    J'en avais eu fort peu depuis trois mois et là tout à coup c'est l'épidémie.
    Je sais bien que le refroidissement est actuellement sur toute la France, mais je ne pensais pas qu'il était dans les coeurs !

    J'ai discuté avec cette dizaine de jeunes correspondantes qui sont toutes au lycée et j'ai constaté qu'elles ne connaissaient leur petit ami que depuis la rentrée et qu'il n'était leur “chéri” que depuis un mois ou deux.

    Les raisons de leur rupture ?
    A part un couple qui passait son temps à se disputer et ne pouvait durer, pour les autres tout allait bien. Le garçon était, parait-il amoureux, gentil et prévenant, on sortait ensemble, on découvrait les joies de l'amour et le fille devenait de plus en plus amoureuse.
    Puis, au bout de quelques semaines le garçon s'est montré moins empressé, est davantage sorti avec ses copains, a de nouveau regardé les autres filles, ce qui évidemment a provoqué des crises de jalousie.
    Celles-si ont peu à peu exaspéré le garçon, qui a fini par rompre, prenant prétexte de la séparation des vacances de Noël ou même, le plus souvent sans s'expliquer, laissant sa petite amie désespérée.
    Scénario classique.!!

    Alors je me pose la question : était ce vraiment de l'amour ?
    Chez le garçon, certainement pas : c'était une aventure agréable. Il a réussi à séduire, il a démontré son “pouvoir de jeune coq” , a pu satisfaire à la "mode de la petite amie" et se vanter auprès des copains. Sa petite amie, il l'aimait bien tant qu'elle ne le gênait pas trop avec sa jalousie possessive.
    La jeune “guenon” était beaucoup plus sincère, surtout celles pour lesquelles c'était le premier amour qu'elles découvraient, et si le garçon s'était monté particulièrement prévenant.
    Elle y a crû à cette relation, même si ce n'était qu'une illusion d'amour.
Il y a encore des filles romantiques et puis les jeunes ont souvent un "déficit de tendresse", à cette sortie de l'adolescence où l'on s'éloigne du nid familial !!
Alors la déception est grande.

    Je discutais de ces problèmes avec une de mes correspondantes fidèles avec laquelle j'échange des idées depuis plus de deux ans.
  Elle me parle souvent d'un ami formidable avec lequel elle a une relation amicale depuis plusieurs années, puisqu'ils se sont connus au collège.
    Je lui ai demandé de pouvoir publier une de ses phrases qui m'avait frappé :

“... il peut y avoir des amitiés tellement belles et simples qu'on n'a pas envie de les 'polluer' avec tous les soucis qu'entraine une relation amoureuse, surtout si à côté de cette superbe amitié, qu'on pense d'ailleurs rarement à remettre en question, il y a des histoires d'amour qui vont et qui viennent, des coeurs qui se déchirent et d'autres qui se cachent. L'amitié, la vraie je veux dire, c'est tellement plus beau et plus simple que ça...”

    Je crois que les amitiés peuvent être, comme les amours calmes ou orageuses, et que deux amis peuvent s'entendre comme dans une couple, mais qu'une relation amoureuse peut aussi être sereine,, certes avec quelques nuages, mais sans trop de “prises de tête”.
J'ai connu des jeunes dont les amours ont été durables, mais ils avaient longtemps été amis avant de tomber amoureux l'un de l'autre.

    Je ne suis pas convaincu que le “coup de foudre” débouche sur un amour à long terme; il est trop la conséquence d'une attirance passionnée, et brule comme le feu de bois dans la cheminée qui finit par des cendres en fin de journée.
    Je crois qu'être amis pendant quelques mois, avant de s'apercevoir que l'on s'aime, de même que plus tard vivre deux ans ensemble avant de se marier, éviterait bien des peines ou des impasses ultérieures et notamment les difficultés du couple, qui n'interviennent pas immédiatement parce qu'on est à la joie de se découvrir (les sentiments dans le premier cas, la vie en commun dans le second) et il vaut mieux découvrir le plus tôt possible que cela ne se passe pas bien. C'est en cela que, bien que cela me navre, je pense que ces ruptures même si elles causent beaucoup de peine, sont préférables à un long amour très bancal qui se déchire et se raccommode tous les mois.

    Il faut un an pour bien connaître un ami et au moins autant pour savoir ce qu'est une vie commune, qui vous oblige à supporter l'autre dans ses bons et mauvais jours. L'amour cela ne s'improvise pas, cela nécessite une connaissance et une confiance de l'autre qui ne s'invente pas.


    Alors je me pose la question : que faire pour guérir un coeur malade d'amour.? Nous y réfléchirons ensemble dans le prochain article.

Par welcometomymind le Jeudi 20 décembre 2007 à 12:12
Dans mon etourage, un peu plus âgé que la tranche des 15 ans, c'esr pareil chaque année : juste avant les fêtes c'est l'hécatombe des couples (même pur des relations qui durent depuis à peu près une année ou plus). Je me suis dit que c'était du à la déprime de l'hiver on se sent moins bien avec soi-même et du coup on a plus de mal à être avec quelqu'un que d'habitude ...
Par memecamouille le Jeudi 20 décembre 2007 à 18:50
Et même après une amitié d'au moins un an, il n'est pas sûr que ça dure (mais bon, c'est un cas un peu à part...).
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2365488

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast