Dimanche 18 août 2013 à 8:45

Psychologie, comportement

http://lancien.cowblog.fr/images/Images2-1/pererik.jpg          J'avais écris un article, à la demande d'une correspondante, sur l'hypnose celle pratiquée non pas en cabaret, mais par des médecins en thérapeutique.
            J'ai eu un commentaire extrêmement intéressant et très particulier, d'un jeune qui parvient non seulement à s'hypnotiser lui même, mais à se mettre en transe, sans aucune drogue pour l'y aider. C'est assez extraordinaire car il faut une force d'autosuggestion très particulière. Ce commentaire m'a valu pas mal de mails, ce qui montre son intérêt.
            Cela dit je ne vous recommande pas de l'imiter car c'est assez dangereux.
            Il me disait être adepte d'Erickson et une correspondante qui fait des études de sociologie, m'écrit qu'elle ne comprend pas, car cela n'a rien à voir avec le "développement psychosocial".
            Il y a effectivement confusion : il s'agit pour l'hypnose du psychiatre américain Milton Erickson et je vous en dirai quelques mots dans un prochain article.
            Par contre le psychiatre qui a fait une théorie sur le "développement social" est un autre psychanalyste allemand, (1902-1994), qui a travaillé aux USA, s'appelait à l'origine du nom de son beau-père Homberger, puis a pris le nom d'Erik Erikson (sans c), lorsqu'il a été naturalisé américain. Il avait été formé à Vienne et analysé par Anna Freud, la dernière fille de Sigmund et est donc encore assez imprégné de ses théories. Mais n'étant pas un obsédé sexuel, ses théories du développement de l'enfant et de l'homme sont beaucoup plus réalistes et il se réfère à des observations, et considère que la psychiatrie ne doit pas s'inspirer uniquement de modèles théoriques.
 
             Ses travaux concernent la "construction identitaire", et ses relations avec l'environnement social.
 
            Il considère que le développement de l'enfant puis de l'homme se fait par grandes périodes, au cours desquelles des tendances positives et négatives dues à l'environnement social, s'affrontent et doivent parvenir à un équilibre satisfaisant pour que l'on puisse passer sans dommage au stade suivant et en résoudre plus facilement les problème. Il décrit huit périodes qu'il appelle des "crises" (au sens de tournant important de la vie), depuis l'enfance jusqu'à la vieillesse.
            Pour vous donner un aperçu de la théorie d'Erikson, je vais vous décrire brièvement ces huit stades.
 
 
            - Premier stade de l'enfant jusqu'à environ 18 mois quand il marche et commence à comprendre des mots.
 
            L'enfant dépend totalement de ses parents, notamment sa mère qui le nourrit, il a besoin de l'affection constante de ses parents pour se sentir bien et avoir confiance en son environnement. Cette confiance dépend de la satisfaction de besoins primaires et finalement l'enfant pendant cette période apprendra la confiance ou la méfiance, vis à vis de son environnement, principalement familial. Son identité est ce qu'il reçoit.
 
            La confiance lui permettra de mieux aborder le second stade.
 
 
            - Deuxième stade de l'enfant de 18 mois à environ 3 ans quand il sait parler et communiquer couramment.
            L'enfant acquiert une certaine autonomie, de déplacement, de manger lui même, d'être propre, puis de pouvoir communiquer et commencer à poser des questions pour découvrir son environnement. Il apprend aussi certaines règles de comportement en milieu social.
            Les parents continuent à assurer sa sécurité et ses besoins élémentaires, mais aussi à l'aider dans cette acquisition d'autonomie et exploration de l'environnement.
 
            Si l'enfant est ainsi encouragé, il développe ce sens de l'autonomie et se sent capable d'affronter les difficultés (avec l'aide de ses parents). Mais si on le brime dans sa découverte de cette autonomie, ou si, au contraire on lui en demande trop, l'enfant ne prendra pas confiance en lui même et sera moins apte à franchir le stade suivant.
 
 
            - Troisième stade de l'enfant de 3 à 6 ans, quand il va aller à l'école primaire.
Le développement de l'autonomie se poursuit, sous forme notamment de l'initiative, qui permet de prévoir, de planifier en fonction d'un but, et d'entreprendre des tâches et de les mener à bonne fin. Mais il peut réussir et en avoir la satisfaction, ou au contraire échouer et se sentir coupable de l'échec. La principale activité reste le jeu.
            Il apprend à comprendre que les idées et sentiments des autres sont différentes des siennes.
 
            L'enfant va donc au cours de ce stade développer son sens de l'initiative et de la curiosité du monde qui l'enture, ou au contraire un sentiment de culpabilité et d'impuissance vis à vis de ses besoins, de ses désirs et de ses entreprises.
 
 
            - Quatrième stade : l'enfant de 6 à 12 ans environ, stade de l'école primaire, avant la puberté.
            L'enfant diminue ses jeux au profit du travail scolaire. Il a maintenant conscience de son identité et de celle des autres. Il maîtrise l'espace et le temps. Il commence à s'habituer à des concepts abstraits et à des "théories" (les lois de l'environnement).
            Il veut dans cette période de préadolescence montrer son indépendance (désobéissance), mais aussi que l'on reconnaisse ses qualités (des parents, des maîtres, des copains). Il devrait acquérir plus de rapidité intellectuelle, de patience et de persévérance.
 
            Si l'enfant est soutenu et encouragé dans ses efforts, il va développer confiance en lui et satisfaction, si au contraire il est dénigré et trop critiqué (il ne s'agit pas des punitions justes, mais des moqueries et des blessures d'amour propre), il développe un sentiment d'infériorité et a tendance à s'isoler des autres.
 
 
            - Cinquième stade : l'adolescence de 12 à 20 ans environ. (cela peut être moins ou nettement plus).
             L’adolescent est préoccupé de la manière dont les autres le perçoivent. Il change beaucoup physiquement avec la puberté et l'influence des hormones.
Il aspire à plus d'autonomie, et chercher son indépendance vis à vis des parents, souvent en s'opposant à eux, mais est aussi conscient de son inexpérience et son impossibilité à assurer lui même ses besoins et donc craint aussi l'éloignement du nid familial. Il découvre des appartenances à des groupes, à des idéaux politiques ou religieux. Ils sont ensuite face à l'orientation de leur vie future professionnelle.
            L'adolescent fait des essais et choisit sa voie avec une influence uo une aide plus ou moins grande des parents. Le problème est de savoir s'il a l'impression que ce sont des choix personnels ou imposés. Il se forge aussi un système de valeurs en parte différent de celui qu'on lui a jusque là imposé (le surmoi de Freud). Il prend conscience de ses désirs, peu à peu de leur réalisme ou de leur aspect utopique ou déraisonnable. Il construit peu à peu son identité.
 
            A la fin de ce stade, il devait pouvoir être en grande partie autonome, mais avec une confiance en soi, et une autonomie plus ou moins développées.
 
 
            - Sixième stade : l'adulte de 20 ans, ou plus à 35 ans.
            Le jeune adulte continue à confronter son identité mais principalement à des amis et à la société qui l'entoure, notamment au travail. Ils ont besoin de reconnaissance sociale et sont inquiets d'être rejetés d'un groupe ou de subir des ruptures individuelles.
            Il accepte des compromis pour conserver ces relations sociales. Il va peu a peu se forger un environnement personnel (familial et professionnel) dans ce milieu social.
            Au contraire il peut s'isoler et en subir une frustration.
 
 
            - Septième stade : la maturité : 35 à 65 ans.
            La personne a maintenant une situation sociale établie : métier, famille. La principale tâche du développement est d’apporter sa contribution à la société et d’aider la génération future (notamment au sein de sa famille). C'est le stade d'accomplissement de soi, au sens de Maslow. À l’opposé, une personne trop autocentrée, qui ne voudrait ou ne pourrait aider la société développe un sentiment de stagnation et d’insatisfaction.
 
 
            - Huitième stade : la vieillesse et la sagesse : > 65 ans.
            Ce stade final est celui de la rétrospection. À mesure que nous vieillissons nous avons tendance à moins faire de projets et diminuer nos actions, et à regarder la vie au plan du passé. Nous pouvons faire le point des réalisations développer un sentiment de réussite et de satisfaction si nous estimons avoir une vie riche et remplie. Dans le cas contraire, nous risquons de développer un sentiment de regret face à une vie ressentie comme inachevée et à la paralysie sociale, face à la crainte de la mort..
 
            Personnellement, je trouve ce modèle de développement beaucoup plus intéressant, parce plus près de la réalité pratique, que le modèle de Freud, axé sur les désirs et refoulements sexuels, mais je pense aussi qu'il est fortement inspiré de la culture américaine de notoriété et de réussite financière, surtout dans le métier.
            D'autre part cette théorie s'accordait bien avec la société de l'après guerre, jusqu'aux années 80.
            Le développement actuel des médias et des communications (télévision, ordinateur, internet, téléphones...), mais aussi le chômage, ont relativement bouleversé ce modèle, qui me semble moins actuel.
            Je crois qu'il faudra que je m'essaie à réfléchir à l'adolescence d'aujourd'hui de 14 à 25 ans, que je côtoie souvent sur les blogs et dans les mails que je reçois, mais aussi dans ma famille et en discutant avec des amis.

Par JACk-sCEPTikE le Lundi 9 septembre 2013 à 15:14
Merci, cet article apporte beaucoup de réponses à des questions vis-à-vis de mon ex petite amie, d'avec qui je me suis séparé il y a quelques mois, mais dont la proximité sociale fait qu'il reste beaucoup de choses "irrésolues"...

Merci de m'aider par le biais de cet article à mieux comprendre certaines "incohérences" comportementales ^^
Par Alexis Grain le Mardi 27 août 2019 à 19:55
Bon article, merci beaucoup pour le boulot
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3248313

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast