Samedi 21 mars 2009 à 11:18

Adolescence

http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs3/P1010111-copie-1.jpg

    Presque tous ceux qui m’écrivent sont privilégiés sur le plan matériel et ont presque tout ce qu’ils désirent. Et pour la plupart d’entre vous, vos parents vous aiment et, d’après vos dires, paraissent “supportables” !
    Je suis toujours étonné que par contre, vous supportiez aussi mal les frustrations quotidiennes : vulnérabilité devant la “vie” en général, difficulté à accepter les contradictions de toutes sortes, les critiques des copains des parents et des profs, les contraintes de temps, les interdits concernant les sorties ou certains achats, refus de la moindre contrariété et des petits différents avec les copains et copines
    Sans parler d’une inadaptation aux horaires et rythmes de vie, d’une alimentation à la demande et souvent anarchique, d’une recherche incessante de relations et d’activités, du refus de l’ennui (pourtant pour devenir créatif, il faut s’ennuyer un peu; je crais que vous ne tuiez ainsi votre imagination !).

    Que vous recherchiez les bienfaits d’une vie matérielle aisée, puisque cela vous est possible, je comprends. Par contre que vous vous opposiez fréquemment et parfois systématiquement à l’autorité des parents, aux demandes de vos professeurs, aux idées de vos camarades, que vous n’hésitiez pas à affermir “votre pouvoir” par le conflit systématique, la comédie, voire le chantage et la menace, me parait vraiment une attitude peu compréhensible.
    Je ne parle pas des petites disputes, confrontations , oppositions typiques des conflits de génération et des ados qui cherchent à sortir de leur cocon et ont du mal à distendre, peu à peu, raisonnablement, le lien avec leurs parents ou des malentendus et disputes inévitables entre copains.
    Votre attitude me parait souvent disproportionnée par rapport à cela et j’en cherche la raison.

    Je pense à la phrase célèbre des droits de l’homme “la liberté de chacun s’arrête là où commence celle des autres” et je me demande si l’autorité parentale n’a pas été fragilisée et si l’éducation qui devrait être donnée aux enfants par les parents, n’a pas dans bien des cas, de grandes failles.
    Certes lbeaucoup de psychologues reconnaissent dans l’agressivité des enfants, le refus de la frustration face à la “réalité”, mais ils en tirent ensuite des conclusions et recommandations qui déresponsabilisent les parents.
    Ils ont institué une croyance selon laquelle les réprimandes et les contraintes apportées par des “règles” seraient interdites, sinon l’enfant ou l’ado aura des problèmes psychologiques, via une opération de refoulement.
    On est très étonné quand on compare au texte initial de l’auteur, les propos qu’ils attribuent à madame Dolto, la “Freud française de notre époque”. Jamais madame Dolto n’a prôné l’absence de règles, recommandation dont on lui attribue la maternité.
    Ce qu’a dit Françoise Dolto, c’est que la crise normale de l’adolescence qui  n’a pas su s’exprimer, du fait d’une problématique compliquée (et non du fait d’une permissivité éducative), risque de jeter l’ado dans des difficultés plus lourdes, vers la souffrance, voire vers des conséquences extrèmes : l’alcoolisme, la toxicomanie, la délinquance ou le suicide. Elle a au contraire montré que le très jeune enfant avait besoin de limites et ne devait pas se trouver sans repères.

    Il me semble que dans cette crise de l’adolescence, soit  vous arrivez à intégrer la réalité de la vie, de l’univers et vous vivrez - ou ne vivrez pas - une crise  passagère d’opposition et de singularité salutaire, pour vous affirmer en tant qu’individu et s’émanciper en tant qu’adulte, soit vous ne sortez pas de votre monde de rêve et vous n’y intégrez que le principe de votre plaisir, et vous vous enfermerez alors, dans un refus de la réalité de plus en plus grave, car vous serez bien obligés de vivre en tant qu’adulte dans le monde réel.

    Mais je crois qu’il faudrait aussi que les parents s’en remettent moins aux théories de la frustration, soient plus réalistes,  vous aident à découvrir cette réalité, et vous imposent des règles, un contrat clair, qu’ils vous les expliquent pour obtenir leur acceptation, et qu’ils les respectent ensuite eux mêmes, de la même façon qu’ils exigent de vous leur respect.
    Je crois que parents comme professeurs devraient essayer de comprendre mieux les jeunes et ne pas poser à priori le principe qu’un ado est en crise et est systématiquement contre tout, lorsqu’il manifeste une réticence à faire une action qui le gêne psychologiquement.
   
    Un effort important et mutuel de communication me paraît indispensable, car il semble que, alors que les moyens techniques de communication ont centuplé en vingt ans, la compréhension entre parents et enfants s’est plutôt détériorée.
C’est vrai aussi pour les professeurs et leurs élèves.
    Et bien sûr rien ne peut se faire si on ne se montre pas récirpoquement notre intérêt, notre attention, notre amour.

    J’aimerais connaître votre réaction, face à ce réquisitoire peut être un peu sévère. Je ne dis d’ailleurs pas que vous êtes tous comme cela. Je connais des jeunes qui acceptent les contraintes de la vie - et souvent d’une vie très studieuse - et qui ne s’en portent pas plus mal et semblent malgré tout heureux. Mais je pense qu’un petit effort mutuel des jeunes pour sortir de leur bulle et des adultes pour les comprendre, pourrait grandement diminuer le nombre de cas de tristesse que je rencontre.




Par plop-maw le Samedi 21 mars 2009 à 12:11
Pour ma part j'accepte la plupart des choses que l'on m'impose. Mais innexplicablement, il a des choses face auxquelles je me braque... C'est souvent le probleme de la timidite. Quand je prend peur on ne peut presque rien obtenir de moi. Il y a des choses que j'accepte qui sont beaucoup plus graves mais si j'ai peur je suis bloquee. C'est notamment en matiere d'oraux. J'ai pourtant fait de gros progres, j'accepte d'aller a mes orals de francais sans avoir peur maintenant. Les oraux de TPE aussi... ECJS, tout ce qui est tres formel... En fait, ce sont des matieres ou j'ai appris a etre sure de moi de part mes recherches et si je connais mon sujet, l'oral se passe toujours bien... Le reste, je suis paniquee. Je me demande pourquoi? Si c'est une histoire de jugement des autres ou autre...
Par lancien le Samedi 21 mars 2009 à 12:36
Je ne pensais aps à toi en écrivant cet article. Ce que tu décris c'est surtout de la timidité et un manque de confiance en toi. Un peu la peur des autres bien sûr. On en reparlera ensemble. biz Papynet
Par maud96 le Samedi 21 mars 2009 à 15:51
C'est vrai que de temps à autre je tombe, en "butinant" sur Cowblog, sur des articles qui me font bondir. Photos du dernier gadget (téléphone), de piscines privées, d'appareils photo super, d'achats assez élevés lors de déplacements, etc... Bref, il y a des "enfants gâtés"... qui ne veulent pas savoir leur chance. "Blingbling" de pacotilles !
Mais il y a aussi ceux, souvent plus "silencieux", qui travaillent et en ont marre au bout d'un moment, se défoulent dans un article, se "reprennent" et corrigent après-coup leur article qu'ils ont jugé trop négatifs... et ceux qui auraient vraiment raison d'être tristes, parce que çà fait 4 mois qu'ils cherchent du travail...
Il y a aussi ceux qui se donnent pour principes d'être "contre" tout ce qui est "pour" (et l'inverse !. Parfois très drôle quand c'est dit avec humour.
La frustration est, je suppose, un des moteurs essentiels pour que l'oisillon quitte son nid.... et après, quand il est seul, pour qu'il se dise : "Maintenant, il faut que je me trouve à "becqueter"...
Le pleurnichard entêté est niais... le "ravi" éternel aussi. J'aime bien trouver sur Cow toute la variété des cordes du violon humain, depuis la corde qui gémit jusqu'à celle dont le son transporte de joie...
Par invidia le Samedi 21 mars 2009 à 16:06
J'ai le sentiment aussi que certains parents veulent essayer de donner trop de liberté à leurs enfants, quitte à ce que ces derniers aient le sentiment de ne pas vraiment avoir d'importance pour eux. Ce qui ne fait donc qu'aggraver les choses.
Quoi qu'il en soit je pense en effet que les parents devraient imposer des règles (sans tout interdire, sans quoi là aussi leurs enfants vont forcément chercher à braver l'interdit et faire des conneries) pour que tout fonctionne. Ce qui me fait penser d'ailleurs que ces derniers temps certains discours sont un peu trop basés sur des "ne tapez pas vos enfants sinon ils seront traumatisés" alors qu'un claque n'a jamais tué personne.

Bref, j'ai l'impression de m'éloigner un peu du sujet.. Moi non plus je ne comprends pas toujours les réactions de certains jeunes, surtout face aux autres.
Par Heart.Of.St0ne le Dimanche 22 mars 2009 à 10:27
ça dépend tellement des gens.. je suis d'accord sur le fait qu'il faudrait mieux parler avec les autres pour aller mieux. Et puis à mon avis le bonheur ne repose pas que sur le bien être matériel. On peut tout avoir et se sentir mal .. on dirait une accusation (le début de l'article) et puis ce qui est publié dans les blogs ne sont qu'une partie de la vie des gens .. personne ne connait vraiment toute la vie d'une autre personne .. alors on ne peut pas juger ... Ceux qui mettent en avant leur possession sur des photos (j'ai jamais vu ça sur cow mais bon) on peut être juste ce besoin (inconscient à mon avis) de se donner une belle image m'enfin...
Par Olsson le Dimanche 22 mars 2009 à 21:45
Il y a une chose qui me choque, c'est lorsque tu dis que certains ont la conscience de l'univers où ils vont vivre, ou bien alors, restent dans l'irréel. Je ne sais pas si c'est moi, ou si tu dis qu'on ne peut pas évoluer et changer en fonction de notre maturité. Je m'exprime mal, ce serait comme si on disait à un enfant pauvre "tu resteras pauvre". L'avenir n'est pas tracé et c'est en grandissant qu'on le trace.
Je réponds au mail demain ! Bonne soirée.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2813112

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast