Mardi 27 mars 2012 à 8:09

Stress, dépression, médicaments

            Quand j'étais jeune il n'y avait pas de psys : pas encore inventés.
            Bien sûr il y avait eu le père Freud et sa psychanalyse, mais seuls des psychiatres l'utilisaient et à l'époque, ils ne soignaient que de vraies maladies mentales. Les tranquillisants n'existaient pas (la première benzodiazépine, le valium, date de 1963), et les médicaments psychotropes se comptaient sur les doigts de la main.
            Les gens qui avaient du vague à l'âme ou une humeur changeante faisaient avec et de bonnes vieilles recettes de grand-mères, basées sur une vie studieuse et hygiénique, en venaient en général à bout.
            Les médias n'existaient pas, le multimédia non plus, il fallait travailler et il n'y avait pas de chômage. Alors on ne stressait pas et pour se reposer du boulot, on faisait du sport !
 
            Mais aujourd'hui avec l'audiovisuel en plus du travail, on ne sait plus où donner de la tête, on est stressé et en plus on a peur de perdre son travail, quand on n'est pas déjà au chômage. Et puis il faut bien donner du boulot aux psys, bien que les accidents et autres malheurs occupe pas mal de cellules psychologiques.
            Alors pour faire un peu peur et inciter à consulter, on a inventé des noms pour tous nos états d'âme et les hebdomadaires et la télé nous en rebattent les oreilles.
 
            Autrefois, ceux qui avaient une humeur un peu instable, on disait qu'ils étaient cyclothymiques, et c'était un petit mot gentil, qui ne faisait peur à personne.
            Ma grand mère, une des rares femmes à l'époque sachant conduire une voiture, disait plutôt "celui là il a le caractère en dos d'ânes et en montagnes russes".
            Aujourd'hui les psys vous diront l'air inquiet, "il est peut être bipolaire", et évidement vous le verrez tout de suite dans un hôpital psychiatrique, alors que la plupart du temps ce n'est pas si grave que cela.

http://lancien.cowblog.fr/images/SanteBiologie-1/definitionmaladiebipolair.jpg
 
          
  Que fait une personne bipolaire?
 
            C'est une personne dont l'humeur est assez fluctuante et qui oscille entre des périodes d'excitation et des périodes de mélancolie, passant assez facilement d'un extrême à l'autre.
 
            Le psys vous diront que c'est un trouble maniaco-dépressif (maniaque ne veux pas dire comme dans le langage courant tatillon, préoccupé d'une chose jusqu'à l'obsession, mais signifie en psychologie, avoir des degrés d'humeur d'irritation ou d'énergie anormalement élevés, être hyper actif un peu comme Sarkozy !).
            Alors c'est vrai que pour certaines personnes, cela peut être grave, car un état maniaque très intense peut conduire à des crises de fureur ou de violence, voire des délires et des hallucinations tandis que la mélancolie poussée à l'extrême devient une dépression, avec d'éventuels états suicidaires.
           Dans le cas où les personnes présentes des troubles sérieux où parfois les états d'excitation et de dépression se mélangent, la maladie peut être confondue avec la schizophrénie.
 
            http://lancien.cowblog.fr/images/SanteBiologie-1/depression.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/SanteBiologie-1/Unknown.jpg

            




















             Si vous vous référez aux livres de psychologie, dans la phase dépressive, la personne ressent un manque de motivation, des problèmes de concentration, de l'apathie ou de l'indifférence, de la fatigue et des pertes d'intérêts dans les activités, anxiété, timidité ou manque de confiance en soi.

            Au stade suivant elle éprouve des sentiments persistants de tristesse, d'anxiété, de culpabilité, de colère, d'isolement ou de désespoir ; des troubles du sommeil et de l'appétit; agressivité, souffrance chronique avec ou sans cause apparente.
            Dans la phase d'excitation euphorique, la personne est gaie et hyperactive, a tendance à être euphorique, à avoir davantage d’idées, à faire des projets parfois très ambitieux voire irréalistes, et peut manifester une certaine désinhibition sociale.
            L'individu peut perdre contact avec la réalité, ne plus ressentir la fatigue ni l’envie de dormir, prendre des risques importants pour lui ou devenir agressif.

            Ces deux états sont entrecoupés d'états normaux pendant lesquels la personne qui s'est livrée à des écarts de comportement en raison à son état d'excitation et d'euphorie, peut regretter ses actes malheureux au point de tomber alors dans l'état dépressif.
            La durée des épisodes maniaques ou dépressifs, va de quelques semaines à plusieurs mois. Leur fréquence est également variable.
            Chaque malade a donc son propre "cycle" qui est composé d'une phase maniaque, d'une phase dépressive et d'une phase "normale". On parle de trouble bipolaire à cycle rapide lorsque les patients présentent au moins quatre cycles par an. Parfois, l'humeur peut même changer tous les jours, ce qui rend la vie de ces patients extrêmement difficile.
            C'est vrai que certains malades présentent ces symptômes à l'extrême et dans certains cas de prise de risque ou d'agressivité, il est nécessaire de les hospitaliser.
            C'est vrai aussi que certaines personnes, qui ont des accès importants, fonctionnent normalement lorsqu'elles ne sont ni en phase maniaque, ni en phase dépressive, et se sentent généralement bien. Ces périodes "normales" peuvent durer plusieurs années.
            On peut donc être bipolaire, sans bien s'en rendre compte et le diagnostic est parfois difficile.
            On estime à 1% le nombre de personnes atteintes par cette maladie. (ce qui me paraît énorme !). Les femmes sont autant touchées que les hommes. En moyenne, le trouble bipolaire apparaît vers l'âge de 30 ans.
            Les recherches actuelles sont en faveur d'importants facteurs génétiques à l'origine de ce trouble. Cependant, différentes sources de stress extérieurs semblent capables de favoriser la survenue d'un épisode. Les saisons affecteraient aussi les troubles de l'humeur: la manie est plus fréquente en été et la dépression en hiver.
 
            Mais à l'inverse tout le monde à des hauts et des bas dans son humeur sans être pour cela bipolaire.
J'ai constaté que certaines personnes qui ne souffraient que de d'une toute petite dépression passagère, ont souvent reçu des étiquettes effrayantes en allant voir un spécialiste : borderline, psychose, hypomanie, maladie bipolaire… Toutes sorte de maladies mentales effrayantes.
J'ai trouvé sur internet et dans des journaux, des "tests" (qui ne sont pas ceux utilisés par les médecins), et je me suis amusé à les faire.
Suivant mes humeurs du moment et la façon d'ont j'interprétais les questions et donc faisait les réponses, je me suis trouvé parfois à la limite de la bipolarité ou du borderline (qui est une grande variabilité des émotions).
 Par exemple quand on vous demande si pendant une durée d'au moins deux semaines consécutives vous avez ressenti:
- Une absence d'intérêt ou de plaisir pour des activités habituellement agréables.
                        - Une variation de plus de 5% ou de votre appétit (en + ou en -).
                         Un état de fatigue.
                        - Des difficultés à vous concentrer ou à prendre des décisions.
                        - Une distractibilité avec l'attention très vite attirée par des événements extérieurs multiples.
                        - Une certaine tristesse ou de l'anxiété.
            Si vous êtes un peu fatigué par l'hiver ou votre boulot, vous répondrez forcément "oui".
 
            Alors si vous êtes d'humeur changeante, ne vous croyez pas tout de suite bipolaire.
Commencez par vous demander si vous dormez assez, si vous ne passez pas trop de temps à des activités multimédias, et si votre vie n'est pas trop trépidante.
            Et si vous avez vraiment des doutes, voyez votre médecin généraliste avant d'aller voir le psy !
 
 
Par alyane le Mardi 27 mars 2012 à 10:44
Quand ces personnes suivent un traitement régulier, elles s'équilibrent et vive assez bien.
Par maud96 le Mardi 27 mars 2012 à 12:20
Je ne te mets pas de coms, parce juste aujourd'hui, à 6H30 du matin, et avant de partir au travail, quand je vois qu'il fait -6° alors que les blogs français parlent de soleil et de printemps, j'ai le moral dans les chaussettes (que j'ai "doublées"!). Je crois que je suis en "bipolaire dépressif" :) J'aime bien les petits dessins qui illustrent cet article ! Bonne après-midi !
Par MiMiNe le Mardi 27 mars 2012 à 15:10
Cool ! J'ai enfin des réponses à mes questions.. non pas que je me croyais bipolaire je pense qu'on me l'aurait dis ? ou pas :) ! mais j'ai tellement lu ce mot sur quelques blogs que je voulais un peu comprendre car sur le net ça part en cacahuète les explications médicales !
Par Giru le Mardi 27 mars 2012 à 21:31
Bonjour, je me permet de réagir sur quelques erreurs de cet article.

"En moyenne, le trouble bipolaire apparaît vers l'âge de 30 ans."
Pas du tout. En réalité, c'est un trouble qui est présent depuis la naissance et avec lequel la personne bipolaire devra vivre toute sa vie. Selon certains pédopsychiatres, il est possible de reconnaître la bipolarité chez un enfant en bas âge.

"Chaque malade a donc son propre "cycle" qui est composé d'une phase maniaque, d'une phase dépressive et d'une phase "normale"."

Je suis moi-même diagnostiquée bipolaire de type II; c'est une forme dans laquelle il n'y a pas de phases maniques mais des phases hypomaniques, à ne pas confondre.


Sinon on entend de plus en plus parler de cette maladie et du coup, c'est quelque chose qui fait moins peur aux gens, et ça c'est cool. Merci!
Par vera24 le Jeudi 26 avril 2012 à 14:55
Etre bipolaire me rappelle le film avec Jason Statham où il court tout le temps et est superactif. Seulement, il n'y a pas de temps de répit pour lui. C'est quoi le remède d'être bipolaire?
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3175795

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast