Dimanche 2 novembre 2014 à 8:18

Psychologie, comportement

http://lancien.cowblog.fr/images/Images2-1/creer.jpg

    J’ai longtemps travaillé dans des laboratoires ou des entreprises qui faisaient de la recherche appliquée et des études, dans des domaines techniques assez pointus.
    L’innovation et la créativité était une chose importante, et ce n’est pas toujours facile « d’avoir des idées ».
    Je discutais il y a quelques temps avec un jeune ingénieur, et j’ai constaté que les écoles étaient muettes sur ce que sont les « idées » et la créativité, et sur la façon de stimuler les imaginations pour apporter des innovations.

    Le mot « idée » est mis un peu à toutes les sauces : pour vous en convaincre consultez Google, mon ami le petit Robert ou  ma grande amie la Rousse.

    - Il y a d’abord les opinions, les jugements de valeur, les convictions, les préjugés de chacun de nous : les idées de quelqu’un sur quelque chose.
    - C’est aussi la définition, le contenu, les notions, les concepts, les théories : l’idée que quelqu’un se fait de quelque chose, de sa nature, de sa fonction…
    - On peut avoir l’idée de faire quelque chose : c’est alors un projet, un souhait, une envie, un objectif.
    - C’est aussi la méthode et les moyens pour le réaliser, d’agir, les solutions.
    - Mais avoir une idée c’est enfin imaginer quelque chose de nouveau d’inattendu, qui répond à un besoin, et en dépit des difficultés ou des problèmes notamment techniques que cela pose.
    On peut la décliner : au début c’est un simple concept, une élucubration; puis on peut la préciser, l’option, la voie, le schéma général; il y a alors en général une phase difficile où l’on regarde la faisabilité, mais aussi la pertinence du résultat, les problèmes d’environnement et de coût. Ensuite cela peut devenir un projet.
    De façon générale, c’est une « idée de solution » à un problème non résolu, qu’il soit technique, artistique, commercial, relationnel….
    La solution en question peut être assez classique, en appliquant des méthodes connues, ou bien nouvelle, voire inattendue : c’est une innovation.

    La première chose qu’il faut savoir, c’est qu’on n’invente rien ex nihilo. La génération spontanée, c’est comme pour les microbes, cela n’existe pas !
    Une solution même très innovante fait toujours appel à des informations et connaissances que nous avons en mémoire, mais en rapprochant des données que l’on n’a pas l’habitude de mettre ensemble, et c’est cela qui donne le caractère innovant. C’est vrai non seulement en technique, mais aussi dans le domaine artistique, que ce soit peinture, musique ou littérature. Le rapprochement de ces idées peut être inconscient, intuitif, mais il peut aussi être l’objet d’une recherche organisée, pas à pas, en décomposant le problème en sous-problèmes et en cherchant des solutions à ceux-ci.

    Alors y a t’il des recettes pour « avoir des idées » ?
    Il y a d’abord des gens plus doués que d’autres. En géénral les personnes dont la préférence cérébrale de perception est « globale G » sont plus douées que ceus de préférence « sensitif S ». Cela tient à ce que le S est enfermé dans un processus pas à pas d’exploration systématique, alors que le G explore le champ des idées plutôt en arborescence. Il lui est donc plus facile de rapprocher des notions qui habituellement ne sont pas regardées ensemble.
    Mais il est certain que pour être créatif sur un sujet donné il faut être compétent, avoir des connaissances et une expérience importante du sujet.On ne peut pas rapprocher des idées que l’on ne possède pas !
    On n’est pas créatif si l’on a une seule idée, car elle est alors figée. il faut avoir plusieurs idées, les comparer, les compléter, et là il en vient une quatrième, puis d’autres et c’est le rapprochement et la dissection de toutes ces idées qui peut faire l’innovation.

    Je connais mal le processus de créativité artistique, mais, dans le domaine technique il est certain qu’on a rarement des idées très novatrices toiut seul. Il faut travailler en équipe, car chacun a des compétences et une expérience différente, alors l’un émet une idée, l’autre la critique ou la complète, un troisième apporte autre chose, et ainsi on finit par mettre côte à côte des options inattendues et donc approcher vers une solution innovante.
    Diverses personnes se sont penchées sur la question de la créativité et un des schémas de méthode me parait intéressant. Si on représente les idées dans un schéma à deux dimensions, on peut mettre en abscisse l’efficacité d’une solution et en ordonnée sa nouveauté, son originalité.
http://lancien.cowblog.fr/images/Images2-1/cheminenS.jpg    En bas à gauche on a une solution de routine et peu efficace et en haut à droite le but recherché, la solution innovante et efficace. Alors on aimerait parcourir le chemin de l’un a l’autre en diagonale. C’est très rare et en général une approche progressive utilise une démarche faite de petits S.
    Il faut réaliser momentanément une progression sur une dimension, tout en acceptant une régression sur l’autre et peu à peu on fait ainsi des progrès.
    Il faut une équipe pluridisciplinaire, des imaginatifs, mais aussi des pragmatiues, des gens d’imagination, des gens d’évaluation, des gens d’organisation et des gens d’action. Une solution n’est pas une idée, mais des idées, un processus, des méthodes, des moyens et une vérification de l’efficacité attendue.

    Le problème en matière de créativité est qu’on ne sait faire que peu de choses tout seul, mais qu’on aimerait être le seul auteur de l’idée géniale. L’individualisme est souvent le grand adversaire de la créativité technique.  L’autre obstacle initial est certains préjugés et la résistance au changement. Il faut une volonté de transformer les habitudes, les techniques, les processus , le monde.
    Puis il faut avoir une méthode efficace : si le problème à résoudre n’est pas défini clairement, et si on n’a pas des gens compétent, on n’avancera pas. Mais il faut laisser la bride à l’imagination et que les gens d’organisation et de rigueur acceptent des « idées folles » momentanément, et que l’on dispose de critères d’efficacité. Sans doute l’idée folle ne sera pas retenue, mais elle sera le germe d’une autre idée plus efficace.

    En fait il faut arriver à imaginer les solutions possibles et les explorer peu à peu. C’est un travail souvent lent et difficile et on finit enfin par trouver une des bonnes solutions. Alors on dit « Eureka, j’ai trouvé », mais en fait ce n’était pas une intuition, mais un long travail de réflexion, dont peut être une partie inconsciente.
    Et il n’y a créativité que si la solution est mise en pratique, sinon cela reste de la supposition.
    Mais nous ne pouvons créer que ce que nous savons créer : les êtres humains n'ont pas la capacité d'imaginer quoi que ce soit d'étranger à leur univers.

http://lancien.cowblog.fr/images/Images2-1/creativiteinnovation.jpg
Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3269697

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast