Dimanche 3 janvier 2016 à 15:20

     Je suis toujours émerveillé par le bon fonctionnement de notre cerveau, alors qu’il est d’une complexité extraordinaire et en particulier par le mélange électrique et chimique de la transmission de l’influx nerveux. Les neuro transmetteurs dont on connaissait une quinzaine en 1980 sont maintenant plus de cent !
    Le mécanisme de leur action est une merveille; je l’ai décrit dans plusieurs articles, et je le rappelle brièvement ici.
   
    A la jonction entre l’axone provenant d’un neurone et la dendrite qui va vers un autre neurone, se trouve un petit « bouton », une synapse, qui comporte une discontinuité : la « fente synaptique », très fine (quelques dizaines de nm), dans laquelle circulent des ions et des protéines et corps chimiques divers.
    Certaines synapse se trouvent le long de l’axone et d’autres en bout des axones.
    La synapse est composée de trois parties :
    - l’élément présynaptique, qui se présente sous la forme d'un renflement de l'axone, rempli de petites vésicules de formes variées (les vésicules synaptiques) contenant ujn neurotransmetteur chimique.
    - la fente synaptique qui est truffée de récepteur de neurotransmetteurs, qui sont de grosses protéines enroulées en spirale, qui peuvent se lier avec un neurotransmetteur bien déterminé et qui se dilatent alors pour laisser passer des ions.
    - l’élément postsynaptique, appartenant à la dendrite, dépourvu de vésicules et qui  comporte des récepteurs de neurotransmetteurs canaux à ions, qui permettront la transmission d’un potentiel d’action positif ou négatif, selon le neurotransmetteur.

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau1/2323805.jpg

    Au niveau de la synapse, l'influx nerveux qui arrive par l’axone, libère des molécules du neurotransmetteur qui traversent la fente synaptique, entre l'axone et la dendrite du neurone suivant, (voir figure ci dessus), et entrent dans des récepteurs spécifiques et favorisent alors le passage à travers des “canaux ioniques”, d'ions positifs ou négatifs (en général Ca++ et Cl-), lesquels propagent un signal positif ou négatif dans la dendrite, vers le corps du neurone suivant.
    Le processus de diffusion des neurotransmetteurs dans la fente synaptique met une dizaine de microsecondes à s’établir, et est terminé au bout d’une centaine de microsecondes : les neurotransmetteurs sont soit détruits, soit repris dans des vésicules, les canaux ioniques se ferment et au contraire des pompes à ions éliminer les ions restants.

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau2/vesicules.jpg

    Les parties présynaptiques des axones renferment en général les vésicules contenant des neurotransmetteurs, qui sont synthétisés sur place.
    Mais ce n’est pas toujours le cas et certains sont produits dans les corps des neurones. Ils doivent alors être transportés tout au long de l’axone, jusqu’à la synapse.
    Les vésicules produites dans le corps du neurone migrent comme des wagons sur des structures de l’axone, constituées par des protéines filamenteuses, qui jouent le rôle de rails. Elles vont de synapse en synapse et s’arrêtent lorsque une synapse n’a plus une réserve suffisante de neurotransmetteur.
    Leur déplacement, mis en évidence avec un microscope électronique, semble aléatoire.

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau2/deplacementvesicules.jpg
           Ce transport de neurotransmetteur dans les axones par des protéine, m'émerveille. C'est comme si on les transportait par un train et qu'on approvisionne là où il y a un besoin. Je trouve la nature extraordinaire.
Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3275374

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast