Vendredi 31 janvier 2020 à 10:11

Biologie, santé.

http://lancien.cowblog.fr/images/Image4/Unknown2-copie-2.jpg
                Des pestes antiques et du Moyen Age aux virus modernes,  Ebola et Zika ou du SRAS (le syndrome respiratoire aigu sévère), l’humanité a peur des épidémies depuis des millénaires, car autrefois, virus et bactéries ont décimé des populations entières, car la médecine embryonnaire de l’époque n’arrivait pas à les contenir. 

           Alors, à chaque apparition d’une nouvelle menace, même minime, l’opinion imagine des conséquences apocalyptiques, plausibles ou non, en oubliant que la médecine a fait des progrès.
          C’est bien le cas actuellement pour le coronavirus chinois (qui n’est pas jaune et n’a pas les yeux bridés !).
          Je voudrais essayer de ramener les craintes actuelles dans le domaine du raisonnable.

           J’ai déjà fait un article sur les virus, que vous pouvez consulter en cliquant dans la rubrique Accueil / Santé au 1/8/2019.

 « Qu’est ce qu’un virus ».

          J’y rappelais que ce n’est pas un être vivant C’est une “entité biologique” qui nécessite une cellule hôte d’un homme ou d’un animal, dont il utilise les constituants pour se multiplier. Il ne peut se multiplier seul, ni subsister longtemps à l’extérieur.
         Il est composé d'une molécule d'acide nucléique (soit d'ADN soit d'ARN), entourée d'une coque de protéines appelée "capside" et parfois d'une enveloppe. Il ne possède en général aucun enzyme pouvant produire de l'énergie. Les virus sont le plus souvent de très petite taille, comparée à celle d'une bactérie, comprise entre 10 et 250 nanomètres. ( nanomètre = un millionième de mm).

 Ci-dessous le virus de la grippe.

Il ne faut pas avoir peur du coronavirus chinois

 Qu’est ce qu’un coronavirus

           Les coronavirus forment une famille comptant un grand nombre de virus qui peuvent provoquer des maladies très diverses chez l’homme, allant du rhume banal au SRAS, et qui causent également un certain nombre de maladies chez l’animal (principalement des mammifères et des oiseaux) 
 Il ne faut pas avoir peur du coronavirus chinois          Ce sont virus constitués d'une enveloppe entourant une capside à symétrie hélicoïdale. Leur génome est d’environ 30 00 bases puriques, , valeur très élevée pour un virus è ARN. Le terme coronavirusprovient de l'apparence au microscope électronique, caractérisée par une frange de grandes protubérances entourant l'enveloppe avec l'apparence d'une couronne, par analogie avec la couronne solaire.

          La plupart de ces virus déclenchent, chez l’homme comme chez l’animal, des syndromes respiratoires analogues à des pneumonies.
          Une nouvelle forme de syndrome respiratoire, analogue au SRAS, est apparue à Wuhan (en Chine) début décembre 2019. La pneumonie de Wuhan est due à un nouveau coronavirus, dont six génomes ont été communiqués à la communauté scientifique internationale. En janvier 2020, le virus a été nommé 2019-nCoV.
           La maladie est apparue chez des clients du marché aux poissons de Wuhan (où l'on vend aussi des oiseaux, des serpents et des lapins). Elle est d'origine animale et se transmet entre êtres humains. elle peut avoir été transmise dans ce marché par un animal ou par un homme qui avait été Au 26 janvier 2020, 56 décès ont été recensés sur environ 2 000 personnes infectées.

          Dans l’article du 3/8/2019, je parlais des conditions de contagion et j’expliquais que, pour les virus, ils se propageaient surtout soit par les voies respiratoires, (par exemple grippe), soit par contact avec des liquides du corps humain (Ebola).          
           Le virus chinois, comme celui de la grippe, se propage principalement par respiration de gouttelettes contenant des virus, expectorées par les malades (ou les porteurs sains) et par absorption des virus lorsque les gouttelettes se déposent sur des surfaces (ou y sont déposées par des objets contaminés, les mains en particulier), et nous touchons ces surfaces avec nos mains que nous portons ensuite à la bouche, au nez ou aux yeux. Les virus passent alors par les muqueuses de ces organes.
           Ces dépôts de gouttelettes infectées sur des surfaces où elles sèchent et qu’elles contaminent avec des bactéries ou des virus ont reçu un nom bizarre et peu connu : des “fomites”. Elles sèchent plus vite en été et la chaleur et les rayons UV du soleil, tuent les virus en quelques heures. En hiver, la contamination peut être active plusieurs jours.
(Pour votre culture générale, Wikipédia indique que “fomite était le nom autrefois donné aux éclats de bois se détachant des arbres lorsqu'on les abattait à la hache et désignait également les étincelles du silex ou que le marteau fait surgir lorsqu'il frappe le fer chauffé au rouge sur l'enclume.”.)
          Le virus peut également se transmettre par la salive et donc une contamination des lèvres et des mains du malade.

Dans l’article du 4 août je parlais de la lutte contre les virus.

          
 Il n’y a pas de médicament général très efficace pour lutter contre les virus. Les antibiotiques sont sans effets, mais peuvent éviter que le malade affaibli par le virus, ne succombe ensuite à une infection par des bactéries diverses.

           Il existe des médicaments antiviraux spécifiques d’un virus donné.  mais ils ne ne tuent pas les virus. Ils les empêchent de se multiplier, pour permettre à l’organisme de les éliminer plus facilement. Un des principaux moyens de suivre l’efficacité d’un traitement antiviral est d’ailleurs de mesurer la charge virale, c’est-à-dire le nombre de virus présents dans le sang.  
           Il existe aussi des vaccins pour atténuer préventivement l’effet du virus comme c’est le cas pour la grippe.

           Donc, dans la cas d’un virus nouveau, comme le virus chinois, on n’a pas de médicament spécifique.
     
    Alors que faire ?

           La première chose à faire c’est que les personnes atteintes contaminent le moins possible les autres. Il faut donc les mettre à l’écart et rechercher toutes les personnes qu’elles ont pu rencontrer pour examiner leur état de santé et éventuellement les isoler également.
           En Chine il a fallu d’abord qu’ils identifient le virus en cause, lequel était inconnu. Pendant  pus d'un mois il y a pu avoir contamination, et fialement le nombre de malades actuels (environ 2000) n’est pas très grand, vi à vis de ce délai
           Maintenant les chinois ont pris des mesures drastiques et la propagation est beaucoup mieux contrôlée.
            En France on sait la nature du virus et ses effets. Donc dès l’apparition des 3 cas, les personnes ont été mises en chambres stériles et leurs contacts éventuels ont été recherchés pour examiner leur état de santé. Le risque de propagation est donc très faible.

            Par ailleurs lLes études ont montré que la contagion était très peu probable en plein air, même sans masque, si on se maintient à plus de 2 mètres des autres personnes. car la dilution dans l’air des gouttelettes est très rapide et les UV jouent leur rôle protecteur.
            Par contre la contagion est plus probable dès que l’on séjourne nombreux dans des locaux peu ventilés, comme les bureaux, le métro, les classes, les magasins…
            Les études des dépôts de particules dans les diverses parties du système respiratoire ont montré que le risque principal était dû aux particules de 1 à 10 μm. Or les masques en tissus des pharmacies arrêtent les particules à partir de 50 μm, et donc sont peu utiles, car ils n’arrêtent pas les particules les plus fines, qui sont pourtant les plus disséminées et les plus dangereuses, 
Les personnels sanitaires qui utilisent des masques de chirurgien sont mieux protégées, car ils arrêtent mieux les particules fines..
            Les études ont également montré que la contamination par les surfaces sur lesquelles s’étaient déposées les gouttelettes contenant des virus (les “fomites”) était aussi importante que la transmission dans l’air dans le cas de la grippe et du SRAS et il est presque certain qu’il en est de même pour le nouveau virus. Porter des gants dans le métro et se laver souvent les mains avec du savon est donc une précaution utile.

            Lors de l’épidémie de Stras en Chine, virus de virulrnce analogue à l’actuel et alors tout aussi inconnu, il y a eu 300 morts, ce qui est 5 à di fois inférieur aux victimes annuelles de la grippe en France. C’est très regrettable, mais ne parlons pas de cataclysme !
           Certains français s’indignet qu’in ne prenne pas la température des passagers d’avions venat de Chine. Ce serait une mesure parfaitement inutile et inefficace. On peut être proteur qain du virus (on ne connait pas exactement le temps d’incubation du virus, mais ilest compris entre 2 et 12 jours, et par ailleurs il suffit d’avoir pris une aspirine ou du paracétamol pour ne pas avoir de fièvre.
           Mais actuellement le danger encouru en France face à ce nouveau virus est bien inférieur à celui du virus grippal (qui a fait l’an dernier plus de 1200 morts et plus de 100 000 malades). Il est peu probable, vu les précautions peises que l’on ait plus de quelques dizaine de cas sévères. 
           
Alors ne nous affolons pas et gardons nous de jouer les augures de scènes apocalyptiques qui risquent d’affoler les personnes peu informées. 

Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3279930

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast