Lundi 19 octobre 2009 à 8:59

Drogue, alcool, addictions

    Aujourd’hui je vais vous parler non pas du cannabis, mais des endocannabinoïdes qui sont des produits présents naturellement dans notre sysstème nerveux et qui ont un rôle normal de régulation de notre corps.
    On appelle par le nom de “cananbinoïde” tous les produits qui agissent sur les mêmes récepteurs que le THC, principe actif du cannabis, dans l’interface d’une synapse entre l’axone d’un neurone et les dendrites du suivant, permettant ensuite au second neurone de transmettre (ou de bloquer) l’influx nerveux transmis par les neurones reliés à ses dendrites.
    Les endo-cannabinoïdes” sont, parmi eux ceux qui sont naturellement présents dans notre organisme (endogènes).

    Il existe 5 ou 6 endocannabinoides, mais on ne les connaît sûrement pas tous et il doit y en avoir une dizaine.
    Le plus connu est l’anadamide, car le chocolat (plus exactement le cacao) en contient. Mais rassurez vous, pour faire le même effet qu’un joint, il faudrait manger 30 kgs de chocolat noir !!!

    Les endocannabinoïdes ne sont pas des neurotransmetteurs habituels :            
        - d’une part ils sont synthétisés en tant que de besoin par les neurones et ne sont pas stockés dans des vésicules synaptiques (voir le précédent article).
        - d’autre part ce ne sont pas à proprement parler des neurotransmetteurs qui permettent la transmission de l’influx nerveux, mais des “neuromédiateurs” qui interviennet sur l’action des neurotransmetteurs classiques et influent donc sur le fonctionnement des synapses.
    Leur action au niveau des synapses, se fait selon le schéma simplifié ci dessous :
    A droite un canalionique sur lequel se fixe le neuromédiateur et qui alors laisse passer des ions. A gauche le récepteur de cannabinoïde, qui active une protéine spéciale (G) qui envoie des messager chimiques au canal ionique et en modifient la perméabilité et donc l’action des neurotransmetteurs.

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau1/recepteurcannabis.jpg

    Dans la pratique ils agissent le plus souvent en
        - inhibant la libération de neurotransmetteurs classiques.
        - en inhibant la recapture du neurotransmetteur GABA, qui engendre l’entrée d’ions Chlore négatifs et donc empêche la transmission de l’influx nerveux.
        - en modifiant la “plasticité neuronale” qui engendre la création de nouvelles ramifications dendritiques et de nouvelles synapses.

    Au niveau macroscopiques ils ont des actions assez complexes sur :
        - la mémoire :  Leur action diminue en général la mémorisation, notamment parce qu'ils modulent la plasticité synaptique et inhibent la formation de nouvelles synapses, les cannabinoïdes sont impliqués dans la mise en mémoire des informations (à court ou à long terme).
        - les cannabinoîdes ont des propriétés analgésiques,
En effet les nerfs qui conduisent le signal de la douleur ont un relais neuronal au niveau de la moelle épinière et quand la douleur devient intense, l’hypothalamus fait sécréter des neurotransmetteurs (qu’on appelle des endorphine et qui sont des produits chimiques analogues à la morphine) qui atténuent le signal de douleur remontant au cerveau. Les endocannabinoïdes facilitent l’action des endorphines pour effectuer ce blocage et donc sont analgésiques.
        - les endocannabinoïdes ont une action au niveau de la motricité car ils agissent au niveau des centres du cortex moteur, (qui commandent les mouvements) et du cervelet (qui gère les automatismes) ainsi que des relais du cerveau central. Ils ont en général une action de relaxation et décontraction.
        - Enfin les  endocannabinoïdes ont une action au niveau de la balance énergétique et de l’appétit  car ils agissent sur les zônes de l’hypothalamus qui contrôlent la prise alimentaire et ils stimulent la faim.

    Dans mon prochain article, je partirai de ces connaissances pour vous parler des médicaments cannabinoïdes.

Nota : si vous voulez connaître en détail l’action de ces cannabinoïdes, il existe un excellent article de l’Institut des sciences et industries du vivant et de l'environnement (INAPG), mais qui n’est compréhensible qu’à des personnes ayant des notions en chimie biologique. Je peux vous en envoyer une version PDF si vous me le demandez sur mon blog.
Par maud96 le Lundi 19 octobre 2009 à 13:04
Petite erreur : le cannabinoïde endogène présent à la fois dans nombre de cerveaux animaux et dans le cacao, c'est "anandamide" (non "anadamide")
Sur le thème que tu traites, cette page, provenant de mon université : http://lecerveau.mcgill.ca/flash/i/i_03/i_03_m/i_03_m_par/i_03_m_par_cafeine.html . On y lit (colonne de gauche) que le fromage de chèvre pourrait être encore plus addictif que le chocolat, ce qui remplit de fierté la chevrette que je suis :))
Par Paskale le Lundi 19 octobre 2009 à 18:54
La machine humaine est incroyablement bien faite... C'est fantastique quand on y pense et tellement absurde de l'abimée!
Une lecture facile à lire et la pointe d'humour de la petite chevrette dans son commentaire m'a encore plus fait apprécier le chapitre des aventures des cannabinoïdes dans notre corps ^.^
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2920044

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast