Vendredi 10 janvier 2020 à 17:12

Inné et acquis

http://lancien.cowblog.fr/images/Unknown-copie-2.jpg
    J’ai déjà fait des articles sur la notion d’inné ou d’acquis, sur l’ADN et l’épigénétique, mais je voudrais revenir sur ces notions
    Il y a quelques années on considérait que l’ADN son séquencement et la génétique correspondante, définissaient complètement ce qui était inné et que l’évolution modifiait peu à peu cet ADN. Aujourd’hui, on considère que la partie silencieuse de l’ADN est extrêmement importante car elle gère des actions qui ne sont pas prévues à l'origine et des modifications de cet ADN silencieux, qui se traduisent ensuite par une nouvelle expression des gènes et la formation de protéines, entraînant des modifications et des potentialisation de notre organisme.
    Ces modifications ne sont donc ni innées, puisqu’elles n’existaient pas à l’origine et qu’elles n’auraient pas forcément eu lieu, ni acquises, car nous n’avons pas d’action sur elles comme sur l’éducation ou l’instruction et si l'environnement a  sans doute une action sur leur déclenchement, nous ne savons pas laquelle.

    En fait le terme d’inné est déjà flou, car les effets de notre ADN , même s’ils sont programmés ne sont pas immédiats, comme l’apparition des hormones sexuelles et la barbe chez un garçon, et même la plupart de nos aptitudes de la vue, l’ouïe le goût ou l’odorat, ou l’usage de nos membres, n’apparaissent que progressivement, en partie par apprentissage.
    L’aspect héréditaire de nos comportements est dû à une multitude de gênes « additifs » et l’hérédité ne peut être en général calculée selon des principes simples de Mendel. Même une caractéristique simple, comme la couleur des yeux ou de la peau, a des valeurs multiples et dépend de nombreux gènes, dont nous ne connaissons qu’une partie.
    Certains traits sont immuables comme le nombre de coeurs, d’yeux d’oreilles de poumons. Il peut y avoir des exceptions, mais qui sont alors des anomalies de formation.
Ces trains sont innés mais pas héréditaires à proprement parler. Ce sont en général des traits morphologiques ou physiologiques.
    Les études faites sur des jumeaux homozygotes montre que, en ce qui concerne les traits physiques humains, une partie importante est héréditaire, et l’environnement a une influence assez faible, alors que pour les aspects comportementaux ou d’aptitudes si l’environnement général partagé a peu d’influence, plus de la moitié des différences sont imputables à l’environnement particulier de chaque individu. L’héritabilité sur des aptitudes n’est que d’environ 30%.
    Cela veut dire que selon l’environnement, deux génotypes identiques s’expriment différemment, car des modifications de l’ADN silencieux entrainent des modifications de l’individu.
    La dichotomie « inné » acquis » est donc assez fallacieuse et il ne faudrait pas que certains apprentis sorciers veuillent, à partir d’études générales de génotype sur toute une population, tirer des enseignements sur les individus et vouloir favoriser certaines caractéristiques du génome des individu. Plus que jamais l’eugénisme est dangereux.

    Envoyez quelques cheveux à un laboratoire et vous saurez tout sur les origines de votre famille, sur votre généalogie. Une croyance qui fait fureur sur internet.
    La publicité fait rage aux USA dont la population a des origines très diverses, notamment africaine, européenne et hispanique. Quatre grandes société y ont trouvé un business très rentable. Près de 100 millions de personnes ont eu recours à de tels tests dans le monde dont environ 100 000 français, bien que ce type de test soit interdit en France.
    Qu’en est il vraiment ? Existe t’il des marqueurs génétique de l’ethnie, et la géographie a t’elle eu une influence sur les gènes de notre descendance.?

    Il y a quelques années on ne savait analyser dans l’ADN qu’une centaine de marqueurs génétique, ce qui suffisait pour un test de paternité, mais revenait très cher et demandait du temps. Puis les laboratoire américains ont pu grâce aux progrès techniques et à l’augmentation de la capacité informatique, analyser rapidement et pour un prix abordable, des dizaines, puis des centaines de milliers de marqueurs, ce qui donnait une plus grande précision pour comparer les ADN de deux individus.
    Des recherches ont eu lieu sur l’ADN dans divers pays et sur des populations restreintes et des échanges de données ont permis à ces sociétés de rassembler des données considérables quant aux caractéristiques génétiques des populations actuelles.
    Les sociétés américaines proposaient à leurs clients de rechercher toutes les personnes actuellement en vie, qui pouvaient être plus ou moins apparentées avec vous (évidemment notamment des personnes connues, comme des artistes, des personnes richissimes  ou des politiques).
    Mais ces bases de données sont encore très insuffisantes pour identifier un grand nombre d’ethnies et de utilisateurs ont été étonnés de résultats d’essais successifs qui avaient des résultats différents ou de résultats divergents issus de sociétés de tests différentes.
    Mais surtout les renseignements généalogiques sont par principe, très incomplets comme le montre le graphique ci dessous.
Trois types d’analyses sont en effet possibles :
    - l’ADN « autosomal » des 22 chromosomes non sexuels d’un homme ou d’une femme.
    - L’ADN du chromosome Y d’un homme ou X d’une femme
    - Le petit ADN circulaire contenu dans les mitochondries des cellules, non pas dans le noyai, mais dans le cytoplasme

http://lancien.cowblog.fr/images/Santebiologie2/Numeriser2-copie-3.jpg

    L’analyse des mutations de marqueurs de l’ADN autosomal  permet de remonter à certains groupes de populations et de fournir une hypothèse sur l’origine géographique d’un individu. S’il appartient à un groupe de population dont les mutations d’ADN sont nombreuses et ont été étudiées, on peut remonter à environ la huitième génération, c’est à dire de l’ordre de 200 ans.
    Le chromosome X ne contient pas d’information intéressante différentes des autres chromosomes. Par contre le chromosome Y peut fournir des informations car il a peu d’échanges avec les autres chromosomes lors de la formation des spermatozoïdes. Mais les mutations qui apparaissent sur cette cellule ne sont transmises que de père en fils.
    Cela ne permet donc que de remonter à un seul ancêtre, celui de la lignée masculine.
    L’analyse des l’ADN mitochondrial ne permet que l’analyse d’une lignée féminine, car cet ADN n’est transmis que par la mère, à ses filles qui le transmettent, et à ses fils qui ne le transmettent pas. Un séquençage complet de la cellule permet de remonter d’au moins 20 générations (500 ans et parfois 5 fois plus, amis uniquement dans la filière femmes de la famille.

    En définitive, les entreprises américaines notamment, ont trouvé une source importante de profits en proposant des analyses ADN, d’abord en matière de paternité, aujourd’hui très fiables, mais ensuite à des fins de diagnostic de risque de maladie et de généalogie. Ces tests, qui demandent des banques de données énormes ne sont limités et ne sont fiables que si une étude importante a été faite sur la population dont on est issu.
Les tests de risques médicaux ont également des inconvénients dont je parlerai demain
Ces tests sont interdits en France sauf décision d’un tribunal.
Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3279842

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast