Mardi 23 août 2011 à 8:17

Zoologie, botanique, évolution

Nous avons tendance à croire que les moules sont idiotes et qu’elle ne sont bonnes qu’à être mangées.
    Mais la nature est extraordinaire et la moule est capable de faire beaucoup mieux que nous ... en chimie.


http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/400pxMoulesMiesmuschelnmussel.jpg    Un petit mot d’abord sur sa conformation : elle comporte :
        - Une coquille bivalve de protection, avec une charnière   
        - Un “manteau” (épiderme + derme) enveloppant la totalité du corps
        - Une cavité palléale délimitée par le manteau. C'est dans cette cavité que se déversent l'urine et les gamètes et où se trouvent les branchies. La circulation de l'eau permet le renouvellement de l'oxygène pour la respiration et l'évacuation des déchets et des gamètes. L'eau est mise en mouvement dans la cavité par des cellules ciliaires
        - Deux muscles permettant la fermeture de la coquille
        - Des branchies baignant dans la cavité palléale, en forme de lamelles (d'où le nom Lamellibranches)
        - Un “byssus” (faisceau de filaments) pour se fixer à un support.
        - Les moules n’ont ni tête ni cerveau, mais seulement une bouche.   
    La moule est sensible aux rythmes circadiens 5 et des marées. En laboratoire, son rythme biologique et différents paramètres physiologiques sont facilement troublés par un éclairage nocturne ou par des heures anormales de nourrissage (à minuit au lieu de midi par exemple).

    Une étude américairie montre qu'un cocktail de protéínes secrèté par les moules est à I'origine de leur pouvoir adhésif extrêmemnt fort sur les rochers, contre vents et marées (et tempêtes).
    Afín de comprendre ce phénomène, des chimistes de . Santa Barbara ont observe les Interactions chimiques d'une dizaine de protéines produites par les pleds de moules de Californie
.
    Les mollusques fabriquent une colle capable d'adhérer a de norribreux supports et supérieure á toutes les colles de fábrication humaine
    Mais, au contact de l’oxygène dissous dans I'eau, la colle perd 80 % de son pouvoir adhéslf. Pour rester accrochées au rocher, les mouJes sécrètent alors une substance complémentaire,  qui joue un rôle d'antioxydant qui empêche la colle de se dégrader.
    De plus, les chercheurs ont découvert que deux  minutes après le début de la productlon du cocktail de. protéines, le taux d'acidité sous le pied des moules augmente fortement, venant renforcer la colle extraforte déjà générée.
    Cette decouverte va permettre de développer de nouveaux adhésifs synthétiques et de nouveaux matériaux. Elle servira aussi de base à de nou veaux traitements pour empêcher I'accumulation de coquillages sous les coques des bateaux.

   http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/moulesoseille.jpg

    Donc j’admire les moules pour leur colle, mais, cela dit, je les aime beaucoup à la marinière ou à la crème !

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/moulecolle.jpg
Par jazz-autresrimes le Mardi 23 août 2011 à 10:04
bonjour Jean-Pierre
sympa cet article sur les moules.

une sortie à la mer
le soleil s'y invite
un bon plat de moules frites
accompagné d'une bonne bière
et promenade sur la plage
sous un ciel sans nuage.

A+ du troubadour Emmanuel
Par Charliee le Mercredi 24 août 2011 à 17:47
C'est boooon les Moules avec les Frites surtout ! :D

Oui,j'écrirais souvent je pense.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3132120

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast