Mardi 2 octobre 2012 à 8:57

Notre cerveau : plaisir et apprentissage

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/0013729a831e0cdc51ff07.jpg

            Malheureusement il semble bien que l'utilisation d'internet puisse devenir une addiction, sous des formes diverses, et qui a une influence sur les réactions de notre cerveau.
            Certes il ne faut pas y voir une maladie; il n'y a pas de dépendance physiologique comme dans le cas de l'alcool, du tabac ou des drogues, mais une dépendance psychologique, une habitude envahissante. On pourrait presque en dire autant de la télévision ou du téléphone portable.
 
             En fait l'étude est très difficile, car si des drogues modifient le fonctionnement des neuromédiateurs (notamment dopamine et sérotonine), on peut le démontrer sur les animaux, à défaut d'expérimentation sur l'homme, mais on n'a pas réussi à apprendre aux animaux à se servir d'internet ! lol
            Les psychiatres ont essayé de définir des caractéristiques d'une addiction (en particulier pour l'addiction au jeu d'argent), mais pour internet les critères de sevrage et de rechute ne sont pas clair. Les critères comportementaux ne comprenant ni sevrage, ni rechute, ne font pas l'unanimité des psychiatres.
            Les médecins ont un avis différent car ils considèrent, qu'il y a addiction, à partir du moment où quelqu'un souhaite réduire ou cesser une conduite et n'y arrive pas, et des demandes dans ce sens existent en nombre concernant internet et le jeu sur ordinateur.
            Une controverse existe aussi car beaucoup de psychiatres pensent que toute addiction est la conséquence de troubles psychiques préexistants.
            Mais l'une des raisons de l'hésitation à reconnaître l'existence d'addiction à internet, est la crainte de voir les sociétés pharmaceutiques vouloir vendre des médicaments plus ou moins actifs et plus ou moins dangereux, pour soigner cette addiction !
 
            Peut-on parler d'addiction chez les adolescents qui restent des heures devant leur ordinateur et négligent ainsi leur vie sociale, familiale et scolaire ?
            L'Académie nationale de
médecine dans un rapport de mars 2012 pense que non.
            Les adolescents n ont pas encore acquis le contrôle de leurs impulsions, ce sont des comportements transitoires et dès qu'on leur propose autre chose de plus intéressant, ils décrochent.Malheureusement on n'a pas su non plus leur trouver quelque chose d'intéressant à étudier à l'école !
 
            Cependant des études montrent que de nombreuses zones cérébrales seraient modifiées par l'usage abusif d'lnternet.
            La matière grise (le corps des cellules neuronales, (en bleu) perd en densité ou en volume notamment dans le cortex préfrontal dorsolatéral, (multitâches) le cortex orbito-frontal (décision, processus de récompense), et le cervelet, (automatisation), impliqués dans le contrôle cognitif et moteur; et dans le cortex cingulaire, impliqué dans la motivation et l'attention, l'état émotionnel et le rappel des souvenirs épisodiques (ceux de notre vie).
            La matière blanche (représentative de Ia connectivité cérébrale) s'appauvrirait au centre du cerveau (en rose).
            Ces résultats sont préliminaires : ils résultent de quelques études incluant une vingtaine de patients chacune, et ils pourraient être associés à d'autres pathologies (anxiété, dépression, prise d'alcool ou de drogue) ou au manque de sommeil.

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau1/internetaddict.jpg
           
            Par contre la pratique intensive des jeux vidéo (six à neuf heures par semaine), si elle a comme inconvénient d'être très nocive pour les études, semble avoir certaines conséquences bénéfiques : développement de l'acuité visuelle, meilleure répartition dans l'espace de l'attention, reconnaissance plus rapide des objets, et meilleure mémoire à court terme.
            Ces améliorations sont provisoires et durent quelques mois si on arrête de jouer.
            Et il est difficile d'arrêter cette envie de jouer, et c'est en cela que l'on peut dire que cela ressemble à une addiction.
 
Par autresrimes le Mardi 2 octobre 2012 à 11:04
bonjour jean-pierre
très bon article.
eh oui trouver le juste temps, à passer devant l'ordinateur, faire des pauses, ne pas en abuser.
te souhaitant une bonne journée , A+ du troubadour Emmanuel
Par the-log-lady le Jeudi 4 octobre 2012 à 13:42
merci pour toutes ces infos.. je dois avouer que du coup , je pense avoir une addiction à la "toile".. bonne journée ;)
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3209384

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast