Lundi 29 octobre 2012 à 7:47

Biologie, santé.

http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs3/1002014.jpg

             L'une des caractéristiques du "syndrome du spectre autistique" est la grande variation des niveaux observés qui est source de complexité dans la présentation de ces pathologies ; en effet il existe toutes les possibilités entre les autismes de "haut niveau", qui ont des résultats remarquables, parfois meilleurs que les non-autistes et les formes avec un retard sévère, sans compter des déficiences énormes dues à une malformation cérébrale que l'on assimile abusivement à de l'autisme, dans les institutions chargées d'accueillir les handicapés mentaux.
            Chez les autistes "intelligents" les particularités de la
communication dominent la symptomatologie; elles ne se voient alors
pas toujours facilement dans la vie quotidienne. Certains d’entre
eux développent même des capacitésexceptionnelles dans des domaines bien particuliers et restreints comme la mémorisation, les perceptions visuo-spatiales ou musicales.
            Le syndrome d’Asperger (c'est le nom du psychiatre qui l'a étudié le premier),est une forme particulière d'autisme correspondant à des sujets avec un passé d’autisme infantile précoce plus ou moins prononcé, mais ayant accédé au langage oral et écrit, sans anomalies et manies motrices, mais qui peuvent rester maladroits, et qui souffrent surtout d’anomalies du contact social très particulières : isolement, incompréhension des émotions et des intentions de l’autre. Ils ont aussi souvent associés à des centres d'intérêt restreints, mais parfois aussi à un intérêt démesuré pour un domaine précis ou une compétences spécialement développée. Les différences avec l’autisme typique concernent surtout le langage qui est souvent d'excellent niveau, et un QI proche de la moyenne.
            Le syndrome affecte 8 garçons pour une fille.
 
            Les qualités d'une personne Asperger sont les suivantes :
- Perfectionnisme et sensibilité aux détails
- Grand respect des règles


- Une pensée analytique


- Une autre forme d'intelligence


- Une logique indéniable


- Une très bonne mémoire
- Une objectivité et honnêteté sans faille.
(noter toutefois qu"'une personne de préférences cérébrales I S L a des caractéristiques voisines de celles-ci.).
 
 
            Par contre ses difficultés seront :
- Des difficultés pour saisir la signification profonde de ce qu'on leur dit, surtout dans les domaines de l'abstrait et des sentiments.
- La difficulté à comprendre les intentions des autres, à se mettre à leur place.
- Une certaine incompréhension de l'humour et de l'ironie.
- Ils ne comprennent pas les conventions sociales, agissent à contresens, et leurs attitudes bizarres, obsessions et fixations sont souvent mal interprétées.           
- Du fait de l'altération des interactions sociales, á cause de leurs difficultés de décodage, ils ont de la difficulté à comprendre les règles sociales, si bien qu'ils se trouvent isolés. Ils ont par conséquent des difficultés à se faire des amis malgré leur désir de nouer des contacts et de rencontrer des gens.
- Ils ont tendance à être frustrés par l'incapacité à entrer dans les critères de "normalité". Un isolement social s'en suit accompagné d’intolérance, d’opposition et d’hostilité.
Ils sont gravement perturbés par tout changement et toute modification de leurs habitudes ou de leur environnement. Une vie routinière et structurée leur convient.
            On ne trouve pas grand chose dans la littérature sur des études particulières de ces personnes au plan neurologique.
            Il semble qu'elles soient moins douées que les autres autistes au plan visuospatial, mais par contre beaucoup plus à l'aise dans les tests de langage et obtiennent donc des notes de QI moyennes ou même plus élevées.
            Leur mode de raisonnement semble être verbal alors que celui des autres autistes est plutôt de nature perceptive.
 
            Certains chercheurs et des personnes atteintes du syndrome d'Asperger ont mis l'accent sur le fait de considérer le syndrome d'Asperger comme une différence, plutôt que comme un handicap qu'il faut traiter ou guérir. Les limitations handicapantes, socialement en particulier, sont associées à une singularité qui se révèle parfois être une compétence exceptionnelle.
 
            Je n'ai pas connu personnellement de personnes atteintes du syndrome d'Asperger, mais j'ai souvent été amené à correspondre avec des personne fortement ISL (voir mes articles sur les préférences cérébrales) et certains de leurs comportements étaient voisins.
Je pense qu'avec un peu d'habitude et d'habileté en communication, on doit pouvoir aider des autistes Asperger pour diminuer leur isolement et se sentir plus intégrés dans la société.
Par Sorbienn le Lundi 29 octobre 2012 à 13:53
Je me suis intéressée au syndrome d'Asperger. J'ai connu quelqu'un qui l'était a priori mais les psy avaient eu beaucoup de mal à déterminer si c'était ça ou pas. C'est encore très mal connu, même chez les médecins, et en plus ça se confond avec les surdoués qui ont plus de 140 de QI.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3213551

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast