Mercredi 26 mars 2008 à 12:49

Notre cerveau : plaisir et apprentissage



    J'ai reçu plusieurs mails me posant des questions sur l'éducation des enfants, après mes articles soit sur l'utilité d'une “sanction”, soit  sur la formation du cerveau de l'enfant.


    Je vais donc vous donner quelques compléments pour répondre à vos attentes.
    Je pense qu'il faudra, dans un article futur que je vous explique le fonctionnement des centres d'apprentissages et du plaisir.
   
    Les centres d'apprentissage jouent pleinement leur rôle entre la naissance et 3 ans (plus exactement la pratique courante du langage) et ensuite entre 3 et 7 ans
(plus exactement la pratique de la lecture et de l'écriture).   
    C'est la raison pour laquelle autrefois, on estimait que l'enfant était éduqué par ses parents jusqu'à 6 ans et ensuite allait à l'école.
    Actuellement d'autres acteurs interviennent aux cotés des parents : puéricultrices dans les crèches et institutrices de maternelles, mais le rôle des parents n'en reste pas moins primordial.

    Les circuits nerveux de notre cerveau sont à la fois déterminés par des instructions génétiques et à la fois par les expériences issues de notre environnement. L'influence de l'environnement sur notre cerveau varie cependant en importance selon notre âge. Notre environnement a par exemple beaucoup plus d'impact sur le système nerveux d'un nouveau né, que sur celui d'un adulte.
    Dans certaines périodes précoces de la vie, les voies neuronales sont en effet très sensibles aux influences de l'environnement. On parle de périodes critiques pour désigner l'intervalle de temps durant lequel un véritable remodelage des voies cérébrales est possible.


    Entre la naissance et 3 ans, l'enfant apprend à se servir de son corps, de ses membres et notamment à marcher.
    Il apprend à reconnaître son environnement et notamment sa famille.
    Il apprend à se connaître lui même et à pendre conscience de son existence, de son “moi”.;
    Il y a plusieurs stades dans ce développement :
    Celui des réflexes innés durant le premier mois : sucer, pleurer, tousser, gigoter, uriner, déféquer…
    Celui des réactions primaires, jusqu'à environ 4 mois, où l'enfant aime à répéter inlassablement les mêmes actions qui lui procure du plaisir, comme sucer son pouce.
    Puis c'est la période où l'enfant découvre qu'il est distinct du monde extérieur. Il répète alors des gestes accomplis au départ par hasard et qui lui ont apporté une certaine satisfaction. Il réussit à commender ses gestes.
    Autour d'un an, l'enfant prend conscience de relations de cause à effet et de la permanence des objets qu'il cherche dès qu'ils ont quitté son champ de vision.        
    Entre 1 et 2 ans, l'enfant recherche maintenant activement la nouveauté par l'expérimentation. Il va par exemple frapper avec sa cuillère sur différentes choses pour en tirer différents sons.

    En approchant deux ans, l'enfant développe clairement des représentations mentales qui lui permettent par exemple d'imiter un geste déjà vu, de faire des combinaisons mentales simples, de « faire comme si » tel objet était telle chose, etc.

    il est important que l'éducation lui donne déjà de bonnes habitudes, mais il s'agit essentiellement de celles concernant son corps, les règles d'hygiène, savoir se nourrir, éviter certains dangers.
    Pendant la première année, l'enfant saisit la “musique “ du langage, mais pas les mots eux mêmes. Il saura distinguer “oui” de “non” plus par l'intonation associée que par le mot lui même.
    Le mémoire de l'enfant est alors surtout faite de perceptions, notamment images et donc ce qu'on lui apprend doit être très “démonstratif”. Il faut démontrer par le geste, l'action, éventuellement aider des essais. Les explications orales sont sans effet.
    L'enfant essaie de comprendre sa pensée, ses désirs, mais c'est du niveau intuition et instinct; les raisonnements sont encore très succincts.
    Tout cet apprentissage se fait par essais, réussite ou échec et nouveaux essais, en mettant en jeu les circuits de récompence (que nous avons appelés centres d'apprentissages et du plaisir)

    Vers 18 mois ou 2 ans l'enfant commence à utiliser le langage et sa mémoire va se remanier complètement, devenant sémantique. C'est le moment où il est très important de beaucoup lui parler
    L'intelligence ne se développera pas ou peu sans le langage. Il importe donc de développer au maximum celui-ci et d'apprendre peu à peu à communiquer.
    A capacités égales, l'éveil d'un enfant à qui les parents parlent beaucoup et l'entraînent à répondre est sans commune mesure et beaucoup plus rapide, que chez l'enfant que l'on laisse dans son coin.
    C'est le moment où l'enfant va essayer de commencer à comprendre et à deviner ce que pensent les autres et cet apprentissage est essentiel pour sa vie en société.
    Mais c'est aussi le moment où il faut commencer à imposer des règles strictes, faire comprendre qu'il y a des limites qu'il ne faut pas dépasser.
    Car l'enfant commence à savoir ce qu'est mentir, à évaluer comment il pourrait satisfaire ses désirs, même si l'environnement s'y oppose.
    C'est entre 2 et 3 ans que l'on apprend à un enfant qu'il faut obéir à certaines règles, même si leur nombre est encore faible.
    Si on ne le fait pas à cet âge là, le “mauvais pli” est ensuite difficile à effacer.
    Il faudra aussi vériifier que tous les organes de ses sens fonctionnent correctement et que le cerveau apprend bien à faire les interprétations de ces perceptions.
    C'est la période où une déficience bien soignée est encore réversible parce que les connexions cérébrales entre neurones sont en pleine évolution, mais passé 3 ans certaines corrections de sont plus possibles ou très difficiles.
    Il a été constaté dans quelques cas que l'enfant qui n'a pas appris à parler, apprendra très difficilement après la puberté. Il semble qu'il y ait une période où les cantres du langage dont nous avons parlé peuvent se développer mais qu'ensuite, les connexions correspondantes sont figées.
   

    A 3 ans, l'enfant maîtrise en général ses gestes et ses perceptions et le cerveau lui fournit les informations qu'il associe à des mots.
    Entre 3 et 6/7 ans, les acquisitions “corporelles “ seront donc moindres, mais par contre le développement intellectuel va être très important.
    D'une part l'enfant va acquérir peu à peu du vocabulaire et donc la mémoire des mots et des objets et idées associées et d'autre part va apprendre à se servir de son cortex, c'est à dire, organiser, penser, réflécjhir, organiser, agir, contrôler et un peu, prévoir. La pratique du langage non seulement réforme sa mémoire, mais lui apprend à penser en termes symboliques  et c'est là où il se différencie tout à coup de l'animal (voir mon article sur les chimpanzés et le langage des signes).
    Il va acquérir les notions de quantité, d'espace, de qualité des choses (couleur par exemple)ainsi que la distinction entre passé et futur. Mais il demeure beaucoup orienté vers le présent et les situations physiques concrètes, ayant de la difficulté à manipuler des concepts abstraits.    
    Cette période va aboutir vers 6/7 ans, à l'apprentissage de la lecture et de l'écriture qui seront un nouveau tremplin de développement de l'intelligence.


    Cette période de l'enfance est très imporatnte sur le plan éducatif, non seulement au plan individuel qu'on vient de décrire, mais aussi au plan sociétal
    L'enfant va commencer aussi dans cette période, l'apprentissage de la vie en société, du contact et de la communication avec d'autres humains, ses camarades de jeux ou de classe de maternelle. Il va commencer à exercer ses “neurones miroirs (voir l'article de lundi dernier.)
Sa pensée reste toutefois très égocentrique en ce sens qu'il pense le plus souvent que les autres voient les situations de son point de vue à lui.
    À ce niveau, l'enfant n'a pas encore pris conscience des conventions sociales et n'en tient tout simplement pas compte. Il juge plutôt si une action est bonne ou mauvaise en se référant aux conséquences qu'elle va avoir sur lui. La question qui domine pendant cettepériode est: serais-je puni ? Et par la suite : serais-je récompensé ?
    La conduite de l'enfant est donc directement liée à l'autorité des parents et des éducateurs. La moralité préconventionnelle s'observe de 2-3 ans à 7-8 ans puisque avant cela l'enfant est trop jeune pour avoir un jugement moral.
    Par la suite, son développement moral se fera à travers ses interactions sociales qui amènent l'individu à découvrir des solutions équitables pour tous.
Le rôle de l'éducateur est donc surtout de donner à l'enfant un ensemble de règles et de valeurs adaptées à la société actuelle, mais aussi de commencer à lui fournir des situations de problèmes moraux à résoudre, pour qu'il prenne peu à peu l'habitude de réfléchir à l'interprétation qu'il far de ces règles.



Nota : les études les plus intéressantes et les plus faciles à lire sans connaissances spéciales sur le cerveau sont celles du psychlogue suisse Jean Piaget (1896 - 1980) qui a été un remarquable expérimentateur, trouvant une partie de ses données chez lui, en étudiant ses propres enfants !
    Il fut ainsi le premier à montrer que les enfants ne sont pas moins «intelligents» que les adultes, mais qu'ils raisonnent tout simplement de manière différente.
    Son plus grand mérite a sans doute été d'introduire l'étude empirique du développement psychologique des enfants, pratique ignorée avant 1940.
    Mais bien entendu, la neurobiologie a apporté des compléments à ses études.



Par memecamouille le Mercredi 26 mars 2008 à 13:44
C'est très intéressant. Et très clair. Je comprends mieux ça que les explications neurobiologiques =D
Par Darkangel le Vendredi 4 avril 2008 à 14:28
Le fait que l'enfant acquière sa vision "adulte" vers l'âge de 2 ans doit aussi jouer un rôle primordial, non ?
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2501820

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast