Mercredi 24 décembre 2008 à 8:12

Tristesse, désespoir

http://lancien.cowblog.fr/images/ZFleurs2/P4190151.jpg


    Une de mes correspondantes m’a parlé de  la méthode EMDR et j’avais lu, il y a quelques mois deux  articles sur cette méthode très surprenante.
Je voudrais donc vous en parler.
    EMDR signifie “Eye mouvement Desenzitisation and Reprocessing”, c’est à dire “Mouvements oculaires de désensibilisation et de retraitement de l’information”.


    J’ai lu deux articles, l’un du neuro-psychanaliste français très connu David Servan-Schreiber (le fils de l’homme politique) écrit cette année et l’autre de ‘l’inventeur “ de la méthode madame F Shapiro, écrit en 2005
     Cette thérapie originale est utilisée aux USA depuis 3 ans et depuis peu en France sur des personne ayant eu un traumatisme important, (agression, accident, attentat, mort d’un proche..), qui a touché profondément la personne sur le plan psychologique, laquelle est souvent assaillie de stress et d’angoisses, au rappel des souvenirs précis du drame, qui souvent ne remontent que très partiellement à la conscience, comme s’ils étaient “bloqués”.
    Souvent ces souvenirs sont rappelés par des détails de la vie, personnes, environnement ou événements, qui rappellent les circonstances du drame.
    La vie de telles personnes est infernale car elles ont l’impression qu’elles ne se débarasseront jamais de ces réminiscences et la plutpart des thérapies sont malheureusement sans effet sur ce type de souffrance.   

    En quoi consiste cette thérapie?
    A demander au patient de faire remonter à sa conscience les souvenirs pénibles, pendant que le thérapeute lui demande de suivre sa main qu'il déplace de gauche à droite, et de droite à gauche devant ses yeux. (comme chez un orthoptiste). Pour une raison longtemps restée inexpliquée, cette intervention des mouvements oculaires semble diminuer l'impact traumatisant des souvenirs.

    Madame Shapiro, clinicienne en Californie, a découvert par hasard cette méthode sur elle même et l’a ensuite expérimentée avec succès sur des patients, et notamment sur des groupes et des groupes témoins non soumis à la thérapie, avant de la proposer sur le plan international.
    En quelques années cette thérapie a fait la preuve de son efficacité dans le traitement du syndrome de stress post-traumatique, mais elle semble avoir été parfois utilisée avec succès dans le traitement de certaines douleurs, de diverses formes de dépendance, de phobies, de troubles des conduites alimentaires, d'attaques de panique, de trac, de deuil, de gestion du stress. Les seules contre-indications formelles sont les pathologies psychotiques en évolution et les patients qui présentent un risque suicidaire.

    Comment cela fonctionne ?
    C’est très surprenant comme résultat et on aimerait bien une explication, mais on n’a que des hypothèses assez vagues pour le moment.
    On sait que chaque seconde notre cerveau emmagasine (dont la plupart inconsciemment), des centaines de sensations : images (dont la lecture), sons (dont la parole), odeurs, toucher, goüt.
Elles sont stockées dans des mémoires tampons intermédiaires et la presque totalité est effacée au bout de quelques secondes.
    Certaines informations sont gardées quelques minutes ou quelques heures selon l’utilité (où ai-je garé ma voiture ?). D’autres plus importantes ne sont éliminées que pendant le sommeil. Enfin quelques rares perceptions vont rester en mémoire, plus ou moins complètes d’ailleurs et  si nous ne nous en servons pas souvent, vont peu à peu passer dans l’oubli .
Lorsque nous reconstituons un souvenir du passé, il est fait de nos sensations réélles qui sont restées en mémoire, mais aussi de ce qu’on nous en a dit, des photos que l’on a vues....
    On sait que les souvenirs qui nous touchent émotionnellement qu’ils soient heureux, malheureux ou traumatisants sont mémorisés de façon plus durable que les autres, mais pas toujours de façon consciente pour les souvenirs traumatisants.   
    Et ces souvenirs peuvent resurgir périodiquement de façon obsessionnelle et entraîner stress et angoisse.
    C’est notre cerveau émotionnel qui intervient dans le processus de mémorisation et dans ces résurgences des souvenirs émouvants.

    L'évocation du souvenir traumatique déclenche deux réactions simultanées : une activation de la région de l'amygdale cérébrale - (je vous ai souvent parlé de ces centres qui sont à l’origine de la peur, de la colère, du stress...) - et une inactivation du cortex préfrontal où se trouvent les centres tampons qui transmettent l’information à notre cortex frontal qui réfléchit et pense.Est également inactivée, l'aire de Broca, siège de la parole. (voir mes articles au sujet du langage).
    Submergé par les réactions émotionnelles, la personne  ne parvient pas à transmettre l’information au cortex frontal dans des conditions normales, d’où son angoisse. Pour qu’elle soit transmise dans de bonnes conditions, l'intensité des réactions émotionnelles doit être abaissée. C'est précisément le rôle des mouvements oculaires, qui provoquent une relaxation suffisante pour que le cortex reçoive et traite l'information traumatisante.
   
    En outre, les chercheurs ont établi un parallèle entre les mouvements oculaires préconisés en EMDR et ceux qui se produisent lors du rêve. Il existerait un rapport entre, d'une part, l'activité onirique et les mouvements oculaires qui y sont associés et, d'autre part, les capacités d'apprentissage de l'être humain.
     Les mouvements oculaires utilisés en EMDR activeraient le système de traitement de l'information, le même qui intervient lors du sommeil et des rêves. Comment?
Sans doute par l'association de plusieurs éléments. En premier lieu, la stimulation oculaire déclenche un relâchement physique du patient, ensuite, l'attention demandée au patient est multifocale, portée à la fois sur son corps et sur son esprit. Cet ensemble d'éléments semble suffisant pour déclencher le retraitement d'une information bloquée parfois depuis longtemps.

    Le processus mis en œuvre est totalement naturel (aucun médicament) : c'est un système physiologique commun à toutes les personnes, qui permet d'éli- miner des émotions négatives dues à des traumatismes et les angoisses correspondantes.
    Bien sûr les souvenirs des événements traumatisants ne sont pas éliminés, mais leurs conséquences psychiques sont considérablement diminuées.
    Je serais curieux de connaître des personnes qui ont suivi ce genre de thérapeutique et les suites bénéfiques qu’elles en ont tirées.   

  
  Finalement je dis souvent à celles qui sont tristes et dont les soucis tournent en rond dans leur cerveau émotionnel, que pour en sortir, il faut rétablir le contact avec le cortex frontal qui réfléchit et pense objecticvement.
    Ce que fait faire l’EMDR, par un biais original physique de mouvement des yeux, c’est un peu cela.

Par Dalya le Mercredi 24 décembre 2008 à 11:10
Merci pour ces informations, je pense que ça peut-être intéressant de tester. Si je pense à l'appliquer aux moments où j'en ai besoin, je te donnerai des nouvelles de cette nouvelle thérapie...
Bonne continuation.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2752767

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast