Lundi 26 janvier 2009 à 9:03

Notre cerveau : émotions

Aujourd’hui je voudrais vous parler d’émotions instinctives qui nous submergent sans que nous ayons au départ, conscience de ce qui se passe et qu'il nous est difficile de contrôler..

    C’est le cas en particulier de “l’émotion pure”.

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau1/cortexinsulaire.jpg
    Si l’on Injecte dans l’artère carotide (qui irrigue le cerveau) un produit autrefois utilisé comme anesthésique par les dentistes quand ils vous arrachaient une dent, la “procaïne”, il se produit une chose étrange.
    Rassurez vous les médecins-chercheurs prennent au préalable des précautions notamment sur le plan des allergies possibles.

    On met le patient dans un scanner qui permet de filmer les images de son cerveau, obtenues par résonance magnétique..

    Vous verrez ci contre l’image que l’on obtient sur l’activité des centres correspondants et on constate que des centres des parties du cerveau émotionnel appelées  “cortex cingulaire” et “cortex insulaire”, entrent en activité.


    Pour que vous puissiez situer ces centres, je mets également dans l’article le schéma ci contre de l’ensemble du cerveau émotionnel, qui montre où se trouvent ces zones, sous le cortex externe (que l’on appelle aussi néocortex car c’est la partie ultime de l’évolution vers l’homme - et le singe supérieur.)


http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau1/cerveauemotionnel-copie-1.jpg
    Que ressent le patient auquel on injecte ce produit.  qui va agir du fait qu’il peut sensibiliser des récepteurs de neurotransmetteurs dans les synapses des neurones de ces centres.?
    La personne ressent une émotion profonde sans raison apparente : elle a envie de pleurer, sa gorge se serre, ses tripes se nouent. Cela dure quelques secondes, puis le cortex frontal reprend les commandes et elle se demande ce qui a bien pu lui arriver ainsi : simplement une injection de procaïne.

    Elle a ressenti une très grande émotion comme si quelque chose de très émouvant venait de lui arriver et pourtant il ne s’était rien passé sur le plan psychologique mais uniquement au plan matériel, l’arrivée dans son cerveau d’un produit ayant une action proche de certains neurotransmetteurs.

    Bien entendu son cortex frontal, notre seul recours logique pour contrôler la situation, a repris les commandes au bout de quelques secondes et il s’est évidemment demandé comment il avait pu ainsi “perdre les pédales”.

    Je peux vous assurer que cela fait un très bizarre effet quand cela vous arrive, de vous sentir ainsi impuissant, perdant le contrôle de votre cerveau émotionnel et aussi de vos pensées. De quoi vous inciter à ne jamais prendre de drogue de votre vie.

    Lorsque nous voyons une image émouvante, lorsque nous lisons un passage de livre qui nous touche, ou que nous entendons certaines musiques, quand nous songeons à un être que nous avons aimé et qui n’est plus là, souvent une émotion nous submerge. Elle est de même nature. C’est une réaction de nos cortex cingulaires et insulaires, puis le cortex frontal, qui “pense”, reprend le contrôle de la situation, ... enfin dans la plupart des cas, car nous verrons dans les articles suivants que cela lui posera parfois des problèmes.

Par invidia le Lundi 26 janvier 2009 à 12:09
oh, c'est une expérience intéressante ça, le fait qu'un "simple produit" puisse avoir un tel effet.
Par kaa le Lundi 26 janvier 2009 à 17:59
Les émotions sont bien sur le plus souvent incontrôlables, que ce soit de joie, d'émotivité, ou même de colère.
J'aime les premières émotions, par contre je déteste celle de la colère. Si il y en a bien une que j'aimerais pouvoir contrôler, c'est bien celle là ...
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2776646

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast