Lundi 21 juillet 2008 à 8:05

Amour et peines de coeur

Je dis souvent, comme dans l'article précédent, que les ruptures ont  pour cause la différence trop grande d'amour entre les deux partenaires, l'évolution et la divergence des sentiments, des désirs et des goûts.
    Cela m'a rappelé un passage d'un roman de Bernard Werber, (Nous les Dieux), que j'ai été rechercher et je vous le cite ci-dessous :

    “...Dans le regard des autres, nous recherchons d'abord notre propre reflet.         En premier lieu, dans le regard de nos parents. Puis dans le regard de nos amis. Puis nous nous mettons en quête d'un unique miroir de référence. Cela signifie se mettre en quête de l' amour mais, en fait, il s' agit plutot de la quête de sa propre identité.
    Un coup de foudre s' avère souvent la trouvaille d'un «bon miroir », nous renvoyant un reflet satisfaisant de nous-même. On cherche alors a s'aimer dans le regard de l' autre. Instant magique ou deux miroirs parallèles se renvoient mutuellement des images agréables. D'ailleurs, il suffit de placer deux miroirs face a face pour s'apercevoir qu'ils reflètent l'image des centaines de fois en une perspective infinie. Ainsi la trouvaille du «bon miroir» nous rend multiple et nous ouvre des horizons sans fin. Quel sentiment de puissance et d'éternité.
    Mais les deux miroirs ne sont pas fixes, ils bougent. Les deux amoureux grandissent, murissent, évoluent. Ils étaient bien en face l'un de l' au1re au début, mais même s'ils suivent un temps des cheminements paralleles; ils n'avancent pas forcément a la même vitesse et dans la même direction, ils ne recherchent pas non plus constamment le même reflet d'eux mêmes.
    Alors survient ce déchirement, l'instant ou l'autre miroir n'est plus en face. C'est non seulement la fin de I'histoire d' amour mais aussi la perte de son propre reflet. On ne se retrouve plus dans le regard de l'autre. On ne sait plus qui on est. ...”


Par kaa le Lundi 21 juillet 2008 à 9:26
Comme apparemment tout le monde est en vacances et que je reste un de tes uniques commentateurs en ces mois de vacances, je ne vais pas manquer encore aujourd'hui d'être présent ici. ...
Le coup de foudre , je ne sais pas vraiment si j'y crois. Ou bien, et surtout chez certains jeunes, la foudre frappe bien souvent ^^
Peut-être tout simplement le besoin d'y croire à cette foudre au point même de la déclancher soi même ou de la simuler ?
Par axeloup le Lundi 21 juillet 2008 à 10:50
C'est vrai que c'est curieux tout ce manque de commentaires qui devraient te revenir vu la qualité de tes articles.

Werber représente bien l'amour je trouve mais je ne pense pas qu'on ne fait que de se rechercher. On veut aussi découvrir quelque chose qu'on ne connait pas.
Par monochrome.dream le Lundi 21 juillet 2008 à 14:04
Quelle page ? Que je la corne, que j'entoure ce passage, que...
Par kaa le Lundi 21 juillet 2008 à 19:55
On va enfin avoir droit à des illustrations sur ton blog !!!
Et content aussi que tu puisses retrouver les autres blogs sans galérér
Vive le progrès :)
Par mamzelle-chocola le Mardi 22 juillet 2008 à 14:31
J'aime beaucoup les livres de Bernard Werber, et je me rappelais de ce passage. Et j'avoue que ce point de vue m'a fait réfléchir. Contente de voir que je n'ai pas été la seule à apprécier ce passage !
Par Le.Chat.De.Chester le Dimanche 27 juillet 2008 à 14:47
Dans une sens je suis d'accord avec ce passage et dans un autre non...c'est vrai qu'on peut se chercher soi-même dans l'autre mais on peut tout aussi bien chercher la différence bien que je concède que ce ne soit pas si courant que ça.
Sinon, j'aime beaucoup les livres de Bernard Werber bien que sur certains opinions qu'il a il est assez contradictoire...en tout cas j'ai appris pas mal de trucs grâce à son encyclopédie du savoir relatif et absolu :)
Par gus-gus le Jeudi 13 novembre 2008 à 12:03
Pour le coup de foudre : il exsite mais c'est rare. Il y a une théorie qui s'appelle "la cristalisation du désir" (c'est notre prof de philo qui nous en avait parlé)
Je ne sais plus exactement comment ça se passe, c'est un processus long pendant lequel on imagine la personne idéale, et quand on en rencontre une qui possède quelques critères on projette cette vision sur elle. Mais ça amène souvent des déceptions.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2631346

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast