Samedi 12 juillet 2014 à 8:51

Vue, ouïe, toucher...

J’ai déjà fait un article sur l'ouïe (20 avril 2008), mais je vais revenir sur les problèmes d’audition en trois articles.

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau1/4298152.jpg
    D’abord comment fonctionne l’oreille ?

    Le « pavillon » reçoit la vibration du son dans l’air et la canalise vers le conduit auditif, jusqu’au « tympan », une membrane biologique qui vibre sous l’effet des différences de pression, mais aussi isole et protège l’oreille interne contre des éléments extérieurs.
    Le tympan vibre et transmet cette vibration à trois osselets dont vous voyez le schéma ci-contre, qui vont transmettre les sons en les amplifiant d'un facteur d'environ 100

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau1/4298156.jpg    Le marteau est enchâssé dans le tympan en faisant corps avec lui; sa tête est articulée  avec l'enclume qui lui fait suite. La branche descendante de l'enclume est reliée à la tête de l'étrier qui va transmettre la vibration sonore à la cochlée.
    Vous voyez aussi sur le schéma la trompe d'Eustache, canal qui aboutit dans le pharynx. A chacune de nos déglutitions, elle assure l'équilibre de pression entre l'oreille moyenne et l'extérieur, condition indispensable à la mobilité du tympan et donc la transmission des sons.
    Sur le schéma, les canaux semi circulaires ne participent pas à l’audition, mais assurent notre repérage et notre équilibre dans l’espace, un peu comme le feraient des gyroscopes.

     La cochlée est une cavité remplie de liquide, en forme de colimaçon, qui contient des cils vibratiles : une rangée de 3 500 cellules cillées "internes”  et  trois rangées de chacune 4 000 cellules cillées "externes” qui modulent la stimulation acoustique en changeant de longueur.
    Ces cellules font à la fois, une analyse de l'intensité des sons et surtout une analyse de fréquence, qui va permettre leur interprétation.  
    Gros danger, quand les sons sont trop intenses (plus de 120 db, ce qui peut se produire près des baffles dans une boite de nuit ou avec les écouteurs d'un baladeur), les cils vibratiles cassent et ceci définitivement et l'audition devient défectueuse, sans soin possible.
    Un ou 2 canaux ioniques par cil (de grosses protéines laissant passer les ions), s'ouvrent si la cellule est activée par un son de la fréquence appropriée et laissent entrer des ions Ca++ qui engendrent l'influx nerveux en moins d'une milliseconde
    Il existe environ 30 000 fibres nerveuses dans chaque oreille. Ces fibres transmettent des signaux d'influx nerveux, par le nerfs auditif, au tronc cérébral et au cortex auditif du cerveau.

http://lancien.cowblog.fr/images/Cerveau1/4298159.jpg
    Demain je complèterai cet article sur le fonctionnement de l’oreille, par quelques données sur l’interprétation des signaux auditifs par le cerveau.    
Par jazz le Samedi 12 juillet 2014 à 10:50
bonjour Jean-pierre
sympa ton article sur l'oreille
un musical coucou "jazz"
A+ du troubadour Emmanuel
Par maud96 le Samedi 12 juillet 2014 à 11:57
Et quand on rapporte toute cette organisation de notre oreille à son évolution de l'oreille chez les vertébrés, il faut lire ici :http://www.podcastscience.fm/dossiers/2012/01/04/histoire-evolutive-de-laudition-chez-les-vertebres/
Un article compliqué, mais passionnant ! Il démontre que l'évolution ne se limite pas à "perfectionner" des organes existants, mais peut s'amuser à "détourner" des organes de leur but initial...
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3267166

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast