Jeudi 5 mai 2011 à 8:14

Libertés et règles

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/QuotaslaitiersHumour.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/pecheursportsbloquesquotaspechechainealL1.png

    Vous me demandez ce que je pense de l’histoire des quotas de joueurs de couleur dans les clubs de football.
    Je suis bien embarrassé pour vous répondre.
    D’abord je ne suis pas très fana-foot et je ne regarde pratiquement pas les matchs. J’ai fait quand j’étais enfant un peu de rugby mais je n’étais pas assez costaud, de la pelote basque, un peu de judo quand j’étais élève ingénieur, et beaucoup de tennis et de voile.
    Ensuite je ne sais pas ce qui a été exactement dit, car il semble qu’il y ait un problème très réel, qui ne relève pas de racisme et qui provient du fait que des joueurs de foot de très bon niveau, d’origine étrangère et ayant gardé les deux nationalités, repartent dans leur pays après avoir été formés par un club français qui a assuré le coût de leur formation.
    Il semblerait que le problème des quotas ait été évoqué à l’origine,à ce sujet (ce qui n’exclut pas d’autres dérives ensuite).
    Cela dit l’adoption de quotas ne résoudrait rien dans ce cas. Il serait plus simple de faire signer un engagement comme celui que signent les élèves de Polytechniue ou de Normale Sup. de servir pendant dix ans l’Etat qui leur a payé leurs études dans ces écoles qui sont gratuites, ou alors, s’ils ne restent pas au service de l’Etat, de rembourser le coût de cette formation. Cette mesure s’est toujours avérée efficace et permet de recruter de façon satisfaisante pour les besoins de la nation.

    Mais je voudrais profiter de cet article pour parler des quotas.
    Nos dirigeants -sauf le général de Gaulle - sont toujours en admirations devant les USA, de même d’ailleurs que les patrons des grandes entreprises, et ils cherchent à copier les usages et modes de ce pays, sans se soucier si cela est adapté à notre mentalité. Pire encore ils essaie d’importer en France les méthodes américaines lorsqu’elles sont périmées et que les américains sont en train de les abandonner.
    C’est le cas des quotas.
    Il y a 20 à 30 ans les quotas commerciaux ont été très à la mode aux Etats Unis et donc importés en France et c'est devenu une méthode courante de management des “vendeurs” auxquels on impose des “quotas minima de vente”  et une part importante de la rémunération dépendant de ces résultats.
    Le résultat a été excellent à court terme et catastrophique à long terme.
    Les vendeurs ont fait tout et n’importe quoi pour augmenter leur ventes et  ont vanté à outrance leurs produits, les ont vendus pour des fonctions auxquelles ils n’étaient pas destinés (voir par exemple le médiator comme coupe-faim) et finalement si les ventes ont été su le moment très stimulées, à terme les acheteurs se sont éloignés de l’entreprise en laquelle ils n’avaient plus confiance.
    En outre, dans les périodes plus difficile, imposer aux vendeurs des quotas trop élevés a crée une atmosphère tellement stressante qu’elle a entraîné des dégradations importantes parmi les personnels.
    L’entreprise en a souffert à long terme et, de même que les primes de rendement basés sur des taux moyens de fabrication ont été abandonnées dans l’industrie, les quotas de vente sont aujourd’hui, maniés avec beaucoup plus de précaution, sous forme d’objectifs, liés à des conditions de moyens et d’environnement.

    Mais nos gouvernants actuels n’ont pas l’expérience des entreprises, et notamment monsieur Sarkozy a cru que les quotas étaient un moyen facile d’imposer à tous sa toute-puissance.

    Certes il y a des cas où les quotas peuvent paraître utiles. Prenez le cas de la pêche qui définissent pour chaque espèce de poisson des seuils de capture, fixant la limite du nombre de poissons autorisés à être pêchés..

    La pêche intensive pratiquée depuis des années a épuisé les stocks de poissons, dont la survie est massivement menacée. Thon rouge, cabillaud, hareng, plie, merlan, on ne compte plus les espèces de poissons en voie de disparition, Il est donc impératifs de protéger nos ressources pour l’avenir et la persuasion et l’information ne suffisant pas, il faut bien mettre sur pied des moyens de répression éventuelle. C’est à la fois une question de survie des poissons et des pêcheurs.
    Mais ces quotas il faut les fixer et il faut donc faire des prélèvement, des comptages pour “estimer” la population des diverses espèces et évidemment les résultats sont sujets à contestation.

    Le problème de la plupart des quotas, c’est justement la difficulté de leur fixation : un cas flagrant : les études de médecine et des professions de santé.
    Autrefois les programmes et examens de médecine étaient les mêmes dans toute la France d’où une formation uniforme. Les concours n’intervenaient qu’au bout de quelques années (externat, internat), ce qui permettaient à ceux qui n’avaient pas la vocation de changer de voie.
    Aujourd’hui chaque faculté a une certaine autonomie de programme et un concours extrèmement sélectif intervient en fin de première année, sur des étudiants qui sortent à peine du bac et ne sont pas habitués aux études supérieures. Il y a pour chaque faculté un quota de reçus.
    Cette méthode est profondément injuste car on constate que par rapport au nombre de candidats la proportion de reçus oscille entre 1/5 et 1/10 selon les endroits et rien ne garantit que le niveau est le même d’une fac à l’autre et donc que ceux collés à un endroit, ne seraient pas reçus en un autre.
    Sans compter que la sélection est de plus en plus élitiste et basée de moins en moins sur le souci de soigner autrui, le mérite et la rigueur intellectuelle, mais à la capacité de la famille de l'étudiant à payer des études "chères".
    Autrefois les médecins, les infirmières, apportaient une aide précieuse aux pauvres gens . Certaines des étudiantes m’ont rapporté des scènes qui montent que ce souci du prochain se perd aussi peu à peu.
   
    Un autre problème flagrant de difficulté de fixation des quotas, alors que la “cause” est  louable : les gaz à effet de serre, le changement climatique et les besoins énergétiques, l'égalité homme femme.... Ce quota est il réaliste ?
    Tous les quotas fixés dans ce domaine sont irréalistes : que ce soit les rejets de CO2, les normes sur les constructions irréalisables dans la pratique, le fait que l’on se préoccupe des constructions neuves alors qu’il faut cent ans pour renouveler le parc immobilier ancien ....
    Ce qu’il faudrait ce ne sont pas des quotas, mais de très nombreuses études (réalistes et non utopiques), à court, moyen et long terme, pour faire évoluer nos techniques de construction, de production d’énergie, et nos habitudes de vie.
  Je trouve normal qu'on recherche une égalité homme-femme, mais le quota 1:1 n'est pas toujours réaliste Il est irréalisable si la population de départ -qui est la ressource - est très disproportionné, et puis est ce toujours souhaitable ? Les métiers où il faut exercer beaucoup de force sont plus adaptés aux hommes et ceux où il faut être très soigneux et précis mieux adaptés aux femmes.

    http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/1950444378.jpgL’autre problème des quotas, ce sont leurs effets pervers.
    Deux cas sont flagrants : la police et l’immigration

    Les quotas donnés à la police sont absurdes, car pourquoi y aurait il la même proportion de délinquant et de délits dans toutes les régions et agglomérations; déjà les prémices sont faux.
    Les conséquences sont dès lors néfastes car dans certains cas les quotas ne peuvent être atteints qu’en transformant de petites infractions en délits et cela devient la chasse aux petites infractions : un de mes amis dimanche dernier a eu une amende pour avoir été à 133 km/h sur autoroute. Je défie qui que ce soit, policier ou pas, de savoir sans régulateur, maintenir une vitesse à au moins 5 km/h près et il faut quand même regarder plus souvent la route que son compteur.


    Le problème de l’immigration est bien plus complexe.
    Il est certain qu’il faut mettre des limites, car l'immigration clandestine, même si on aurait envie de faire plaisir à tout le monde et d'accueillir tout le monde, n'est pas possible parce que cela pèserait encore sur les conditions de travail et de vie des gens déjà les plus défavorisés de notre société.
    Mais quand j’entendais dire à monsieur Hortefeux que «la France offre un titre de séjour à 3271  informaticiens indiens et 514 ingénieurs chinois», j’ai l’impression qu’on ne réfléchit guère aux aspects pratiques et que tout n’est fait que  pour faire du vent et des “annonces”.
    Fixer des quotas de main-d'oeuvre immigrée par profession ou par métier, c'est facile à dire mais difficile à mettre en oeuvre. Ce ne sont pas les gouvernements qui décident de l'évolution de la situation économique et des besoins des entreprises. Au niveau de l'entreprise, ces besoins sont déjà difficiles à estimer à moyen terme, mais au niveau agrégé, c'est encore plus délicat et il faudrait organiser des réunions de concertation avec les employeurs, les milieux syndicaux, à l'échelon national et régional.. En admettant ensuite qu'un gouvernement estime avoir besoin de 1 000 ou 2 000 ingénieurs, il faut qu'il soit capable de préciser quelles seront leurs conditions de travail, où ces personnes vont travailler, leur salaire et d’autre part il faudrait se concerter avec les pays concernés pour savoir s’ils sont d’accord pour fournir les contigents définis.
De plus toute politique qui ne prendrait pas en compte la migration familiale ne peut pas espérer développer l'immigration de travail.
    Par ailleurs, fixer des quotas élevés, même si cela correspond à des besoins, passe mal dans l'opinion, surtout en période de chômage, ces quotas étant perçus comme le recours à une immigration de travail au détriment des français.
    Quant à la fixation de quotas maximaux d’immigration, monsieur Sarkozy souhaitant “que nous arrivions à établir, chaque année, après un débat au Parlement, un quota, avec un chiffre plafond d'étrangers que nous accueillerons sur notre territoire” est sans doute nécessaire, mais cette politique si elle n’examine pas les situations au cas par cas et si elle passe par une traque sans faille des clandestins (qu'il n'est pas question, au moins officiellement, de régulariser), cela risque d’aboutir à des catastrophes comme le suicide par défenestration d’une jeune chinoise, jeudi dernier 28 avril.
Par coldtroll le Jeudi 5 mai 2011 à 10:03
les quotas montrent une chose : notre incapacité à les atteindre. et surtout le peu de moyens et de sacrifices que nous sommes prêts à investir pour s'en approcher.
et certains quotas sont vraiment débiles.

concernant l'amende de ton ami, il y a une tolérance de 10% sur autoroute, donc si sa contravention indique qu'il roulait à 133km/h c'est que son compteur devait certainement indiquer dans les 145km/h
Par maud96 le Jeudi 5 mai 2011 à 12:50
Les quotas, une manière de réguler une demande trop pressante (entrée en études "supérieures" prestigieuse), ou de limiter les dépenses (limitation d'accès) ou d'élargir les origines d'une population (d'étudiants, de députés) hors des "chemins battus". La manie du chiffrage, la prétention à "l'efficacité", le désir de tout contrôler, l'impression de "créer" des élites font que les quotas comme moyen de réguler ou guverner ont encore de beaux jours devant eux !
Par SMM Panel le Vendredi 10 juillet 2020 à 22:12
promote your brand properly. confirm your website is attractive, simple, neat, and targets your customer's needs. Only then are you able to shamelessly sell?
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3106332

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast