Mercredi 24 mars 2010 à 8:32

Anecdotes

Gob, le grand ornithorynque au pelage bleu a osé parler et contester l'autorité de la Barbie Sacrée, souveraine toute puissante de ce paradis.
Que va t'il advenir de lui ? Vous allez le savoir :


http://lancien.cowblog.fr/images/Divers/Genese.jpg


    Malgré l'étroitesse d'esprit de près de 99% des ornithorynques, les quelques uns qui s'étaient ralliés à Gob étaient convaincus et déterminés. La Barbie Sacrée les fit isoler, elle créa une cellule pour la centaine de rebelles. Ils y restèrent deux ans, ce qui est très peu pour ces immortels. Ensuite la Barbie décida de les expédier dans un nouvel endroit, car elle craignait qu'ils contaminent la population avec leurs idées réfractaires.
    Elle créa une terre rocheuse, hostile et inhospitalière. Pour le faire elle conçut une couche de roche tout au tour de la bulle : ainsi les révolutionnaires ne pourraient pas revenir au paradis.
    C'est ainsi que la croûte terrestre surgit de l'esprit machiavélique de la Barbie Sacrée. Les prisonniers furent ainsi exilés, seuls, dans un nouveau monde. Le peuple des déportés fut appelé par Gob « les Slans », c'était un néologisme; il donna pour seule explication un rêve qu'il avait fait dans lequel des êtres se nommant ainsi, étaient pourchassés par leurs contemporains à cause d'une légère différence, d'un pouvoir plus grand que celui de la majorité des habitants de leur planète. Il compara ses partisans aux slans car ils possédaient un pouvoir bien plus grand que celui de tous les ornithorynques réunis, ils avaient de l'imagination.!

    Gob, heureux de l'opportunité que donnait en fin de compte cet exil, voulu partir à la découverte des terres allouées aux slans. Les autres membres de son peuple restaient anéantis, ils aimaient leur vie calme dans le paradis souterrain de la Barbie. Gob partit seul découvrir l'étendue du nouveau monde qui s'offrait à lui. Alors que les autres slans restèrent sur les lieux où ils avaient été déposés.

    Ainsi le périple de Gob commença. Tandis qu'il arpentait le nouveau monde, en chantonnant une nouvelle symphonie, ses disciples nostalgiques pleurèrent. Malgré leur détermination apparente, ils ne s'étaient pas résolus à quitter leur paradis natal. Et durant deux siècles, jours et nuits, heure après heure, minute après minute, seconde après seconde, dans un flot ininterrompu, les cent trente huit slans versèrent de grosses larmes salées. Une tempête de larmes déferla sur Terre, d'abord il y eut un léger fil d'eau, bientôt il augmenta en intensité, en grosseur et en débit, ensuite un immense lac de larmes salées s'étala rapidement devant eux, d'immenses vagues se mangeaient entre elles.

    Deux siècle après l'exil, ils s'arrêtèrent enfin leurs pleurs perpétuels, Gob arriva au même moment de la direction opposée à celle de son départ. Quand ils revirent leur ami, tous furent heureux, plus de larmes ne coulaient, sauf quelques larmes de joie. C'est alors que tous s'aperçurent que leur lamentation avait créé l'océan et les mers, des cours d'eau étaient en ébullition dans plusieurs contrées alentours, eux même étaient sur un bras de mer avancé dans l'étendue d'eau.

    Mais lorsqu'ils revinrent à la raison, ils se rendirent compte que leurs vue s'était énormément affaiblie, leurs yeux brûlés par les larmes acides étaient incapable de voir à plus de deux ou trois mètres. Gob leurs arracha les yeux : tous ressentirent une douleur atroce, comme s'ils étaient sur le point de mourir. Leur médecin improvisé était entouré de 276 yeux et 138 slans souffrant le martyr, il calma leur torture grâce aux pouvoirs qu'il avait acquis en méditant tout au long de son voyage.  Les slans alors apaisés décidèrent de dormir, pour reposer leurs corps et leurs esprits après tant d'épreuves.

    Gob profita de leur sommeil pour soigner délicatement leurs organes visuels. Ils étaient usés, la partie supérieur était complètement brûlée. Le soigneur à l'aide de ses habiles pattes amputa la couche lésée, il récupéra une matière organique instable qu'il conserva. Les slans aveugles hibernèrent pendant 72 jours, puis, après leur long sommeil, Gob leur rendit la vue.

    Ils discernaient à nouveau les formes, mais ils ne voyaient pas comme avant, il n'y avait plus de couleurs, tout était gris et noir. Gob eut alors une idée pour rendre le monde à la vue de ses amis. Il prit le tas de matière organique qu'il avait extraite des yeux des pauvres slans, ensuite grâce à sa force, développée lors de son périple, il l'envoya le plus haut possible, tellement haut que la boule compacte qui était carrément instable génétiquement, se heurta à la paroi de l'univers. Alors elle s'embrasa dans un immense éclair.

     Les Slans allaient pouvoir ressentir encore une fois la joie des couleurs, la beauté des autres. Mais ils restaient dans un univers gris, marron, noir et orangé, tout était terne. Malgré tout le feu qui brillait dans le ciel redonnait un éclat neuf à leur existence.
    Ils l'appelèrent le "soleil", ce mot rayonnait dans leur bouche comme ce nouvel élément dans ce ciel d'azur. Tout cela les inspira, ils s'étaient fait à l'idée de vivre ici et chantèrent leur nouvelle vie pendant un siècle. Durant ces trois siècles dans le paradis barbiesque les mentalités changeaient.
    Peu avant la fin du troisième siècle d'exil des slans, un mouvement de pensée se répandit parmi les ornithorynques du paradis où régnait toujours la Barbie Sacrée. En effet, on avait évité de débattre par télépathie sur le sujet de la révolte des slans durant les deux premiers siècles d'exil. C'est à l'aube du troisième siècle après la déportation slan que le sujet revînt. Avec du recul certains adhéraient à l'idée de Gob, d'autres trouvaient ses idées stupides, mais pensaient que leur punition était trop sévère.

    Tous ces réfractaires à la pensé imposée furent pourchassés, traqués et enfermés par la troupe d'élite créée spécialement par la Barbie Sacrée. Elle ne tolérait aucunement des pensées critiques face à ses ordres. Au bout d'un demi siècle, les prisons devenaient surpeuplées, il était impossible d'accueillir plus de détenus, la Barbie dut prendre une décision importante. Elle ne voyait qu'une solution, il fallait envoyer les rebelles sur Terre. Elle décida pour montrer l'exemple de les priver de leur corps original. Ils seraient donc dans l'incapacité de se déplacer, ils vivraient comme des choses immobiles. Ils garderaient tout de même leurs pouvoirs télépathiques, mais ne pourraient même pas parler. Et surtout ils ne seraient plus immortels.

    Ainsi apparurent les végétaux vers la fin du troisième siècle après l'exil slan.

    L'opinion pro-slan s'était tellement répandue que les végétaux recouvrirent rapidement une grande partie de la planète, autant dans les océans, les lacs et les rivières que dans les terres émergées. Il y avait un nombre incalculable d'espèces différentes, certaines n'atteignaient pas plus de quelques millimètres, d'autres atteignaient pas loin de 100 mètres. Ces végétaux étaient de couleurs extrêmement variées, leurs formes étaient plus étranges les unes que les autres, leurs odeurs se mélangeaient à celle de l'océan sur le littoral, celle des lacs dans les montagnes et emplissaient totalement l'air dans les régions sans points d'eaux.

    Les slans émerveillés par tant de beauté continuèrent de chanter, et leurs mélopées prenaient un timbre clair et coloré pour les plantes qui assistaient à cette explosion d'art et d'innovations musicales. Le monde ainsi se para de couleurs, de sons et d'odeurs inconnues jusque là, qu'aucun n'aurait pu imaginer dans ses rêves les plus fous, pas même le grand ornithorynque bleu.

    L'apparition des végétaux créa un changement dans le poids de la couche, son équilibre changea et la couche terrestre se mit à tourner lentement. Ainsi peu de temps après la venue de ces nouveaux êtres, sur la pointe où les slans avaient établis leur territoire, le soleil donna l'impression de plonger dans l'océan, son éclat diminua petit à petit. L'océan changea lentement de couleur. Les slans, postés sur les falaises qui bordaient l'océan, assistèrent à cette métamorphose presque irréelle.

    Ils observèrent, incrédules et muets cette étendue d'eau, initialement d'une teinte entre le vert et le bleu, qui se colora d'or tel un océan métallique, puis il prit un teinte orangée qui faisait penser à la rouille qui habillait certaines montagnes dénudées, ensuite le vieil océan vira lentement au rouge, la couleur était si forte qu'on eut cru à un lac de lave, puis il devint légèrement rosé, comme une fleur sous la pluie matinale, avant de retourner à une couleur sombre et bleutée, presque noire qui n'avait d'égal que le pelage du grand ornithorynque bleu. Après ce long silence, les slans revinrent à la réalité et s'aperçurent que tout était sombre autour d'eux et qu'ils étaient à nouveaux comme des aveugles.
    Le ciel, à la nuit n'est pas tout à fait noir, il est entre le bleu et le noir comme le pelage de Gob.
    Gob prit donc la décision de créer un miroir dans le ciel qui refléterait la lumière du soleil, ainsi ses partisans pourraient voir même lorsque le ciel deviendrait comme son pelage. Pour créer une telle chose il récupéra des parties de chaque élément qui composait son monde. Pour la terre il prit le minerait d'argent le plus pur qu'il trouva lors de son voyage, sa clarté était telle qu'il suffisait d'un minuscule rayon de lumière pour éclairer une immense grotte. Pour l'eau il récupéra un peu de liquide dans une source au sommet d'une montagne habillée de sapins et d'épicéas plus verdoyants que n'importe quel brin d'herbe. Pour l'eau il préleva l'écume d'une minuscule vague qui léchait une falaise rugueuse des terres slans. Et lorsqu'il réunit ses trois éléments à l'intérieur s'enferma un courent d'air qui provenait d'une terre reculée et qui avait transporté le parfum d'une fleure de vanille.

    Il plaça ensuite délicatement le miroir dans le ciel et ainsi apparut la lune.

    Sur Terre la paix était partout, il n'y avait pas de haine, tous les végétaux préféraient leur statut actuel, ils avaient moins de contraintes, malgré la mort qui planait sur eux ils était heureux, ils avaient enfin un but, faire perdurer leur espèce en se reproduisant. Les slans aussi se rendaient utiles, ils soignaient les maladies, évitaient les épidémies, ils ne communiquaient plus que oralement pour entendre la sonorité de chaque mot et à chaque occasion chanter une chanson à chaque fois plus belle. Tout le monde avait sa place, chaque place avait son utilité, tout n'était qu'une pure harmonie. Cette quiétude ne dura qu'un demi millénaire, car sous le paradis de Gob, le paradis de la Barbie Sacrée se transformait progressivement en enfer.


Alors qu'allait il se passer ? : la suite et fin demain.
Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2979405

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast