Jeudi 30 avril 2009 à 17:15

Biologie, santé.

http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs3/P3310223.jpg


   Mimine me demande de dire quelque chose sur la grippe méxicaine et comme je pars samedi en Bretagne pour huit jours, je fais un deuxième article aujourd’hui.
    Demain je finis mes articles sur le climat et la semaine prochaine je publierai des articles préprogrammés.



    Dans le domaine médical, la grippe s’appelle aussi influenza
    D’abord vous vous demandez ce qu’est un virus de grippe :  c’est une particule formée essentiellement non pas d’ADn comme beaucoup de virus, mais d’ARN et qui a certaines caractéristique particulières :

    On distingue d’abord trois grand groupes ayant des caractéristiques antigéniques particulières, A, B, C
    B est spécifique des hommes et des phoques et assez rare
    C  affecte hommes et animaux, n’est pas très pathogène et assez peu courant.
    Les grippes courantes de tous les hivers sont de type A, qui se divise en plusieurs sous-types.

    A la surface du virus, une protéine (l’hémagglutinine HA) est responsable de la fixation du virus sur les cellules qu’il va infecter et notamment les globules rouges. On en connait 16 sortes de H1 à H16.
    Les souches H1, H2 et H3 correspondent aux grippes humaines, les autres à celles sur des animaux, La H5 est très souvent rencontrée sur les oiseaux.
    Une deuxième protéine (la neuramidase NA) avec neuf types de N1 à N9, facilite l’entrée du virus en faisant un “trou chimique) dans les parois cellulaires.
    Un virus de grippe est donc caractérisé par ses deux lettres correspondant aux deux types de protéines comme le H1N1, mais en fait  il peut y avoir de nombreux virus différents correspondant à des ARN différents, issus de mutations génétiques.
    On ne peut pas associer une dangerosité à ces sous types, les grandes pandémies correspondant à des virus A, H1N1, H2N2 et H3N2.

    Le virus grippal infecte d'autres animaux que l'homme, terrestres et marins, et c'est chez l'oiseau qu'elle est la plus fréquente : « peste aviaire », « grippe aviaire » ou « grippe du poulet »
    Elle est également fréquente chez le porc.
    La plupart des grippes hivernales de l’homme sont de type A H1N1 mais pas uniquement, et la grippe aviaire de ces dernières années transmissible de l’oiseau à l’homme et très pathogène, était de type H5N1.

    La grippe, quelle qu’elle soit, se traduit chez l'être humain par un ensemble de symptômes généraux : fièvre, maux de tête, toux, mal à la gorge, douleurs musculaire, fatigue et anorexie. Ces symptômes, apparaissent brutalement après quelques jours d’incubation et disparaissent habituelle après quelques jours d'évolution.
    Dans les cas les plus sérieux, la grippe peut être suivie de complications (pneumonies bactériennes et déshydratation notamment) qui peuvent entraîner la mort.
    Les effets du virus dépendent non seulement de sa virulence mais surtout de la situation immunitaire du sujet infecté qui peut avoir crée des anticorps s’il a déjà rencontré ce virus ou un virus très voisin. (c'est le principe de la vaccination).
    La transmission interhumaine de la maladie est essentiellement respiratoire, via des gouttelettes riches en virus provenant de la toux et des éternuements des sujets infectés. Le virus ne vit pas à l’air libre en dehors de ces supports, mais peut persister quelques heures sur les mains ou sur des objets souillés tels que mouchoirs ou poignées de prtes souillées par par la transpiration.
    La caractéristique principale du virus de grippe est qu’il se transmet très facilement et la contagion est grande.


    Le diagnostic de la grippe en période d'épidémie est simple, et une grippe non compliquée relève habituellement d'un traitement banal : aspirine, paracétamol et des antiviraux qui sont essentiellement des inhibiteurs de la neuraminidase.
    Mais on ne se préoccupe pas du type particulier, car l’analyse est alors plus compliquée, analogue à une analyse d’ADN et demande plusieurs jours. Les prélèvements sont alors faits par de petits coton-tiges imbibés de liquide et mis ensuite sous plusieurs enveloppes scellées pour envoi à un laboratoire spécialisé d'analyse ADN dans des conditions satisfaisantes de sécurité (travail sous enceintes étanches).
    Rappelons que les antibiotiques sont sans effet sur les virus. Par contre certaines complications pulmonaires peuvent être dues à d’autres bactéries et donc justiciables d’antibiotiques.
   
    La prévention de la grippe repose sur une vaccination annuelle, proposée dans la plupart des pays industrialisés aux personnes à risque et administrée aux volailles d'élevage en cas d’épidémie. Ces vaccins sont fabriqués chaques étés et automne, en cultivant dans des oeufs de poulet des souches atténuées  : un cocktail des principaux types apparus l’hiver précédent dans le monde.
    Mais en cas d’épidémie, la meilleure prévention est :
        - d’éviter le contact avec les particules polluantes. Voir de près et parler au minimum de personnes (les transports en commun sont évidemment des endroits où peuvent circuler dans l’air des gouttelettes contaminées),
        - porter un masque en tissu qui empêche les aérosols d’entrer (mais n’est efficace que six à huit heures),
        - se servir de mouchoirs en papeir pour contenir les éternuements ou se moucher et si on a la grippe, les brûler.
        - se laver les mains plusieurs fois par jour au savon.


    Venons en à la grippe mexicaine.
    Les médias, toujours à l’affût de sensationnel auraient tendance à nous affoler. Ce n’est pas parce que l’OMS décrète le niveau 5 qu’il y aura pandémie, c’est au contraire pour l’éviter.
    Les morts que l’on constate sont très tristes et regrettable, mais ni le nombre de mortni le nombre de malades n’est actuellement important.
    Il faut se rappeler et on en parle pas, que tous les hivers, il y a des millions de personnes grippées, environ 3000 morts en France de la grippe, 30 000 aux USA et plus de 300 000 dans le monde.
    Le Mexique est un pays pauvre où l’hygiène en campagne et en banlieu des villes est assez défectueuse et donc la propagation est plus facile que dans d’autres pays. Par ailleurs il semble que les premiers cas datent de février et que les pouvoirs publics aient tardé à s’apercevoir de la maladie.
    Actuellement ce n’est donc qu’une petite grippe encore peu répandue et qui n’a pas l’air très virulente. Mais elle est très contagieuse comme tout microbe de grippe.

    Alors pourquoi fait elle tant de bruit.
    D’abord ce n’est pas une grippe d’hiver, mais un virus mutant issu d’un “croisement” de virus aviaire, de porc et humain, et donc transmissible entre hommes par voie pulmonaire. (par contre elle n’est nullement transmissible par la viande de porc et de plus les virus ne résistent pas à la cuisson).
    De ce fait la plupart des personnes n’ont jamais rencontré de virus analogue et sont donc peu immunisées.
    Comme c’est un virus nouveau, il n’y a pas de vaccin, et quand on aura isolé la souche, il faut 3 à 4 mois pour que les premiers vaccins soient disponibles et si on fabrique beaucoup de vaccins pour ce virus, on ne pourra pas en fabriquer pour les autres virus de l’hiver prochain.

    Finalement il ne faut pas s’affoler. Pour le moment il y a fort peu de malades. Dès qu’une personne est susceptible de l’être, elle est mise en observation en isolement et des analyses sont faites.
    Si elle a vraiment la grippe, elle est traitée avec des médicaments antivirus qui sont efficaces.
    Par contre il faut éviter la contagion possible et il est absurde d’aller actuellement en voyage au Mexique et les personnes en provenance de ce pays sont tout particulièrement surveillées.
    Dernier point il est aussi absurde, voire dangereux, de prendre par avance du Tamiflu ou médicament analogue.
    C’est un produit destiné à lutter contre l’infection virale. Son action est d’assez courte durée (ce n’est pas un vaccin) et préventivement il n’a donc aucune action.
    Par contre il est important de le prendre dès le début des symptômes de grippe, car il empêche le virus de se propager dans le corps humain. DIl faut donc consulter un médecin dès les premiers symptômes inquiétants.

    Par ailleurs les stocks de masques et d'antiviraux sont très suffisants en France face à une telle menace. (à condition de ne pas les gaspiller inutilement).

Par MiMiNe le Jeudi 30 avril 2009 à 19:05
ouf ;)

Non mais c'est vrai qu'ils en parlent trop les médias, déjà ils feraient mieux de parler que des gens réellement contaminé plutôt que les cas probables déjà les chiffres sont moins importants puis ça affolerait moins les gens...
Ca fait peur quand même on s'attendrait à ce que ce soit comme dans les films où à la sortie des aéroports les gens soient contrôlés puis mis en isolement en attendant de savoir... puis enfaite non... même si enfaite c'est qu'une grippe mais du coup ça laisse des questions en suspend sur n'importe quelle épidémie qui pourrait devenir mondiale, rien que quand on entend que les pays européens ça serait un peu chacun pour sa tête si fallait sortir tous les stocks... Aie Aie Aie...

Merci pour l'article en tout cas :)
Par maud96 le Vendredi 1er mai 2009 à 20:17
Mimine exagère ! :)) Article très "mesuré"... il y en a besoin face à l'hystérie politico-médiatique !
...et bonne semaine en Bretagne... j'y serais pour l'ascension (Golfe du Morbihan)... si la France consent à laisser rentrer les gens du Canada, l'Amérique du Nord étant "infectée"...
Par Marie-Louise le Samedi 2 mai 2009 à 10:24
Bonjour
Vous savez, je ne suis pas jeune, 55 ans !! instit et je ne me lasse pas de lire vos articles, ils sont tellement bien racontés, je m'en servirai presque pour faire des cours !! Je blague bien sur... merci en tout cas et bonnes vacances
Louise
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2834242

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast