Lundi 22 avril 2013 à 9:09

Libertés et règles

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/CouverturePourquoilatartinetombetoujoursducotedubeurre.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures2/devise2.jpg

















            Des correspondant(e)s m’ont demandé quel était la caractéristique principale du pessimiste.
            Je n’ai pas envie, cette fois de parler de préférences cérébrales, mais de faire un peu de philosophie.
 
          
             Vous connaissez certainement ce que l’on appelle pas très poliment la « loi de l’emmerdement maximum ».
            C’est le crédo du pessimiste, qui l’exprime selon diverses propositions :
                   
- Lorsqu'une chose peut aller mal, elle va mal.
                    -
Tout ce qui commence bien, finit mal.
                   
- Le pire n'est jamais sûr, mais le mieux l’est encore moins
                   
- Tout ce qui commence mal, finit encore pire
                    -
Sourit… demain ça ira plus mal.  
                    - Ce que tu n'as pas fait est toujours plus important que ce que tu as fait vraiment.
                   
- On ne peut pas déterminer à l'avance le côté de la tartine à beurrer, et pourtant, elle tombe toujours de ce coté.
                    
- Quand tout baigne, il y en a forcément un qui coule.
                    
- Si ce n'est pas encore arrivé, ça ne va pas tarder.
                     - C'est toujours quand ce n'est pas le bon moment que cela arrive.
                     - C'est toujours quand vous êtes en retard et qu'il pleut que vous avez laissé vos choses urgentes dans l'autre veste.
                    
- C'est toujours quand on a besoin de Google qu'il tombe en panne.
                   
- C’est toujours lorsque tu veux écrire un article, que Cowblog est en maintenance.
                    - Plus les ordinateurs deviennent intelligents, plus on a d’embêtements (voir l’iPad).

            Les scientifiques appellent cela la loi de Murphy, du nom d’Edward A Murphy, un ingénieur en aérospatiale américain, qui disait « Tout ce qui peut mal tourner, va mal tourner », ce qui finalement n’est pas si pessimiste que cela. Il avait juste constaté que s'il existe au moins deux façons de faire quelque chose et qu'au moins l'une de ces façons peut entraîner une catastrophe, il se trouvera forcément quelqu'un quelque part pour emprunter cette voie, ce qui est vrai. Le seul problème est la probabilité pour qu’il y ait un certain nombre de personnes qui l’empruntent.
            C’est vrai que si beaucoup de personnes actionnent un appareil ou se servent d’un outil comme par exemple l’éditeur de cowblog, et qu'il existe ne serait-ce qu’« une » façon de se tromper, il existera statistiquement des gens qui le feront. Et c'est d'eux seuls que le service après-vente ou l’équipe de cowblog entendra parler.
            Edward Murphy était en fait un optimiste, mais il avait conscience que les problèmes inattendus peuvent toujours survenir. Il travaillait dans l’aéronautique américaine, sur les problèmes de sécurité et de fiabilité.
            Ce principe, selon lequel le très peu probable peut quand même arriver, que ce soit par la défectuosité d’une pièce ou l’erreur d’une personne, est à la base de la qualité de nombreux matériels ou services.
            C’est son application à la construction aéronautique et spatiale, qui réduit à presque zéro, le nombre d’accidents. C’est son application qui fait que les automobiles sont beaucoup plus fiables aujourd’hui qu’autrefois.
            Mais c’est un travail qui coûte cher et par ailleurs il entre parfois en contradiction avec l’intérêt de l’industriel, car il prolonge la vie du produit vendu et diminue donc les ventes. C’est la raison pour laquelle, les appareils ménagers et audiovisuels sont plutôt moins solides qu’autrefois.
            Le domaine où l’application de la loi de Murphy est le plus sensible est sûrement l’informatique : les logiciels des microordinateurs, téléphones portables et autres appareillages (le logiciel qui fait fonctionner Cowblog aussi). Ce sont des processus complexes et donc quelques petites failles peuvent se glisser dans leur conception, qui ne se manifesteront qu’à l’occasion d’utilisations inhabituelles ou erronées peu imaginables.
            Pourtant, vu le nombre très grand d’utilisateurs et la fréquence d’utilisation, quelqu’un finira par utiliser l’appareil de cette façon et tomber sur la faille, avec des conséquences en général limitées à lui même, parfois à l’ensemble du processus.
 
            Quant à moi, je suis plutôt optimiste : je pense que la plupart du temps tout va bien, sauf parfois quand cela va mal. Mais il faut alors se battre et sortir de la mauvaise passe. Mais cela demande de la volonté et de l’énergie.


                
Par maud96 le Jeudi 25 avril 2013 à 15:21
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3237097

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast