Mercredi 11 mai 2011 à 8:37

Libertés et règles

http://lancien.cowblog.fr/images/Sciences/astronauteBenLaden.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/images/benladen520x390.jpg

   
















 
    
Comme tous ceux qui regardent le journal télévisé, j’ai vu les informations concernant la mort de Ben Laden, les réactions aux USA et dans les pays arabes et aussi autour de moi, et plusieurs d’entre vous m’avaient demandé quelle était mon opinion à ce sujet..
    Je ne vais pas revenir sur ces événements que vous connaissez, mais après quelques échanges de correspondances, notamment avec notre chevrette bien-aimée du Canada, je me suis rendu compte que les divers aspects de cette affaire soulevaient de nombreux problèmes  de notre conscience (au sens moral du terme), de notre comportement et des règles qui régissent notre vie, mais aussi le problème de la “justice” et des responsabilités des personnes dont les décisions peuvent avoir des conséquences graves quant au devenir et à la vie des autres et qui doivent choisir parfois entre deux maux et notamment la “raison d’Etat”.
    Comme beaucoup de personnes qui ont aimé visiter le Louvre, je connaissais le “code d’Hammoudabi”, mais Maud m’a donné envie d’en rechercher le contenu et j’ai trouvé ce texte extraordinaire pour l’époque, et cela m’a donné envie de parler de la justice antique, de la Bible, de la Thora et du Coran, et aussi de la justice romaine.
    Mais à coté de ces règles de vie collective, il y a notre éducation, notre propre conscience, nos valeurs propres, nos réactions, notre propre notion du bien et du mal.
    J’avais essayé d’en parler dans un vieil article du 20 novembre 2008 et je vais reprendre ces notions car elles expliquent les différences de réactions, face à des événements comme la mort de Ben Laden.
   
    Les personnes avec lesquelles j’en ai discuté, pensent que certes, c’est un événement important, mais que Al Quaida est une nébuleuse de groupuscules et que le terrorisme n’évoluera pas beaucoup pour autant.

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/images2.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Animaux2/images.jpg















     Mais on voit par ailleurs les scènes de liesse populaire aux USA, (qui ne sont pas sans rappeler les « youyous » des Palestiniens, dans les camps de réfugiés à Gaza en 2001, quand Israël avait subi une défaite), et certaines personnes des pays arabes qui érigent Ben Laden en héros et en martyr et espèrent qu’il sera vengé.

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/images1.jpg
http://lancien.cowblog.fr/images/images/McdonaldBenladen-copie-1.jpg



  









    Personnellement, je ne regrette pas sa mort, car j’estime  qu’il l’avait bien méritée et je ne le pleurerai pas.

   
    Mais son “exécution” par un commando dans un pays étranger est assez différentes des règles des démocraties, et elle pose, à coté des lois appliquées par la justice, le problème de la “raison d’Etat” et il n’est pas inutile d’y réfléchir si on veut comprendre pourquoi on n’a pas cherché à le traduire devant une cour internationale, mais à immerger dans l’océan son corps (qui avait été refusé par l’Arabie Saoudite), ce qui n’empêchera sans doute pas qu’on lui érige des mausolées, même si ce ne sont pas de véritables tombes.
   
Ce sont ces problèmes auxquels je voudrais réfléchir avec vous dans mes trois prochains articles (2 à 4), en examinant d’abord ce que sont nos valeurs personnelles, puis en faisant un très rapide panorama de la justice antique, et enfin en revenant sur le terrorisme et les problèmes de la mort de Ben Laden

Par Dark-Riketz le Mercredi 11 mai 2011 à 9:17
Je suis peut-être en avance sur les articles que tu comptes encore faire à ce sujet, mais je pense que, plus que la Raison d'Etat (au singulier, celle de Richelieu initiée par Machiavel dans Le Prince), c'est la Raisons des Etats, au pluriel, qui justifie parfois qu'un homme soit trop dangereux pour être laissé en vie. Parce que son existence même menace plusieurs nations.

Du coup, je considère que ce n'est pas le cas de Saddam, ou même de Khadafi, parce qu'au fond, en quoi ça concerne l'Etat, ce qui se passe chez les voisins ?
En revanche, Ben Laden correspondait parfaitement à ma définition, et du coup, aucun procès n'est nécessaire, l'exécution sommaire se justifie parfaitement, selon moi.

Après tout, en cas d'enlèvement ou d'attaque terroriste, on envoie les unités antiterroristes qui ont l'ordre de tirer pour tuer. Pourquoi pas là ? Parce qu'il était 'sans défense' et que ses victimes n'étaient pas sur place, et donc ne représentaient pas un risque supplémentaire (de dommage collatéral) en cas de fusillade ?
Je ne pense pas.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3107859

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast