Lundi 5 septembre 2011 à 8:36

Paysages

  Je vais vous parler aujourd’hui d’un jardin et d’une statue de Bretagne, article qui m’a été inspiré par le prénom d’une de mes correspondantes qui se reconnaîtra.

    C’est un petit lieu du Morbihan, à une dizaine de kilomètres de Baud, pas très loin de Pontivy, qui a un nom assez bizarre : QUINIPILY
    Quinipily, c’était un château aujourd’hui disparu, et c’est d’abord un superbe jardin, mais c’est aussi l’histoire curieuse d’une très ancienne statue de la déesse ISIS.


    Vous pouvez sur les photos ci dessous admirer ce jardin très fleuri, qui a été conçu pour mettre en valeur une statue, (monument historique classé).
    C'est un jardin en terrasses de style anglais, fait d'arbustes de bruyères, de vivaces, ou les simples fleurs des champs côtoient les roses anciennes et ou il est agréable de se promener car tout y est calme et sérénité.

http://lancien.cowblog.fr/images/Paysages2/1.jpg
http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/8.jpg
http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/9.jpg









http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/56quinipily.jpg






























































    Cette statue haute de 2.20 m trône sur un piedestal au-dessus d'une fontaine, qui coule dans une auge en granit monolithique qui peut contenir 3600 litres. On la nomme la “ Vénus de Quinipily ”.








http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/statue.jpg

    Jusqu'au XVII° siècle, la Vénus, et l'auge d'eau; étaient sur la colline de Castennec près de Bieuzy-les-Eaux, où s'élevait la cité gauloise de Sulim.
    Cette statue était probablement une statue d’Isis, le nom grec d’une déesse égyptienne, déesse de la maternité et de la fécondité. (si vous voulez vous amuser, allez voir sur internet l’histoire d’Isis et des 14 morceaux du corps d'Osiris, c'est assez gratiné lol)
    Elle était l'objet d'un culte païen de la part des paysans, les femmes allant notamment avant et après leur mariage toucher la pierre de la statue afin d’être fécondes.
    L'évêque de Vannes, Charles de Rosmadec, s’en offusqua et, à sa demande, le seigneur de Quinipily, Claude de Lannion, la fit jeter en 1661 dans le Blavet, la rivière proche. (si vous allez un jour dans cette région, les balades en bateau sur le Blavet sont très belles).
    Trois ans après, en 1664, les gens du pays l'en retiraient et reprenaient les rites ancestraux.
    En 1670, elle fût mutilée et remise dans la rivière.

    Après la mort de Claude de Lannion en 1695, son fils Pierre, alors gouverneur de Vannes, décida de la récupérer et de la transporter dans l'enceinte de son château de Quinipily, malgré l'opposition du duc de Rohan qui se prétendait propriétaire du site. Mais en 1701, les juges donnent raison à Pierre de Lannion, qui avait eu le mérite de sauver l'idole des eaux du Blavet.

    Depuis lors, la "vénus" veille sur Quinipily du haut de son piedestal et donne lieu à des discussions passionnées entre les archéologues. Certains y ont vu une Isis adorée par les légions romaines de la garnison de Sulim, une Cybèle, une déesse gauloise; d'autres ont même soutenu que l'ancienne statue avait été brisée et que l'on en avait retaillé une autre.
    Mais peut-on réellement concevoir que le duc de Rohan ait fait les frais d'un procès qui dura d'avril 1700 à janvier 1701 pour posséder une statue qui ne serait pas authentique ?"


    Si vous souhaitez des détails sur cette statue et ses origines, vous pouvez consulter sur

http://www.google.fr/search?hl=fr&source=hp&q=quinipily&aq=f&aqi=g1g-v6&aql=&oq=


une étude faite par Sylvie Caroff, Professeur d'Histoire - Egyptologue, que l’on peut enregistrer en pdf :
LA VENUS DE QUINIPILY  Une Isis gallo-romaine au cœur de la Bretagne


http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne/images-copie-2.jpg

Par maud96 le Lundi 5 septembre 2011 à 11:37
Ton article a excité ma curiosité. Les "Vierges noires", ou "déesses de fécondité" ont hanté nos campagnes... toujours proches de points d'eau ou de sources.
Lire ici : http://vivrevouivre.over-blog.com/article-32532164.html ... Un vieux problème, ancré dans la revendication atavique de nombreuses femmes, sans doute.
Pourquoi le Dieu Chrétien, et celui de tant de religions, est-il si machiste ? Ces statues témoignent sans doute des premières revendications féministes, bien avant les "féminismes" officiels.
Par serpe-hier le Lundi 5 septembre 2011 à 12:29
hop, petite rectification, il s'agit des 14 morceaux du corps d'Osiris et non d'Horus :)
en tout cas je ne connaissais pas l'histoire... et la fille qui porte ce nom a vachement de chance ^^
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3135038

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast