Samedi 13 octobre 2012 à 8:21

Adolescence

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures3/agressionecoleprofelevesecuriteleconrecL1.png

            J'avoue être à la fois surpris, inquiet voire horrifié et je me pose beaucoup de questions.
            Depuis la rentrée la télévision annonce tous les jours qu'un(e) jeune élève s'est fait blesser grièvement, voire tuer, par l'un de ses camarades. Il y a aussi toutes les agressions sexuelles et celles aussi dont on ne parle pas.
            Comment les jeunes peuvent ils être devenus ainsi, aussi violents et inconscients.
            Car certes il faut plaindre avant tout la victime et sa famille, mais le meurtrier gâche également sa vie à jamais, ne serait ce que parce qu'il va faire des années de prison.
            Comment être assez inconscient et fou pour en arriver là.?
            De plus les motifs invoqués pour des actes aussi graves sont parfois futiles, (comme un "mauvais regard". Là on ne comprend plus !
 
            C'est vrai que pour quelqu'un de vieux comme moi, c'est incompréhensible. J'ai pourtant connu la guerre où la violence et la mort étaient le lot quotidien, mais entre adultes et pour des raisons politiques. Ce n'était pas mieux, mais justement peut être en avons nous compris quel était le prix de la vie et aussi celui de la souffrance.
            Pour moi agresser volontairement et dangereusement quelqu'un est non seulement un délit, mais c'est une atteinte à une autre personne, qui est la même chose que moi. Bien sûr si on m'attaquait, si on violentait ma famille, je me défendrais et peut être blesserais-je l'agresseur, sous le coup de l'émotion et de l'action. Mais je ne me vois en aucun cas agresser quelqu'un par une vague idée de vengeance ou de vexation, ou de présumée insulte ou parce que mon amie m'a plaqué.
            Rien que le fait de la réciprocité, de ce que je n'aimerais pas qu'il m'arrive dans le cas inverse, me retiendrait de faire ces âneries.
            Je sais que le cerveau préfrontal des jeunes n'est pas mature, et que donc ils ont du mal à imaginer les conséquences de leurs actes. Je comprends donc que, dans le feu d'une dispute, un coup de poing au mauvais endroit, une chute malencontreuse, puisse entraîner des blessures graves, sans que l'auteur ait pensé à cette conséquence. Mais emmener un couteau ou une arme à feu, pour agresser quelqu'un, c'est de l'assassinat avec préméditation à la clé ! La dimension de l'acte est tout autre.
 
            Mais il faut l'admettre, l a violence des jeunes est l’une des formes de violence les plus visibles (on estime que le nombre de morts est de l'ordre de 200 000 par an dans le monde). Les agressions, mortelles ou non, perpétrées par les jeunes contribuent fortement dans le monde entier au nombre total de décès prématurés, de traumatismes et d’incapacités. Cette violence entraîne des préjudices graves non seulement pour les victimes, mais aussi pour les familles, les amis et les communautés.
            Il y a des liens étroits entre la violence des jeunes et d’autres formes de violence. Les jeunes violents commettent fréquemment toute une série de délits et manifestent d’autres problèmes sociaux et psychologiques.
            Les combats physiques et les brimades ou harcèlement sont aussi plus fréquents chez les jeunes. Une étude, portant sur les enfants en âge scolaire dans 27 pays, a établi que la majorité des jeunes de 13 ans, dans la plupart des pays de l’étude, avaient exercé des brimades
ou harcelé autrui au moins de temps en temps.
 
            Des études ont été faites sur les facteurs de risque de telles violences et les facteurs que je vais citer sont extrait d'une étude de l'organisation mondiale de la santé.:
 
                        • Il y a forcément d'abord des facteurs individuels :
           
- l’hyperactivité
- l’impulsivité
- une maîtrise insuffisante de soi
- des problèmes d’attention
- des antécédents de comportement agressif
- un faible niveau d’éducation. Il ne faut pas oublier que l'enfant naît avec un cerveau presque vierge et que c'est l'éducation et l'instruction qui développent l'intelligence, la logique et le bon sens.
- une absence de règles et là encore l'éducation est en cause.
 
                        • Il y a ensuite des facteurs familiaux :
- un encadrement insuffisant des enfants par les parents, des châtiments corporels durs pour discipliner les enfants;
- des conflits entre les parents pendant la petite enfance;
- un attachement insuffisant entre les parents et les enfants;
- une mère ayant eu son premier enfant trop jeune et qui ne peut le contrôler
- la séparation ou le divorce des parents à un jeune âge;
- une faible cohésion de la famille;
- un niveau socio-économique faible;
- la fréquentation de camarades délinquants.
 
 
                        Mais il y a aussi des facteurs sociaux culturels, voire politiques :
- les bandes et un approvisionnement local en armes ou en drogues;
- la faiblesse des liens sociaux dans la communauté;
- l’administration du pays, sa législation et les moyens mis en oeuvre pour l’appliquer, ainsi que sa politique sociale;
- l’inégalité des revenus, l’évolution rapide de la démographie, et l'urbanisation conduisant parfois à des ghettos;
- les sociétés qui ne proposent pas de solutions non violentes pour résoudre les conflits semblent connaître une fréquence plus élevée de la violence chez les jeunes.    
 
 
            Je serais intéressé par votre avis sur ces questions et les moyens d'y remédier   avant de faire un autre article à ce sujet.
            Il est certain que les méthodes que l'on propose reposent en général sur l'éducation, mais que certains parents son défaillants, et que justement les violences de jeunes ont souvent lieu à l'école, lieu d'instruction.       
            L'un des problèmes est évidemment de prévenir ces violences par action sur tous, mais peut être aussi sur ceux dont les professeurs ou les parents pourraient détecter à temps la tendance à la violence.    
Par Sorbienn le Lundi 29 octobre 2012 à 14:20
La violence des jeunes a toujours existé. Je ne dis pas qu'il ne faut pas sans occuper mais je suis énervée par les médias qui mettent cela en avant. Les gens bien-pensant s'inquiète de ce problème mais en même temps, les jeunes, et puis surtout la violence dans les cités, il s'en écartent avec dégoût, c'est contagieux et pourquoi écouterions-nous ces enfants d'ouvriers incultes ? Tout ce tapage sigmatise la population et ne soulève même pas les vrais questions...
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3210998

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast