Vendredi 31 octobre 2014 à 7:38

Actualité

http://lancien.cowblog.fr/images/Images2-1/images-copie-20.jpg

      Des correspondants me demandent ce que je pense de l’accident du barrage de Sivens : est ce qu’une grenade des forces de l’ordre a pu tuer ce jeune manifestant.
    Je ne suis pas un expert des grenades ni un médecin, mais, lors de mon service militaire j’ai eu des cours à l’Ecole des officiers du Génie, et pendant les six autres mois de mon service, j’en ai manipulé et j’ai même fait de l’instruction.
    Certes c’est vieux (1954/55), mais les grenades n’ont guère changé depuis.
    Alors voilà ce que je sais.

    Il existe plusieurs sortes de grenades : les grenades « offensives » et « défensives », qui sont utilisées dans l’armée, et les grenades lacrymogènes et de désencerclement, utilisées par les forces de l’ordre.
    Il existe d’autres grenades lancées avec un fusil, mais uniquement à usage en temps de guerre.

  http://lancien.cowblog.fr/images/Images2-1/grenadeMk2.jpg   Les grenades lacrymogènes et de désencerclement, qui projettent de minuscules billes de plastiques, contiennent très peu d’explosif et sont pratiquement sans danger. Elles peuvent néanmoins blesser si on les ramasse et qu’elles explosent dans votre main.   

  La grenade défensive est aussi uniquement une arme de guerre. Constituée d’un corps épais en acier quadrillé, et contenant une quantité notable d’explosif, elles créent, lorsqu’elles explosent des éclats d’aciers qui peuvent provoquer, dans un rayon d’une dizaine de mètres, des blessures graves voire mortelles.


    Les grenades offensives, malgré leur nom sont peu dangereuses. Elles sont destinées à faire peur, http://lancien.cowblog.fr/images/Images2-1/160211800757C1-copie-1.jpgpar le bruit et le souffle provoqués par leur onde de choc. Leur corps est constitué d’une tôle très mince, et elles contiennent peu d’explosif, du TNT. (trinitro toluène).
    Elles sont peu utilisées dans un conflit, et alors sans précaution, mais par contre, on doit obéir à des règles strictes dans le cas d’un usage de maintien de l’ordre (ou d’exercice et de formation militaire).
    A très courte distance, l’explosif qui détone et la tôle peuvent provoquer des blessures, légères si on est à courte distance, mais graves, si on prend par exemple la grenade dans la main quand elle explose. La détonation est alors suffisante pour arracher des doigts, voire la main.
    Elles sont lancées à la main : on enlève la goupille (le petit cercle métallique) de la « cuillère », en gardant celle ci pressée contre le corps de grenade. Lorsque l’on jette celui-ci, la cuillère, poussée par un ressort s’ouvre et allume un relais pyrotechnique qui fera exploser la grenade trois ou quatre secondes plus tard.
    Les grenades sont lancées en l’air (trajectoire en cloche sous l’effet de la pesanteur), et en principe explosent en l’air, et sontt alors pratiquement sans danger.
    L’explosion envoie quand même quelques éclats de tôle et la cuillère, à trois ou quatre mètres, et à l’instruction militaire, on spécifiait qu’il ne fallait pas envoyer de grenade à moins de 10 mètres d’une personne, au cas où le relais pyrotechnique fonctionnerait mal et où la grenade exploserait à terre.

    Qu’est il arrivé dans le Tarn : je n’en sais rien.
    Si j’en crois la télévision, on aurait constaté des blessures très graves dans le dos du jeune Rémi Fraisse et des traces de TNT sur ses vêtements.
    Il me semble très peu probable qu’une grenade offensive, mêmeexplosant à moins d’un mètre de quelqu’un, puisse lui causer des blessures aussi graves.
    Mais si par malchance, comme certains le disent, elle se serait coincée entre son dos et son sac à dos, il y a alors un risque très important de blessures graves et de choc cardiaque. Cet effet pourrait en outre être renforcé si son sac contenait des produits pyrotechniques, des bombes aérosols, ou une petite bouteille de réchaud à gaz, qui détoneraient alors en même temps que la grenade.
    Pourquoi la grenade n’a t’elle pas explosé en l’air, y a t’il eu une anomalie de fonctionnement, une imprudence de lancement?  je n’en sais rien.

    Pourquoi utiliser de telles grenades.? C’est effectivement assez exceptionnel et ne se fait que si vraiment la situation dégénère. Mais les images que j’ai vues à la télé, filmées par les manifestants eux mêmes, montraient que les gendarmes recevaient de nombreux cocktails incendiaires et de très gros pavés et il fallait faire face à cette menace.
    Je n’ai pas d’opinion sur l’opportunité du barrage qui devait procurer de l’eau à des agriculteurs de la région, je ne connais pas le dossier.
    Mais je constate que, dans la plupart de ces manifestations, notamment écologiques, qui au départ ont un but pacifique et se déroulent dans le calme, les organisateurs et manifestants sont vite débordés par des provocateurs et des casseurs, dont le but est de faire parler d’eux, qui prennent plaisir à causer des dégâts et à attaquer les forces de l’ordre, et se moquent complètement du but initial de la manifestation. Les images des manifestations de Nantes en sont la démonstration.
    Même s’il y a eu imprudence de la gendarmerie, je pense que la faute de ce triste accident incombe avant tout à ces personnes violentes, qui ont déclenché les échauffourées.

   
Par SandrineLejeune le Jeudi 5 janvier 2017 à 11:09
Vous faîtes du travail incroyable et c’est pourquoi je suis amoureux de ce site.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3269650

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast