Samedi 22 août 2009 à 9:35

Le bonheur


http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs1/P1010105.jpg

    Une de mes correspondantes, un peu philosophe, et qui réfléchit beaucoup sur certains sujets exiostentiels (cela m’amuse de “disserter” avec elle) pose cette question qui me paraît très intéressante :

 “Peut-être que le bonheur, ça se mérite !! 
La condition du bonheur serait-elle d’avoir souffert ?…”

 
     Dans la philosophie chinoise, on ne peut concevoir une seule chose. Il faut appréhender à la fois une chose et son contraire.
     Alors peut on apprécier vraiment le beau temps et le soleil si l’on n’a pas connu l’orage, la pluie et la tempête.?
     Il y a évidement quelques personnes un peu spéciales : j’ai connu le commandant d’un navire de la “Royale”, qui était heureux quand il y avait tempête parce “qu’après cela ne pourrait être que mieux” et qui était malheureux quand le temps était superbe, parce que ce serait ensuite “moins bien”

     J’ai le souvenir d'il y a presque 60 ans, lorsque je faisais mes études d’ingénieur, d’avoir fait un stage ouvrier, très dur dans des ponts roulants, au dessus de fours d’une aciérie, et il faisait 45 d° dans la cabine ; j’avais voulu être logé avec les manoeuvres émigrés dans une cité dortoir.
     Non seulement j’ai appris ce qu’était une véritable “chaleur humaine”, mais toute ma vie d’ingénieur, j’ai été heureux de mon métier qui, m’épargnait un travail aussi pénible que ces tâches que j’avais un peu connues pendant deux mois, mais que des gens faisaient toute leur vie.

     Curieusement, quand j’étais enfant, au lendemain de la guerre, où nous n’avions plus grand chose, nous étions probablement plus heureux que mes petits-enfants, qui ont presque tout ce qu’ils désirent.

     La grande souffrance n’est pas souhaitable certes, mais je crois qu’avoir été témoin d’un peu de difficultés et de souffrance, avoir un peu "trimé" par moment et fait effort pour maîtriser son sort, fait qu’on est beaucoup plus sensible aux petits bonheurs de tous les jours qui font la joie de la vie.
     
    Je crois que ma correspondante a raison : le bonheur, ça se mérite.

     Quand nous souffrons, il ne faut pas se lamenter, se complaire dans notre malheur, il faut avoir d’abord la volonté de remonter la pente, de faire des efforts pour cela.
     Il faut aussi analyser notre situation : y a t’il vraiment autant de raisons pour que nous soyons aussi malheureux et quel est notre avenir ? Est il aussi sombre que cela si nous essayons de réagir?
     Il faut regarder autour de nous : n’y a t’il pas beaucoup plus malheureux que nous, et des gens bien plus désespérés, qui pourtant essaient de survivre et de remonter la pente.? Comment font ils ?
    Puis il faut se demander enfin : et moi comment m’y prendre pour la remonter moi aussi ma pente ?

     Depuis cinq ans que j’essaie d’aider certain(e)s d’entre vous, j’ai vu très souvent des jeunes qui, à force de courage et de volonté, sont sortis du précipice et ont maintenant trouvé au moins une partie du bonheur.
     Alors c’est possible de le mériter !

Par maud96 le Samedi 22 août 2009 à 9:57
Je ne connaissais pas : pourtant le Morbihan ! Je n'y ai jamais été : quand on est sur une île du Golfe, on n'aime pas bien retourner que le continent !
Les gens de l'époque aimaient fignoler ! ... Etrange, la grande horloge au milieu de la façade de la basilique... sûrement tardive !
Par Paskale le Samedi 22 août 2009 à 10:52
Bonheur pour les uns, malheur pour les autres, faut faire avec… Tel est la loi de la nature !
Par maud96 le Samedi 22 août 2009 à 13:19
Commentaire précédent qui était destiné à l'article sur Josselin, dessous ! Je m'excuse !
... et pour commenter cet article ici : le mot "bonheur" me paraît "surfait" en tant que mot !... et détourné de son sens premier "à la bonne heure", qui marquait une limite dans le temps : il y a les "mauvaises" heures, et une part de "chance" (car la répartition de ces "bonnes ou mauvaises heures" n'est pas très égale pour tout un chacun). La "sagesse", c'est de jouir des "bonnes heures", quand elles sont là, et de ne pas trop stresser quand arrivent les inévitables heures "moins bonnes"... Il en est une, "dernière", à laquelle on n'échappe pas !
Par ChichiOops le Samedi 22 août 2009 à 16:57
Même l'espoir le plus infime peut devenir une source de volonté
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2893982

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast