Mardi 29 octobre 2013 à 8:19

Ecologie, Changement climatique

   Le « Groupe d’Experts intergouvernemental sur l’évolution du climat » (GIEC),  a publié le 30 septembre dernier les résultats des 5 dernières années d’études, dans un rapport qui réactualise celui de 2007. C’est un rapport de plus de 2000 pages et fait référence à plus de 9000 publications scientifiques.
    Voici à mon sens les principaux éléments. Je n’ai pas eu le temps de lire ces 2000 pages et je me base sur les publications faites par diverses revues scientifiques et surtout sur le résumé fait pour les décideurs que vous pouvez charger en PDF, sur
        ‎www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/ONERC_SPM_V3c.pdf
mais je vous préviens, il n’est pas facile à lire !.
.

    Les prévisions de hausse des températures et de la fonte des glaces ont été revues à la hausse, et les conséquences néfastes sur le climat de la planète sont confirmés.
    Le réchauffement moyen depuis 1880 est évalué à 0,85°C et les trois dernières décennies sont les plus chaudes depuis au moins 4.000 ans.
    La cause est imputée aux rejets de dioxyde de carbone (CO2), de méthane (CH4), et de protoxyde d’azote (N2O) dans l’atmosphère. Leur concentration atmosphérique est la plus élevée de ces 800.000 dernières années.
    La conséquence est une élévation des températures comprise entre 0,3°C et 4,8°C pour la période 2080-2100, par rapport à la période 1985-2005. La probabilité que la température s’élève de moins de 2°C reste faible.
    Le réchauffement climatique est bien dû essentiellement à l’activité humaine.

    Les constatations actuelles :
(je parlerai dans de futurs articles des prévisions et des conséquences climatiques)

    La basse atmosphère se réchauffe et la stratosphère se refroidit : c’est la conséquence de l’effet de serre. (voir les deux schémas ci dessous, Stratosphère où la température diminue, et basses couches où la température augmente). Ces courbes se passent de commentaires.
http://lancien.cowblog.fr/images/EnergieClimat2/haussetemp.jpg
http://lancien.cowblog.fr/images/EnergieClimat2/cartetemperatures-copie-1.jpg














    Le schéma suivant est une répartitions des hausses de température dans le monde. Il représente la différence entre les températures moyennes de la période 2001 2009 et celle de la période 1951-1980
    On voit, ce qu’on connaissait déjà que le réchauffement est plus sensible aux pôles.
    La température moyenne à la surface de la terre a augmenté, entre 1900 et 2010 de 0,89 d°.
http://lancien.cowblog.fr/images/ClimatEnergie2/6a00e5500b4a648833019affb6cd66970d300wi.png
    Mais en fait, l’énergie fournie par le soleil et injectée dans le système climatique, n’est absorbée par les terres que pour une très faible partie (marron clair) et encore moins par l’atmosphère (marron foncé) - heureusement pour nous.
    La majeure partie est absorbée par les océans en profondeur (bleu foncé) ou en surface (bleu clair). Une partie est également absorbée par les glaces (qui fondent l’été).


    Il en résulte deux observations :

    Les océans se réchauffent plus progressivement que l’atmosphère et se dilatent d’où une élévation du niveau des mers.
    Les courants océaniques sont affectés
    Par ailleurs le CO2 acidifie l’eau des mers.
    Entre 1970 et 2010, la température moyenne des océans a augmenté de 0,11 d° en surface (jusqu’à 75 mètres de profondeur).
    L’élévation du niveau des mers a été, entre 1901 et 2010 de 19 cm, en moyenne, mais certaines régions sont plus affectées que d’autres.



http://lancien.cowblog.fr/images/EnergieClimat2/glaces.jpg
    En ce qui concerne les glaces, la banquise arctique estivale a perdu, en surface, entre 9,4 % et 13,6 % depuis 1979.
Les glaciers de montagne ont perdu en moyenne 275 milliards de tonnes (Gt) de glaces par an entre 1993 et 2009 et la couverture neigeuse de l’hémisphère nord a perdu en moyenne 11,7 % par décennie entre 1967 et 2012.   
    Plus de 750 millions de tonnes fondent des montagnes chaque jour en moyenne sur les deux dernières décennies, et la fonte des glaces des calottes polaires du Groenland et de l’Antarctique est d’environ 990 millions de tonnes par jour.


    On constate toutefois un ralentissement du réchauffement du climat depuis une quinzaine d'années. Plusieurs éruptions volcaniques et une baisse de l'activité du Soleil ont joué un rôle dans cette pause de la hausse des températures, mais la cause principale provient des océans, où la chaleur s'accumule en profondeur, et notamment de la tranquillité relative du courant «El Nino».
    Ce ralentissement n’est qu’une pause ne mettant pas en cause l’ensemble des phénomènes.

    Au plan climatique, des changements concernant de nombreux événements météorologiques et climatiques extrêmes ont été observés depuis environ 1950 (voir Tableau SPM.1 pour plus de détails). Il est très probable que le nombre de journées et de nuits froides a diminué et que le nombre de journées et de nuits chaudes a augmenté à l’échelle du globe6. Il est probable que la fréquence des vagues de chaleur a augmenté sur une grande partie de l’Europe, de l’Asie et de l’Australie. Il est probable qu’il y a davantage de régions terrestres où le nombre d’épisodes de précipitations abondantes ait augmenté plutôt que diminué. La fréquence ou l’intensité des épisodes de fortes précipitations a probablement augmenté en Amérique du Nord et en Europe

    En résumé, nous perturbons le climat en renforçant l'effet de serre, en emprisonnant de l'énergie sur la planète, plutôt qu'en la renvoyant vers l'espace. 93 % de cette énergie ainsi prisonnière, est stockée en réchauffant les eaux maritimes, 3 % réchauffe les sols, 3 % est consommée dans la fonte des glaces et 1 %, uniquement, est stockée à travers le réchauffement atmosphérique.
    On constate doincqu'une toute petite variation des échanges d'énergie entre océans et atmosphère peut jouer un rôle important d'une décennie à l'autre. Nous n'avons aucun contrôle sur ce mécanisme de variabilité interne du climat.
    Mais à l'horizon de trente ans, tous les scénarios montrent un réchauffement atmosphérique.

    Je parlerai demain de ces scénarios.
Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3253661

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast