Vendredi 8 octobre 2010 à 8:56

Préférences cérébrales

    Aujourd’hui, je vais vous parler du “chemin du serpent”
    Que KAA se rassure, ne veux pas lui faire concurrence. lol           
    C’est ainsi que CG Jung appelle l’évolution au cours de notre vie des préférences cérébrales de perception et de décision qu’on appelle les “fonctions cérébrales”, S et G, L et V (voir mes précédents articles).
        Ces fonctions se développent successivement dans notre vie, deux d'entre elles étant des préférences "innées".   
    Carl Gustav Jung est un psychiatre allemend, qui a vécu à la même époque que Freud (fin 19ème, début 20ème), que l’on connaît moins que Freud, car il a moins fait parlé de lui. Il avait une clientèle qui ne se limitait pas aux bourgeoises de Vienne ayant des problèmes sexuels, et il a donc des vues beaucoup plus larges et moins erronées.
    Néanmoins ses livres ne sont pas faciles à lire (même en français) comme par exemple les “types psychologiques” qui sont le prémice des préférences cérébrales.

Evolution des fonctions cérébrales au cours de notre vie.


    Le chemin du serpent reprend la notion de “croix des fonctions que nous avons développée dans les deux derniers articles.
    Mais parlons d’abord des attitudes E/I et J/P: elles apparaissent en général assez rapidement chez l’enfant.

    Chez le jeune enfant, on identifie assez vite l’extraverti et l’introverti.
Toutefois chez l’adolescent introverti, une différence apparaît en général entre son comportement en groupe restreint d’amis qui s’apparente à celui d’un extraverti et sa réelle préférence l’introversion.
    Chez l’adulte introverti, le même différence peut apparaître, entre le comportement au travail qui peut être proche de celle de l’extraverti et le comportement au domicile ou en société qui reste introvrti..
    La préférence de comportement J P apparaît également dans les premières années mais elle peut être assez influencée par l’environnement, notamment familial. Les habitudes de ponctualité et d’organisation (ou de retard et de désordre) des parents ont une grande influence sur l’enfant.

    Par contre, l’utilisation des fonctions cérébrales S,G,L,V, n’apparaît que progressivement.
    Ainsi un enfant n’utilise guère que sa fonction primordiale, un ado ses fonctions primordiale et auxiliaire et peu les fonctions non préférées.
    L’usage fréquent de la fonction tertiaire non préférée n’apparaît qu’après l’adolescence ou  chez l’adulte et celui de la fonction cachée, la moins facile, à l’âge mûr, voire jamais.
    Cette évolution que l’on appelle le « chemin du serpent » est schématisée ci dessous.
    En fait ce schéma est très variable selon les personnes, car le développement des autres fonctions dépend fortement de l’éducation et l’instruction, des circonstances et de la volonté de l’individu de développer ses fonctions tertiaire et cachée et de son vécu qui est son expérience de la vie.

http://lancien.cowblog.fr/images/Prefcerebrales/cheminserpent.jpg

Le tableau ci dessous résume le développement de nos préférences au cours de notre vie et l’influence que peut avoir notr éducation et notre vécu :

http://lancien.cowblog.fr/images/Prefcerebrales/evolutionpreferencestab.jpg

    On remarquera notamment que l’instruction (école, fac...) apprend à réfléchir et à anticiper les événements et donc cultive les attitudes I et J, que la vie active au sein d’une équipe développe l’attitude E, que la “perception affective immédiate” s’exacerbe chez les adolescents puis diminue ensuite, que la préférence optimisme/pessimisme est celle sur laquelle on peut le moins agir et qu’elle diminue ou au contraire se renforce en vieillissant, que la préférence tolérance/intolérance est fortement influencée par l’éducation et l’intolérance , après une phase maximale pendant la jeunesse, diminue en général avec l’âge.

        Fonction cérébrales, conscient et inconscient :

     Dans l’adolescence, les fonctions tertiaire et cachée, plus tard la fonction cachée surtout, interviennent, mais surtout dans le « monde de l’inconscient ».
    Sur le graphique ci dessus la barre oblique schématise la séparation pour un adolescent entre le fonctionnement conscient et le fonctionnement inconscient.
    Les fonctions primordiale et auxiliaire interviennent le plus souvent et de façon consciente c'est à dire raisonnée parce que nous faisons appel à elles, certes de façon un peu automatique mais en raisonnant ensuite, les informations étant en général transmises à notre cortex frontal.
    Au contraire les deux fonctions autres que celles ci (et notamment la fonction cachée), seront inconsciemment utilisées dans les moments où l'individu ne réagit pas de façon rationnelle et fait face à une réaction spontanée irraisonnée, dans les moments difficiles où l’individu réagit inconsciemment : colère, peur, tristesse, stress, maladie ...
    Au cours du temps la droite schématique de séparation se déplace vers le bas avec l'âge. Cela veut dire que la personne utilise de plus en plus sa fonction tertiaire consciemment et également plus souvent (mais cette fréquence dépend beaucoup de la personne, de son entraînement à s'en servir.).
    C'est vrai aussi pour la fonction cachée mais en général, elle reste beaucoup plus inconsciente que les autres et intervient souvent dans les périodes de difficultés.

    Je développerai dans de prochains articles les conséquences pratiques de ces notions.
Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3045756

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast