Dimanche 25 novembre 2007 à 16:54

Notre cerveau : intelligence; langage



    J'avais reçu un SMS assez difficile à déchiffrer, un message d'amour qui ne m'était pas destiné et je vous avais raconté cette aventure dans un article du 30 septembre. Voici ce SMS

“ mon cwou - ge t'm ge t'aime tu sé - pa bien quand toa pala - gveu tvoir - fo qtu vienn ce soir ou 2min - moa gpeu + mpac de toa  biz partou  ta lise”

et le dictionnaire SMS qui m'a aidé dans ma traduction, a étonné certaines de mes correspondantes.
    Alors j'ai voulu leur expliquer comment fonctionne notre “dictionnaire SMS” : le cerveau.
    Mais lisez l'article précédent auparavant pour connaître les centres du cerveau concernés.

    Quand je lis ce SMS, mes aires visuelles envoient au centre de Wernicke les images des lettres et des mots reçus. Wernicke consulte le centre de Geschwind qui mémorise le vocabulaire et essaie d'identifier les mots. D'habitude, il fait cela à toute vitesse, mais là il peste : “qu'est ce que c'est que ce charabia  ?”
    Tout de même il y a des mots compréhensibles : “mon, aime, tu, bien, quand, voir” et des mots qui le seraient à une ou deux lettres près “ vienn, partou..”.
    Donc ce pourrait être du français : je communique l'information au chef, le cortex frontal, pour qu'il réfléchisse. Comment déchiffrer ce qui est incompréhensible.

    Le cortex frontal est un érudit. il a entendu parler et déjà vu des SMS et leur langage. Alors il suggère à Wernicke : essaie de voir ce que cela donne en lisant au son, en phonétique !

    OK patron !. Wernicke sépare les mots et les syllabes et envoie le paquet au centre de Broca : “débrouille toi pour me prononcer ce fatras.”
    Broca proteste, quelle idée saugrenue ! , mais il s'exécute et envoie son travail à l'aire auditive, (sans l'envoyer au cortex moteur qui prononcerait la phrase à haute voix) et celle-ci renvoie l'information à Wernicke, qui consulte aussitôt Geshwind : “est ce que ces sons te rappellent des mots ?”
   
    Là miracle, Geshwind sort  une phrase presque complète avec quelques “trous”
    “Mon grand cou, Je t'aime, je t'aime, tu sais. Pas bien quand toi pas là.
Je veux te voir. Faut que tu viennes ce soir ou ??? Moi je peux  ??? de toi. Bises partout. Ta valise."
    Wernicke râle et recontacte Broca : “un petit effort mon vieux; prononce le chiffre 2 et prononce moi "m-p-a-c" séparément.
    Geschwind renvoie l'information pour combler les trous :
“ce soir ou demain”  et “Moi je peux plus me passer de toi”.

    Voilà la phrase est cohérente : on envoie la traduction au cortex frontal.
    Celui ci explose :
“ Bandes d'abrutis, elle parle à son amoureux : ce n'est ni un grand “cou”, ni un grand con ! Trouvez autre chose. Et une “valise” ne parle pas, c'est une signature; Gechwind, cherchez dans la mémoire des prénoms !”

    Rebelote. Geschwind trouve “Lise” et Wernicke dit à Broca :
“Pour cwou, c'est le w qui pose problème. Tu le remplaces successivement par toutes les lettres de l'alphabet et tu me renvoies ce qui est prononcable !”
    Travail immédiat et miracle c'est le mot “chou” qui semble cohérent avec le reste. (Il y avait “clou” aussi, mais un amoureux qui serait un vieux clou : encore un truc à se faire engueuler par le patron!. Il y avait "ciou" aussi, mais Geschwind sait que cela s'écrit sioux !)

    C'est fait on a envoyé tout le message au patron qui est content : bon travail les gars !.
    Mais le cortex frontal n'est pas satisfait. Il trouve ce message plat, à la limite du français correct et pas romantique du tout. Il se souvient avec nostalgie des versions latines de sa jeunesse. Au diable le langage SMS !
    Alors il fait rechercher des synonymes par Geschwind et finalement envoie à Broca cette missive pour qu'il la fasse écrire sur le blog :
    Evidemment les puristes me diront “ ce n'est plus le dictionnaire, mais une “traduction libre”. C'est vrai, mais je croirais entendre mon prof de latin d'autrefois !

“ Mon grand chou chéri.
Je t'aime, je t'aime à la folie, tu le sais bien.
Je suis malheureuse quand tu es loin de moi et je voudrais te voir très vite. Il faut que tu t'arranges pour venir ce soir ou demain.
Je n'arrive plus à me passer de toi.
Je t'embrasse sur le front, sur les joues, sur les lèvres...
Ta Lisette”


Nota : pour être plus conforme à la réalité, je dois vous dire que le travail entre ces centres n'est pas aussi séquentiel, mais que les échanges sont multiples et croisés; et d'autre part qu'ils ne se font pas ainsi, des réflexions oiseuses !!! lool

Renota : un soupir de mon vieux cortex "Dommage que ce SMS ne me soit pas destiné !!!"

Par poisson le Lundi 26 novembre 2007 à 17:41
laborieux tout ça... décidément le langage sms c'est pas mon truc héhéhé
Par maud96 le Samedi 8 décembre 2007 à 20:04
Finalement, le SMS, c'est bien : çà fait beaucoup travailler les fonctionnaires du cerveau ! ... parce que sans çà, ils risqueraient de devenir un peu bureaucrates dans leurs "centres"
Par Joker-artistique le Samedi 8 mars 2008 à 19:32
J'ai plus de mal à lire/écrire en SMS qu'en tout autre langage (enfin, je ne dis pas pour le chinois, japonais, ou portugais.) Mais j'ai déjà écrit des textos en latin, et c'est fort charmant.
Par little-slug le Lundi 22 août 2011 à 22:44
Il n'y a rien de mieux que le bon vieux français ! Pour lire beaucoup de SMS, je n'ai eu aucun mal à déchiffrer, mais je m'efforce toujours d'écrire en intégralité mes SMS, même les longs. Bon parfois certains mots m'échappe, comme les "parce que" ou les "pourquoi"... Mais au moins je sais comment ils s'écrivent en langage correct ^^
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2330914

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast