Jeudi 15 juillet 2010 à 9:33

Politique, économie, religion.

http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs1/1000790.jpg

   Je fais rarement de la politique sur mon blog, mais j’avoue que certaibnes parties du discours de notre président me laissent perplexe ou même me gênent profondément.
    D’une part il n’a cessé de défendre les privilèges de l’argent, sous prétexte que les exonérations d’impôt étaient les mêmes à l’étranger et à trouver normal que le budget de l’Etat rende des millions à madame Bettencourt..
    Mais par ailleurs il considère comme privilégiés les parents qui disposent d’une demi part sur leurs revenus pour un de leurs enfants qui fait ses études loin de leur domicile, et qui bénéficie de l’APL et on enlève aux femmes qui ont élevé trois enfants ou plus, les quelques bonifications qu’elles avaient pour leur retraite.

    Depuis six ans celles avec qui j’ai correspondu et que j’appelais les guenons du vieux singe, ont grandi et beaucoup sont dans le supérieur.
    Quelques unes ont des parents aisés, mais la plupart d’entre elles ont des parents, qui certes ne sont pas miséreux, mais ont des revenus moyens, travaillant tous les deux pour élever convenablement leurs enfants, et lorsqu’ils doivent aider leurs enfants à vivre et à payer le loyer d’un studio ou d’une chambre, c’est pour eux une charge importante, et l’APL ne me paraissait pas être un avantage injustifié.
    Evidemment M. Sarkozy n’a pas besoin d’APL étant logé gratuitement à l’Elysée, tous frais payés !
    Quant aux mères de famille qui ont élevé trois enfants ou plus, tout en travaillant, et qui ont dû s’arrêter au moment de leurs grossesses, leur reconnaître une petite compensation pour leur retraite, me paraissait être également quelque chose de justifié, vu le travail qu’elles avaient dû fournir.
    Là encore M. Sarkozy a toujours eu les moyens de se payer une bonne et je ne pense pas qu’il sache la quantité de travil que donnent de jeunes enfants aux parents qui travaillent.
    J’ai été aussi très perplexe quand monsieur Sarkozy a dit qu’avant le bouclier fiscal, certains riches “payaient en impôts 100% de ce qu’ils gagnaient”. Je croyais que la dernière tranche d’imposition était autrefois à 60 % !
    Et je pense que lorsqu’il se glorifie de ne pas augmenter les impôts, il se moque de nous. C’est vrai pour l’impôt sur le revenu, mais comme depuis plusieurs années l’Etat se désengage de maintes responsabilités financières, pour les reporter sur les régions, départements et communes, les impôts locaux ont progressé souvent de façon alarmante et de façon beaucoup plus importante que les salaires.
    Je trouve tout à fait normal de payer des impôts, même au taux actuel, mais je n’aime pas qu’on me prenne pour un imbécile, en me disant qu’ils ont diminué.
   
    Je comprends parfaitement que le financement des retraites pose problème et qu’il faille agir pour sauvegarder notre système relativement équitable et sûr.
    Augmenter l’âge de la retraite pour les métiers qui ne sont pas pénibles ne me paraît pas très pénalisant si les personnes ont réellement un travail. J’ai personnellement travaillé jusqu’à 62 ans et j’aurais volontier travaillé jusqu’à 65.
    Mais j’avais dans mon entreprise des ouvriers qui faisaient un travail pénible et pour lesquels la retraite, même à 60 ans, était tardive. Et bien qu’ils n’aient pas d’incapacité de travail ou d’invalidité, comme va l’exiger la loi, je pense qu’ils était beaucoup plus “usés” que ceux qui travaillaient dans un bureau.
    Et pourtant je pense que beaucoup d’entreprises ou de métiers avaient des conditions de travail encore plus fatigantes (bâtiment, mines, aciéries, pompiers, travaux agricoles manuels, ....)
    Et la façon dont monsieur Sarkozy a éludé le problème des personnes que les entreprises licencient à 55 ans voire 50, m’a paru bien irresponsable. La plupart des ingénieurs de cette tranche d’âge que je connais sont dans ce cas.
    Quand monsieur Sarkozy dit que si on relève l’âge de la retraite de 60 à 62 ans, les entreprises au lieu de licencier à 57 ans ne le ferons plus qu’59, ce discours me paraît ne rien résoudre et d’un cynisme qui me choque.
    A aucun moment on n’a évoqué le cas des personnes qui seront au chômage à plusieurs reprises et perdront ainsi des années de cotisation, ni celui des jeunes qui après des études bac+ 5 ont entre 22 et 24 ans et peinent à trouver un emploi.

    En écoutant  ce discours j’ai vraiment eu l’impression que finalement la rigueur et se serrer la ceinture n’était pas fait pour ceux qui avaient de l’argent et le pouvoir, mais pour ceux modestes ou en difficulté, qui devaient subir, et que le problème de l’emploi et du chômage, pourtant crucial, n’était pas une préoccupation de notre gouvernement..
Par Arisu le Jeudi 15 juillet 2010 à 10:34
Bah oui , c'est toujours pareil avec les politiques! jamais aucune mesures de rigueur pour les riches, mais bien sur tous les autres récoltent la merde!
Par kaa le Jeudi 15 juillet 2010 à 11:07
Augmenter l'âge de départ à la retraite, c'est par voie de conséquence augmenter le taux de chômage des jeunes.
Mais le calcul de Monsieur Nico est bon, car un retraité coûte beaucoup plus cher qu'un chomeur jeune qui, si il n'a pas encore travaillé, ne coûtera rien à l'Etat ^^
Moi, je n'ai même pas été choqué par son discours : venant de lui, pouvait-on attendre autre chose ?
Par croque-framboise le Samedi 17 juillet 2010 à 14:41
Mon père a créé sa propre entreprise dans le bâtiment, et chaque jour, il crapahute avec ces sacs de ciment qui font 35 kilos chacun. Je n'ose pas imaginer l'état de son dos ! Pourtant, je ne pense pas que ce soit suffisant pour qu'il obtienne une réduction de son âge de retraite.
De plus, mon père a, à une époque, travaillé pour une entreprise de bâtiment, qui, pendant deux ans, ne l'a pas déclaré à l'AFSSAPS. Ça apparaît improbable, mais mon père n'en savait rien et ne s'en est rendu compte qu'au bout de deux ans ! Deux ans passés à travailler d'arrache-pied pendant que l'état considérait qu'il ne cotisait en rien pour sa retraite ! Deux ans dans le vent ! Bien sûr, l'employeur a tout nié en bloc et s'est réfugié dans son Italie natale. Depuis, nous n'en entendons plus parler mais ça a laissé un goût amer...
Alors, si il obtient sa réduction d'âge pour partir à la retraite, cela reviendra juste à annuler l'effet de ces deux ans perdus ? Quelle histoire !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3018682

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast