Une de mes correspondantes trouve que j’ai exagéré dans mon article du 29     vril, en ce qui concerne la possibilité de se forger de faux souvenirs.
Elle trouve que l’exemple que j’ai cité sur une personne accusée par la police est trop particulier et celui de quelqu’un de traumatisé donc fragile.
     Elle me demande par quel mécanisme pourrait se forger un souvenir « ordinaire ».

     L’IRM ne permet pas encore de savoir ce qui se passe au niveau d’un tout petit groupe de neurones et donc il est difficile de faire des expériences sur l’homme dans ce domaine;. Mais on peut le faire sur des souris, en implantant des fines électrodes dans le cerveau, plus exactement dans l’hippocampe, le « professeur de la mémoire ».
      Si on fait circuler la souris dans un labyrinthe, on constate que des groupes de neurones spécifique de chaque zone traversée s’activent lorsque la souris traverse cette zone. Quand la souris est à un carrefour commun à plusieurs zones, les groupes de neurones de ces zones s’activent tous, ce qui donne le point précis où se trouve la souris dans le labyrinthe à cet instant. On reconstitue donc l’itinéraire de la souris, en suivant la succession des groupes de neurones activés.
     Dans ce labyrinthe, la souris était attirée par une récompense de nourriture en fin de parcours, qui excitait ses centres de récompense.

      Lorsque la souris dort, son hippocampe s’active, alors qu’elle ne bouge pas, et les neurones de l’hippocampe « rejouent » le parcours dans le labyrinthe. L’hippocampe envoie des signaux  à des groupes de neurones précis de la mémoire visuelle, voire olfactive et motrice, notamment aux neurones qui dressent les cartes de notre environnement, également au cortex préfrontal, et, chaque fois que le parcours est rejoué, les connexions entre groupe de neurones ont renforcées pour constituer le souvenir.

     Mais à l’aide des électrodes, on peut agir sommairement sur le cerveau de la souris. En particulier pendant qu’elle reconstitue le parcours virtuel dans son sommeil, on excite le circuit de récompense qui produit de la dopamine, uniquement quand la souris se trouve dans par exemple, trois zones  intermédiaires sur les sept que comportait le labyrinthe.
    Au réveil la souris ne fait plus tout le parcours, elle se contente d’aller successivement dans les trois zones, toute étonnée de ne pas y trouver de récompense.
    On a donc fabriqué » un faux souvenir dans le cerveau de la souris, pendant son sommeil. On a amputé un souvenir réel en en conservant et transformant une partie.

      L’observation du cerveau montre que cet apprentissage virtuel par répétition de ce qui s’était passé pendant l’éveil, qui se produit pendant le sommeil, se fait essentiellement pendant le sommeil profond à ondes lentes, et chaque « répétition » est précédée d’un train d’oscillations rapides, qui marquent ainsi la répétition.
    Par un mécanisme électrique, on peut alors supprimer l’exécution de cette répétition, et on constate alors que, au réveil, le rat a oublié l’itinéraire mémorisé la veille. Les connexions entre groupes dee neurones ne se sont pas renforcées et le souvenir du rat s’est effacé.

     Il est probable que dans le cas de souvenirs traumatisants la personne blessée repense souvent à ce qu’elle a vécu et le souvenir est donc considérablement renforcé, au point de devenir éventuellement obsessionnel.. Pour ne pas le renforcer, il faudrait donc éviter le plus possible de se remémorer souvent le passé traumatisant.
     Evidemment on ne peut implanter des électrodes dans le cerveau des traumatisés pour leur atténuer le souvenir traumatisant.
     C’est pour cela que je conseille souvent de tirer la leçon du passé, puis d’essayer de tourner la page en pensant le plus possible au présent et à l’avenir, et d’éviter au maximum les remords de ce que l’on a fait, et les regrets de ce qu’on n’a pas su faire.
Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3276662

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast