Samedi 5 janvier 2019 à 12:08

 http://lancien.cowblog.fr/images/Image4/Unknown2.jpg
Je suis perplexe face au mouvement des gilets jaunes et je ne comprends plus la situation actuelle.

A l’origine j’étais d’accord avec leurs revendications.

Ils ont obtenu une partie financière, un peu bancale et je comprends qu’ils soient en partie déçus. En fait le gouvernement a choisi d’augmenter la prime d’activité au lieu du SMIC pour éviter la répercussion sur toute l’échelle de salaires et pour ne pas handicaper les entreprises.

Mais il faut être conscient que tout effort financier de l’Etat ne peut venir que de fonds publics c’est à dire les impôts des particuliers, ceux des entreprises et la TVA. Donc ce n’est pas extensible et les dépenses supplémentaires sont limitées. Par ailleurs il faut aussi se rendre compte que tout blocage de l’économie diminue les rentrées d’argent et donc la distribution possible (et accroit le chômage).

Certes je pense que M. Macron a eu tort de ne pas rétablir l’impôt sur la fortune car c’est emblématique, et je ne crois pas, contrairement à ce que dit le gouvernement, que cela ait beaucoup favorisé l’industrie par investissements (et cela n’a pas fait baisser le chômage), et par contre les dons aux associations (qui sont déductibles en partie des impôts), ont baissé de 30%. Mais cela n’aurait rapporté que 4 milliards et donc cela ne financerait même pas les mesures actuelles. Ce serait normal et juste d’imposer plus les riches, mais l’inconvénient est qu’ils sont peu nombreux et donc cela ne fait pas rentrer autant d’argent qu’on croit.

 

Par contre les revendications des gilets jaunes se sont multipliées et je ne suis plus d’accord avec certaines :

- demander l’avis de chacun sur les lois n’est pas viable. Une loi est complexe, dans un langage juridique qu’il faut connaître, et c’est un dossier important, avec tous les antécédents et les conséquences. Des arrêtés d’application les complètent. C’est une affaire de spécialistes et l’avis de la plupart des gens ne sera fondé que sur des impressions sentimentales non objectives ou des intérêts personnels.

- plus généralement les « référendums d’initiative citoyenne » répétés sont tout aussi irréalistes. On pose des questions simples sur des problèmes très complexes et donc, en admettant qu’on ait compris le sens de la question, on ne mesure pas la portée de la réponse et on ne connait pas le dossier. Distribuer 20 millions de dossiers serait un travail et d’un coût prohibitifs et je crois que la plupart des gens ne le liraient même pas et que le taux d’abstention serait élevé.

Il n’y a pas de solution simple aux problèmes politiques complexes, et même les questions simples et pratiques sont difficiles à traiter par référendum, car les réponses ont aussi des conséquences. Un exemple est la revendication de suppression des radars sur la route. Les accidents de la route augmenteraient certainement.

- quant à révoquer des députés, il y a des élections pour cela et le faire par référendum en dehors des élections est contraire à la démocratie (c’est comme cela que les dictatures s’installent).

- de nombreuses revendications sont certes souhaitables; mais impossibles à court terme techniquement, comme le suppression des bouteilles plastiques, l’interdiction de tous les pesticides et produits chimiques en agriculture, la réalisation de 5 millions d’HLM, la limitation de la durée des procédures de justice. 

- d’autres montrent une méconnaissance totale de l’économie et des finances, comme l’annulation de la dette (ce n’est pas l’Etat qui a prêté de l’argent, mais il l’a emprunté à des prêteurs), la limitation à 25% des prélèvements sur les citoyens, alors qu’on propose d’énormes dépenses, l’embauche massive de fonctionnaires (comment les payer ?). Certaines sont contradictoires : diminuer la taille des banques ne les protège pas mais les fragilise, battre monnaie en crée pas de l’argent (ce sont les citoyens qui paient ensuite par l’augmentation de l’inflation), récupérer les « bien publics confiés au privé (avec quel argent ?), casser les monopoles (ils sont internationaux et peu sont français et les casser ruinerait encore plus notre économie (SNCF, la Poste, EDF, Airbus, etc.. ).

- certaines revendications sont issues des partis politiques d’extrême droite comme le frexit ou les demandes concernant l’Afrique et l’immigration.

- certaines de ces revendications montrent que l’on ne se rend pas compte de l’ampleur et de la difficulté du problème qui est mondial : casser les médias, (mais ce sont eux qui font connaître les gilets jaunes !), réindustrialisation de la France.

Certaines enfin sont absurdes et contradictoires : « interdire à l’Etat de s’ingérer dans l’enseignement, l’éducation, la santé, la famille »  : alors ce seront les organismes religieux, le secteur privé, les sectes, les partis politiques, les syndicats ou la mafia qui s’en occuperont : ce sont justement les tâches régaliennes de l’Etat.

 

Et surtout je ne suis plus d’accord avec les méthodes des gilets jaunes; je comprends très bien qu’ils aient trouvé une convivialité nouvelle sur les ronds points, et qu’ils veuillent continuer à s’y réunir, mais retarder le passage des camions et des gens qui vont travailler est catastrophique pour l’économie (les conséquences des 5 dernières semaines sont évaluées à 4,5 milliards d'euros)..

S’entêter à vouloir manifester dans les grandes villes le samedi est irresponsable, quand on voit le coût des destructions qui en résultent.

Finalement le mouvement des gilets jaunes , certes part d’une bonne intention, mais il est quand même en partie responsable de 8 morts et de nombreux blessés. Mais personne ne s’en soucie !

 

Je pense certes que le gouvernement est responsable lui aussi par son atermoiement, mais aussi que les gilets jaunes auraient dû depuis longtemps changer de méthodes et notamment faire planer sur le gouvernement le spectre des élections européennes, mais sans vouloir monter une « liste gilets jaunes », car le gouvernement en serait content : elle prend davantage de voix à’extrême droite et l’extrême gauche qu’à la majorité. Menacer d’une campagne anti-LRM sur les réseaux sociaux aurait été beaucoup plus bénéfique pour tous que de ralentir l’économie et créer de nombreux dommages matériels et corporels.

 

Quant à la grande consultation qui va s’ouvrir début 2019, pour rien au monde je ne voudrais être chargé de l’organiser. même si l’idée de le faire au niveau des communes par l’intermédiaire des maires est bonne.

Comment orienter les débats (sinon c’est l’anarchie et cela part dans tous les sens), comment faire en sorte que les gens se rendent comptent des problèmes et des solution possibles réellement (et non utopiques comme la « charte des gilets jaunes »).

Je crains que seuls quelques uns y participent, les forts en gueule, ceux qui veulent mettre la pagaille, les utopistes loins des réalités, et que ceux qui ont les pieds sur terre, pris par leur vie et leur travail, ne puissent y participer.

Je me demande bien , moi même comment y participer.

Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3279302

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast