Lundi 9 septembre 2013 à 8:00

Anecdotes

http://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne2/Unknown-copie-2.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Bretagne2/Unknown1-copie-1.jpg














            En intermède, je vous raconterai aujourd'hui une aventure qui m'est arrivé à Carnac, il y a quinze jours.
 
            Nous étions sur le trottoir, le long des salines (les anciens étangs d'où l'on tirait le sel il y a cent ans) et nous regardions la végétation et les mouettes en discutant.
            Un homme de 30/35 ans, bien mis, avec un petit bouc au menton, les cheveux bruns et les yeux noirs derrière des lunettes, la figure joviale et joufflue, nous aborde, nous dit bonjour, puis :
            - "Vous qui semblez aimer la nature, auriez vous vu passer un sanglier ?".
 
            Il a dû voir que nous étions interloqués :
            - "Je suis triste, j'ai perdu mon sanglier, Raymond, c'était la mascotte de notre résidence; il s'est enfui et on ne l'a pas retrouvé".
 
            Nous avons essayé de lui expliquer qu'ici, sur le boulevard, il y avait surtout des voitures et des vélos, et qu'un sangler ne passerait pas inaperçu.
            Mais il insistait sur sa peine d'avoir perdu Raymond et il avait l'air très sincère. Il s'exprimait très bien et clairement, et était presque convaincant
            C'était quand même étrange, même si de petits sangliers apprivoisés existent, je les voyais mal à Carnac, où il y a beaucoup de maisons permanentes ou de vacances, mais plus de fermes, qui ont disparu depuis 20 ans, et un sanglier dans un appartement me paraissait assez peu probable.
            Sur le moment, nous pensions avoir plutôt affaire à un plaisantin, qui soit voulait voir ce qu'il arrivait à faire gober à deux touristes, soit avait fait un pari avec des copains.
            Du coup ma fille lui dit :
            - "Il faudrait peut être aller voir chez Astérix",
et moi de renchérir :
            - J'espère qu'ils ne l'auront pas encore mis sur une broche !"
 
            Et la figure du gars se décompose, et, des sanglots dans la voix :
            - "Oh, c'est horrible, ce n'est pas possible !"
            Il part et sort son mouchoir et semble essuyer des larmes et se moucher.
 
            J'avoue que nous sommes toujours perplexes : était ce une blague ?.
            Si oui, c'était un comédien remarquable, car il n'a jamais souri, semblait véridique et ému.
            Si non, qui était ce : quelqu'un à l'esprit un peu fêlé ?
            Ou si son émotion et son chagrin étaient réels, devant ma maladroite boutade, serait ce un handicapé léger. Cela expliquerait son attachement à ce sanglier et sa peine. Mais il paraissait très normal, s'exprimant parfaitement et logiquement, et il se promenait seul et semblait très bien s'en tirer. Et où élevaient ils cet animal ?
Mais effectivement les "maisons de jour" pour handicapés s'appellent parfois des "résidences".
 
            Le mystère du sanglier reste donc entier !
 
http://lancien.cowblog.fr/images/Animaux4/Unknown2.jpghttp://lancien.cowblog.fr/images/Animaux4/Unknown3.jpg















            En fait, nous avons eu la réponse, depuis, en lisant un journal local. Il s'agissait d'un couple de vacanciers venus dans une location à Carnac et qui avait élevé tout petit, au biberon, un sanglier, qui pesait maintenant la bagatelle de 120 kg ! Il était déclaré à la préfecture, comme toute bête sauvage élevée comme si elle était apprivoisée et avait une carte d'identité dûment enregistrée et signée. Il avait aussi un tatouage d'identification.
            Il était en vacances avec eux, et, s'il plaisait aux voisins qui voyaient en lui une mascotte (comme celles dela légion étrangère), lui, avait la nostalgie du pays, car il s'ennuyait la plage lui étant interdite et personne ne lui ayant appris à faire de la planche à voile; il a profité d'un oubli de fermeture de portail, pour prendre la fuite et aller visiter Carnac.
            Il a été interpellé sur la voie publique par les gendarmes, qui lui ont demandé ses papiers, mais il avait oublié sa carte d'identité à la maison, et il a été emmené au poste arrété pour "vagabondage, sans pièces d'identité ni minimum d'argent pour rentrer chez lui". Le commandant de gendarmerie, évidemment intelligent comme tout officier, a su lire le tatouage et obtenir l'adresse des parents du sanglier, qui d'ailleurs venaient déposer un avis de fugue.
           Raymond n'a donc pas été rôti à la broche et a heureusement retrouvé sa famille et plus personne ne le pleure.
Par jazz-autresrimes le Lundi 9 septembre 2013 à 10:13
bonjour jean-pierre
effectivement,j'imagine qu' il y' avait de quoi avoir l'air surpris de cette rencontre inattendue,mais bon, voilà une histoire qui se termine bien .
te souhaitant une bonne journée ,A+ du troubadour Emmanuel
Par alyane le Lundi 9 septembre 2013 à 20:24
génial, une belle histoire!
J'ai croisé des cochons vietnamiens qui vivent avec des chiens, sans problème.
Par coldtroll le Lundi 9 septembre 2013 à 20:34
rigolote tout plein, cette histoire :D
Par rrankene le Mardi 1er octobre 2013 à 15:44
J'ai visité Carnac 30 Septembre et j'ai vu un Sanglier errant sur ​​le sentier près de Kermario vers une paire de visiteurs. Ils avaient l'air très surpris. J'aurais aimé rester pour voir ce qui s'est passé.
Par Patouy le Vendredi 20 mai 2016 à 4:38
Bon job, je vous remercie pour le travail que vous faîtes
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3250012

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast