Mercredi 16 avril 2008 à 8:00

Amour et peines de coeur



    J'ai reçu d'assez nombreux mails concernant mon article sur l'apprentissage du sentiment d'amour. (tiens je signale à mes correspondantes qu'amours, délices et orgues sont masculins au singulier et féminins au pluriel. Je sais, le français est compliqué, le SMS est plus simple !

    Je m'attendais à beaucoup de protestations, mais je me suis trompé.
    Dans l'ensemble vous êtes assez d'accord avec ce que j'ai exposé, mais vous posez des questions complémentaires. Presque toutes concernent ce “sentiment d'amour” il y a 60 ans, quand j'étais jeune.

    Comme j'ai connu les deux époques, ni l'une ni l'autre ne m'étonnent, mais vous qui êtes jeunes avaient du mal à imaginer ce que cela pouvait être autrefois.

    Ce qui vous parait presque impossible c'est une de mes phrases :
“ ... on ne pensait guère à l'amour avant 18 ou 20 ans...” ,
et les deux questions qui sont le plus souvent posées sont :

    - mais comment était ce possible; comment faisiez vous pour ne pas y penser ?
    - est ce qu'il n'y avait vraiment aucun ado amoureux vers 14 ou 15 ans ?
   
    Je vais donc faire un
article sur chacun de ces deux sujets.
   
    Vous ne pouvez effectivement pas imaginer combien la société et la mode étaient totalemnt différentes au lendemain de la guerre par rapport à maintenant.
    Pas de télé, pas de CD, pas d'ordinateur, pas d'internet, pas de téléphone, uniquement des livres et peu de journaux.
Très peu de pub, puisqu'il n'y avait presque rien à vendre.
Au cinéma les films ne parlaient ni de violence ni de sexe (ou ne montraient aucune image) et les films d'amour étaient “à l'eau de rose”. (à peine plus osés que Blanche Neige et son prince charmant !! IooI)

    Donc la mode et les médias inexistantes ne nous rabâchaient pas la séduction, l'amour et le sexe. Pas sollicité, peu tenté !!

    En ce qui concerne le sexe, la morale était plus rigide, les coureurs de jupons mal vus, et surtout la pilule et l'IVG n'existaient pas, il fallait une ordonnance médicale pour avoir un préservatif, plus l'autorisation des parents avant la majorité, laquelle était à 21 ans;
    Les méthodes de contraception autres étaient très aléatoires et donc la crainte d'une grossesse non désirée était un frein très puissant.
    Le sexe n'était donc qu'une préoccupation très secondaire.

    La société de consommation et les médias n'ayant pas encore sévi, nous n'étions pas préssés d'obtenir quelque chose et lorsque nous l'avions enfin, nous souhaitions le garder et non en changer aussitôt.

    Les jeunes avaient des occupations très différentes d'aujourd'hui. Il ne possédaient rien que leur cerveau, leurs oreilles et leur bouche, éventuellement du papier pour écrire.
    Je l'ai déjà dit, les études intéressaient la plupart d'entre nous, qu'elles soient classiques ou l'apprentissage d'un métier manuel (et il y avait le plein emploi au bout), et donc le travail scolaire occupait la majeure partie de notre temps.
    Le reste du temps, on discutait et on faisait du sport. Certains faisaient de la musique ou du théâtre.
    On dansait rarement et plutôt après 16/17 ans. La drogue était inconnue et on ne buvait guère d'alcool.

    Les rapports garçons-filles étaient simples, très voisins de ceux qu'on avaient étant enfants : copains copines et on sortait avec l'un(e) ou l'autre, souvent en groupe .
    Bien sûr après la puberté, le désir apparaissait, mais les garçons rêvaient plus aux pin-up de cinéma et les filles aux grands acteurs, chanteurs ou sportifs, et très peu à leurs copains et copines.
    Certes parfois on constatait une attirance, mais le plus souvent après une longue amitié et l'on allait rarement plus loin qu'un baiser, pour “voir ce que cela faisait” (comme la première cigarette !)
    Après le bac (disons en moyenne vers 18 ans), effectivement, on commençait à penser à l'amour, mais si on trouvait l'âme soeur, la tendance était plutôt de roucouler, de s'embrasser et de faire des projets d'avenir, au cas où on se marierait ensemble un jour.

    La morale était rigide, les parents beaucoup plus sévères (sortir le soir avant 18 ans était rare).
Ils ne considéraient pas leurs enfants comme des adultes et leur demandaient rarement leur avis. Vivre ensemble sans être mariés était mal vu, et finalement tout cela était bien accepté car on était beaucoup plus heureux que pendant la guerre.


    En fait je pense que, ados, les garçons et les filles appréciaient tout autant qu'aujourd'hui la compagnie l'un de l'autre et de sortir ensemble, mais la fille qui cherche aujourd'hui un petit ami, cherchait simplement à l'époque plusieurs amis, et on ne pensait guère à coucher ensemble.
    Plus âgés ils pensaient certes à l'amour et connaissaient  plusieurs “amourettes”, mais dans lesquelles le souci était de bien connaître l'autre et de savoir si c'était la personne avec laquelle on pouvait former un couple et s'aimer.
    Et on ne se sentait adulte et indépendant que lorsque l'on gagnait entièrement sa vie (mais on trouvait facilement du travail).

        Bien entendu, ce que je dis est ce qui se passait le plus souvent, mais il y avait aussi des exceptions.Je vous parlerai de l'une d'elles dans mon prochian article.
Par kaa le Mercredi 16 avril 2008 à 8:12
Je me retrouve bien dans tout ça !!!
Et si les blogs avaient existé à cette époque, ceux des ados auraient été bien différents !!!
Par MiMiNe le Mercredi 16 avril 2008 à 9:42
tu parles de l'époque de la guerre dans ce texte mais laquelle ? parce que je ressens pas l'adolescence de mes parents avec ce qui n'ont dit et les photos que j'ai vu...
Par MiMiNe le Mercredi 16 avril 2008 à 10:00
en effet il n'était pas née à 10 ans près... et mon âge ne veut rien dire car mes frères et soeurs sont plus âgés que tes p'tits enfants (:
je demandais ça car tu parles du bac dedans et déjà à l'époque de mes parents le bac n'était pas pour tous alors si c'est encore plus vieux...
Par vie.de.plume le Mercredi 16 avril 2008 à 16:43
Je réponds tardivement à ton commentaire mais néanmoins je te remercie pour ta solution. J'ai constaté avec effroi que j'avais été bombardée de commentaires de publicité pour des sites porno. Je ne les ai pas encore effacés mais je crois que je vais activer la question anti-spam. Ca m'embete un peu, mais j'espère que ca évitera que ça ne se reproduise.
Merci
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/2527650

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast