Lundi 27 juillet 2015 à 9:02

Amour et peines de coeur

http://lancien.cowblog.fr/images/Fleurs1/1002940.jpg

    Tous les ans j’ai quelques mails éplorés de correspondantes que leur petit ami,qu'elles connaissaient depuis la rentrée des classes, a oubliées pendant les vacances, et auquel elles adressent des SMS désespérés auquel il ne répond pas.
    Pour certaines le petit ami était pour elles, un "compagnon de sorties" sur lequel elles pouvaient compter aux yeux de leur entourage, une sorte de "chevalier servant » qui les chouchoutait et elles avaient impression d’avoir de l’importance à leurs yeux.
    Pour d’autres c’était l’amour passion et la découverte de l’amour physique et leur petit ami était devenu poubelles indispensable, presque une addiction. Elles faisaient déjà des projets d’avenir, étonnées que leur compagnon ne s’y intéresse pas.    En fait ces deux états d’esprit sont presque ignorés par les garçons, qu'ils soient dans l'enseignement secondaire (avant le bac), voire dans le supérieur.
        Je ne parlerai pas des garçons qui ne cherchent que des conquêtes, puis s'en détournent aussitôt qu'elle est faite, et se vantent auprès de leurs camarades ou sur internet, du nombre de leurs “exploits”.    
        Je pense aux  garçons “réputés sérieux,”, auxquels on peut faire confiance et qui disent aimer leur petite amie.
    J'ai l'impression que même ces garçons voient en fait l'amour comme des gamins et ne connaissent plus la communion de pensée d'un “couple”. Sans doute sont ils trop jeunes ?
        Leur “petite amie” est la fille avec laquelle ils sortent, qui les accompagne dans le groupe de jeunes dont ils font partie, mais c'est pour eux la vie du groupe et leur vie personnelle dans leur environnement, et la préparation de leur vie future, qui comptent avant tout.
        Le souci de l'autre, de partager ses idées, de participer à sa vie, de faire son bonheur, passe au second plan.
 
    Pour moi, aimer quelqu'un, c'est d'abord essayer de connaître l’autre, voir si ‘lon a des points qui nous rapprochent, puis avoir une amitié de plus en plus profonde, qui peu à peu se transforme en amour, de telle sorte que ceux qui s'aiment aient des réactions affectives et émotionnelles communes et  représentent vis à vis des autres, un “couple uni”, qui privilégie chacun des deux êtres par rapport aux autres.
        Par ailleurs l'amitié, si elle est profonde, est un lien très fort qui implique un profond respect de l'ami et le souci de son bonheur.
   
    Certes beaucoup de ces petites amies finissent par se contenter d’amoureux passagers qui s’éloigne d’elles notamment aux vacances. Mais d'autres ont des aspirations de femmes, d'avoir une vie affective et des projets communs, de partager les joies et les peines, bref d'être le plus heureux possible, mais ensemble et l'un par l'autre. Les joies c'est assez facile à partager; mais pour partager les peines, il faut davantage de volonté, de sensibilité et d'amour
         Et si cela leur est refusé, ces jeunes filles à la fois altruistes et romantiques, (dont beaucoup ont cependant les pieds sur terre), se sentent abandonnées parce qu'elles aiment vraiment, alors que leur ami en est encore à l'amourette égoïste d'ado, qui ne doit surtout pas déranger son petit bonheur quotidien.
    Je constate une fois de plus qu'entre 14 et 18 ans, il y a une énorme différence de mentalité sentimentale entre garçons et filles et c'est cette différence qui est à l'origine de la plupart de vos chagrins d'amour.
    Et oui, je suis un singe “vieux jeu”. Pour moi, il ne peut y avoir amitié ou amour sans que l'autre compte énormément, presque autant que soi même.
Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3274180

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast