Vendredi 1er octobre 2010 à 9:28

Sciences et techniques

http://lancien.cowblog.fr/images/Caricatures1/gibbies1.jpg


    En fait les avidiens, bien qu’étant des êtres virtuels digitaux très simplifiés, remplissent la plupart des conditions que les biologistes assignent aux êtres vivants. Ils évoluent, s’améliorent, se reproduisent, subissent la sélection naturelle et ils sont même capables d’échanger des informations et de coopérer entre eux pour accroître leurs chances de survie. Ils forment des groupes pour partager leur ressources entre eux.
    Finalement ils ne sont pas si différents que cela d’êtres simples vivants comme les bactéries.
    Mais ils ont l’avantage d’évoluer dans un monde parallèle virtuel et s’ils devenaient incontrôlables, on peut toujours débrancher l’ordinateur, ce qu’on ne peut malheureusement faire avec une souche bactérienne ou virale.

    Au départ tous les avidiens avaient donc des “caractéristiques génétiques” voisines
(les codes de fonctionnement initiaux). Mais peu à peu ils se sont multipliés en se différenciant et très rapidement les “boites de Pétri” virtuelles ont compté des centaines de milliers d’individus de familles différentes.
    Au départ, ils ne savaient pas faire grand chose avec les nombres, mais, quand ils s’amélioraient en apprenant à faire des calculs mathématiques plus évolués, on donnait davantage de ressources et de puissance à leur microprocesseur, leur permettant de faire ainsi plus vite des calculs plus compliqués. (on augmente la fréquence de traitement des informations et la mémoire centrale).
    Lorsque des organismes vivants se reproduisent, une partie des gènes des parents se mélangent chez l’enfant..
    La reproduction des avidiens est similaire : une partie du code informatique des parents se retrouve chez le petit avidien nouveau né, qui va donc bénéficier (ou pâtir) de ce mélange et va avoir des caractéristiques et des possibilités de faire des calculs, différentes de celles des “parents”.
    On a donc des “groupes génétiques” qui se forment comme dans des familles humaines au cours des âges
    Les chercheurs se sont rendu compte que ce problème de “groupes familiaux” étaient important et qu’il y avait certaines mises en commun de ressources, (en quelque sorte un certain “altruisme”), que les avidiens avaient créé eux mêmes en modifiant peu à peu les programmes initiaux, et que certains individus se sacrifiaient ainsi pour accroître les chances de survie du groupe.

    Pour savoir jusqu’où pouvait aller cette évolution, les chercheurs de l’Université du Michigan ont décidé en 2007 d’empêcher l’adaptation des avidiens : dès qu’un avidien subissait une mutation, il était soumis à un test pour savoir si cette dernière était bénéfique et si c’était le cas, l’organisme était tué.
    Un véritable génocide des plus fort, qui aurait dû mettre fin à la société avidienne…
    C’était sans compter sur l’extraordinaire capacité d’adaptation de ces petits êtres artificiels; Il y a eu beaucoup de morts au début, mais ils ont appris à tromper la vigilance de leurs expérimentateurs : dès qu’un individu se rendait compte qu’il était soumis à un test, il cessait immédiatement d’effectuer des calculs. Autrement dit, il faisait le mort, il n’était pas tué, et pouvait ensuite continuer de se reproduire et d’évoluer en toute tranquillité.

    Une autre expérience de 2007 est assez remarquable : les chercheurs de l’équipe Avida ont soumis les organismes digitaux à un environnement divisé en deux périodes: le “jour”, où l’énergie (c’est-à-dire la puissance de processeur) était disponible en abondance, et la “nuit”, où seule une très faible ressource était accessible.  
    La diminution des ressources pendant la nuit confrontait les avidiens à un problème. Ils pouvaient continuer à exécuter des calculs et à dépenser de l’énergie sans rien gagner en échange, ou bien ils pouvaient se mettre à dormir pour économiser de l’énergie.
    Après plusieurs générations, les avidiens ont choisi de dormir : certains individus ont même développé l’équivalent d’une horloge biologique, qui synchronise les temps de veille et de sommeil avec les périodes de disponibilité des ressource qui permettait de savoir quand la ressource deviendrait de nouveau accessible, et d’anticiper son retour.
    Ainsi, les créatures artificielles s’endormaient juste avant que l’énergie ne disparaisse, et se réveillaient juste avant qu’elle ne soit de nouveau accessible.

    Bien sûr vous aimeriez comprendre comment tout cela peut fonctionner, moi aussi, mais ce que j’ai pu en lire est beaucoup trop compliqué pour moi.
    Certains d’entre vous savent ce qu’est un algorithme : le schéma et  l’expression logique et mathématique d’un processus, qu’on pourra ensuite informatiser, c’est à dire programmer.
    Des chercheurs mathématiciens étudient ce qu’ils appellent des “algorithmes évolutionnaires” qui sont répétés mais pas identiques à eux mêmes car ils évoluent tout seuls dans le temps, soit par recombinaison (comme en génétique à partir de deux parents), soit en changeant une caractéristique (comme dans une mutation). En fait les structures essentielles des programmes informatiques sont fixes, mais les paramètres qui en régissent l’exécution peuvent varier et donc engendrer ces évolutions, sans que le programmeur initial ne les contrôle. Au plan mathématique, ils font beaucoup appel à des “tirages aléatoires”, qui orientent différemment les diverses solutions possibles.
    De tels programmes sont utilisés en biologie et en intelligence artificielle, mais également en optimisation en sciences économiques, et en physique ou chimie dans des phénomènes aléatoires moléculaires par exemple.

   
Peut être qu’un jour de telles recherches trouveront des applications pour permettre un meilleur apprentissage des hommes ou pour meiux comprendre l’évolution biologique de certaines de leurs cellules et donc de certaines maladies.
Par croque-framboise le Lundi 4 octobre 2010 à 23:31
Je n'y connais pas grand chose en informatique, et je pensais que de telles choses seraient réalisables dans l'avenir proche mais pas qu'elles étaient déjà faites ! Je trouve ça extraordinaire !
Je leur tire mon chapeau...
J'ai la petite fibre parano qui me titille : serions-nous des avidiens ?
Par Ywar le Samedi 28 mai 2011 à 18:54
Article très intéressant, j'ai fais avant de voir ce petit article des recherches sur "la vie artificiel" il y a eu le projet Tierra avant les Avidiens trouvant cela passionnant j'ai voulu codé ma propre race :) mais j'ai étais confronter à de nombreux problèmes la multiplications de mes chère bestioles fonctionnent à merveille. Par contre je n'arrive pas à leurs faire résoudre une simple équation 3x+15=20 ça bloque la mutation ce fais pas ça évolue pas comme je veux, je sais pas comment les récompensés..
Fin bref plien de petit problème j'aimerai bien savoir si quelqu'un pourrai me donner les algorithmes utiliser pour les avidiens ou avoir un peu plus de détailles technique.
Par Ouilid le Vendredi 22 avril 2016 à 10:13
Tu fais un boulot excellent!
Par YvonLafu le Vendredi 20 mai 2016 à 16:15
Je vous applaudie concernant ce bel article. J’adore votre site.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://lancien.cowblog.fr/trackback/3043774

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

lancien

sortir de la tristesse

Créer un podcast